Se protéger du mélanome, le cancer du soleil

Mélanome Cancer de la peau
Le mélanome est le cancer de la peau le plus dangereux en raison de sa capacité à former des métastases dans des organes vitaux comme le cerveau

Le mélanome est le cancer de la peau le plus dangereux en raison de sa capacité à former des métastases dans des organes vitaux comme le cerveau, le foie ou les poumons. Une recherche récente, publiée dans la prestigieuse revue savante Nature, montre que ce caractère invasif serait dû à l’extraordinaire propriété de ces cellules cancéreuses de ramper à la surface des vaisseaux sanguins pour se propager à travers l’ensemble du corps.

  1. De la peau aux organes en rampant
  2. Se protéger des UVA et des UVB

On a pendant longtemps cru que seuls les rayons UVB pouvaient induire le développement du mélanome, mais les recherches récentes montrent clairement que les rayons UVA contribuent aussi à ce cancer. Bien que moins énergétiques, les UVA déclenchent la production de radicaux libres au niveau de la peau et ce stress oxydatif peut soutenir la progression des mélanomes.

C’est d’ailleurs pour cette raison que le bronzage en cabine, qui fait appel à des doses élevées d’UVA, est associé à une hausse très importante (75 %) du risque de mélanome. Il est donc très important d’éviter toute exposition excessive au soleil ou aux lampes de bronzage, car les rayons UV, qu’ils soient de type A ou B, sont de redoutables agents cancérigènes.

Le mélanome possède la particularité de pouvoir se disséminer dans l’organisme sous forme de métastases qui vont compromettre la fonction d’organes vitaux et mettre la vie de la personne atteinte en danger. Selon une étude récente, ce caractère invasif des mélanomes serait une conséquence de l’inflammation de la peau qui accompagne les coups de soleil.

Lorsque les cellules de la peau sont endommagées par les rayons UV, elles relâchent des signaux d’alarme qui attirent une classe de cellules immunitaires (les neutrophiles), ce qui mène à la création d’un climat fortement inflammatoire. Ces conditions activent les cellules cancéreuses et les poussent à s’attacher à la surface des vaisseaux sanguins, qu’elles utilisent comme support pour «ramper» et parvenir à se déplacer vers d’autres régions du corps.

Ce phénomène nouveau, appelé «dissémination métastatique par migration extravasculaire» fait donc en sorte que les mélanomes peuvent parcourir de grandes distances, sans même avoir à pénétrer dans la circulation sanguine.

Autrement dit, si les coups de soleil sont un important facteur de risque de mélanome, c’est qu’ils favorisent l’apparition des cellules cancéreuses et leur procurent en même temps les conditions optimales pour qu’elles parviennent à se propager dans l’ensemble du corps.

Un peu de soleil est indispensable pour produire la vitamine D, mais 5 à 15 minutes d’exposition occasionnelle des mains, du visage et des bras au soleil, deux ou trois fois par semaine en été, sont amplement suffisantes pour maintenir cette vitamine à des taux optimaux pour la santé.

Pour réduire le risque de mélanome, il faut absolument éviter de s’exposer inutilement au soleil et on recommande l’emploi d’écrans solaires avec un indice de protection solaire d’au moins 15 dès que l’on est exposé durant plus de 15 minutes.

Récemment, des écrans qui protègent à la fois des UVB et des UVA ont fait leur apparition et ces produits représentent une option très intéressante pour les personnes qui doivent passer de longues périodes au soleil dans le cadre de leurs activités.

Source

Wu S et coll. Long-term ultraviolet flux, other potential risk factors, and skin cancer risk: a cohort study. Cancer Epidemiol Biomarkers Prev; 23: 1080-9.

Bald T et coll. Ultraviolet-radiation induced inflammation promotes angiotropism and metastasis in melanoma. Nature, 507: 109-13.

 

Marie Desange est journaliste santé, passionnée tant par les dernières recherches en scientifiques en nutrition, neurosciences et bien être que par les nouvelles approches de santé qui ne sont pas encore passées par le filtre des études scientifiques, mais qui marchent.Ostéopathie, chiropractie, acupuncture, neuro-feedback, méditation, aromathérapie, homéopathie, médecine chinoise ou Indienne (Ayurveda), shiastu, soins énergétiques, techniques corporelles ou thérapies psychologiques, toutes ces disciplines méritent d’être mises en avant pour que les lecteurs puissent être bien informés et faire leur choix sur ce qui peut les aider.De plus, la pratique journalistique lui permet de rencontrer toujours plus d’acteurs de ces nouvelles approches et de sélectionner ceux qui ont une particularité et une réelle maîtrise de ce qu’ils proposent. Les soins complémentaires et les nouvelles approches de santé doivent être rigoureux et sans danger pour les personnes qui se tournent vers elles. Avec le temps et l’expérience, Marie sait sélectionner ce qui peut apporter, selon les cas, de vrais bénéfices pour le mieux être des personnes qui le recherchent. `Journaliste pour le journal on-line pressesante.com, Marie a encore plein de supers sujets sous le coude à vous proposer, que vous ne lirez pas ailleurs.

1 COMMENTAIRE

  1. Bonjour,
    s’exposer 5 minutes 3 x par semaine sur de petite surfaces de peau ce n’est bien sûr pas suffisant (80 % de Français sont en carence de vitamine D avec de tels conseils) pour fabriquer notre vitamine D, surtout d’Octobre à Avril, merci de passer l’info, pour que les personnes pensent à se complémenter pendant cette période s’il ne veulent ou ne peuvent pas s’exposer plus de 5 minutes. Il est nécessaire de s’exposer 1/2 heure chaque jour, sur une bonne partie du corps entre 11 h et 16 h en période estivale, conseillé par les plus grands spécialistes de la vitamine D.
    Bien cordialement

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.