DossierLe saviez vous ?

Sang dans les selles: 11 causes principales et celles pour lesquelles il faut vraiment s’inquiéter

Voici 11 causes de sang dans les selles, ains que les raisons de s'inquiéter qui doivent pousser à consulter un médecin.

Les saignements rectaux font généralement référence aux saignements de l’anus, du rectum ou du côlon, qui sont tous les trois les dernières parties du tube digestif.
Dans la plupart des cas, du sang rouge vif indique un saignement dans la partie inférieure du côlon ou le rectum, tandis que du sang rouge plus foncé est un signe de saignement dans l’intestin grêle ou le côlon supérieur.
Le sang très foncé ou rouge noir est souvent associé à des saignements dans l’estomac ou d’autres organes du système digestif.
Voici 11 causes de saignement rectal, ainsi que les autres symptômes que chacune d’elles peut provoquer. Nous verrons également dans quels cas il faut consulter un médecin pour un saignement rectal.

Principales causes du sang dans les selles

Un large éventail de problèmes de santé et de facteurs peuvent provoquer ou aggraver un saignement rectal.
Voici quelques-unes des causes les plus courantes

1. Hémorroïdes

Les hémorroïdes sont des vaisseaux sanguins anaux enflammés, et elles sont extrêmement courantes. Elles peuvent se développer à l’extérieur ou à l’intérieur de l’anus et se présentent sous la forme de petites bosses qui saignent occasionnellement pendant les selles ou lorsqu’on s’essuie. Les hémorroïdes peuvent toucher n’importe qui à tout âge, mais sont associées à quelques facteurs de risque, notamment:

– la grossesse
– la constipation chronique et l’effort
– la diarrhée chronique
– efforts pour aller à la selle ou rester assis trop longtemps sur les toilettes
– l’obésité
– régime pauvre en fibres ou déséquilibré
– le vieillissement.
Les hémorroïdes répondent généralement bien aux crèmes et suppositoires en vente libre contenant de l’hydrocortisone. Prendre fréquemment des bains chauds, avoir une alimentation riche en fibres et utiliser des émollients fécaux peuvent également aider à réduire l’inconfort des hémorroïdes.

2. Fistules

Une fistule se produit lorsqu’une ouverture ou une poche anormale se développe entre deux organes voisins. Les fistules qui apparaissent entre l’anus et le rectum, ou entre l’anus et la peau, peuvent provoquer un écoulement de liquide blanc et de sang. Les fistules sont parfois traitées par des antibiotiques, mais elles peuvent nécessiter une intervention chirurgicale si elles progressent.

3. Fissures

Les fissures se produisent lorsque les tissus qui tapissent l’anus, le côlon ou le rectum sont déchirés, ce qui entraîne des douleurs et des saignements rectaux.
Les bains chauds, un régime riche en fibres et les émollients fécaux peuvent tous aider à réduire les symptômes des fissures. Dans les cas graves, les fissures peuvent nécessiter la prescription de crèmes ou une intervention chirurgicale.

4. Diverticulite

On parle de diverticulose lorsque de petites poches appelées diverticules se développent sur les parois du côlon autour d’une faiblesse des couches musculaires de l’organe.
Ces poches ou diverticules sont extrêmement fréquentes. Parfois, les diverticules peuvent se mettre à saigner, mais ce saignement s’arrête généralement de lui-même.
Habituellement, ces poches ne provoquent pas de symptômes et ne nécessitent pas de traitement, à moins qu’elles ne s’infectent, auquel cas une affection appelée diverticulite apparaît. Les diverticules infectés et enflammés sont souvent douloureux et peuvent provoquer des saignements rectaux, généralement un afflux modéré de sang qui s’écoule pendant quelques secondes. La diverticulite est traitée par des antibiotiques et, si elle est grave, par la chirurgie.

5. Proctite ou colite

La proctite se produit lorsque les tissus qui constituent le rectum s’enflamment, entraînant souvent des douleurs et des saignements. La colite se produit lorsque les tissus qui tapissent le côlon s’enflamment. Un type de colite appelé colite ulcéreuse peut également provoquer des ulcères, c’est-à-dire des plaies ouvertes et progressives, sujettes à des saignements. Les traitements de la proctite et de la colite varient en fonction des causes et vont des antibiotiques à la chirurgie.

Les causes courantes de la proctite et de la colite sont les suivantes :
– l’infection
– certaines maladies qui provoquent des problèmes digestifs, comme le syndrome du côlon irritable (SCI) et la maladie de Crohn
– certains médicaments, comme les anticoagulants
– la radiothérapie ou la chimiothérapie
– les rapports sexuels anaux
– une diminution du flux sanguin vers le côlon ou le rectum
– une obstruction dans le côlon ou le rectum

6. Gastro-entérite

Les infections bactériennes peuvent provoquer une inflammation du côlon et de l’estomac, entraînant une diarrhée qui peut contenir du mucus et des taches de sang. La gastro-entérite virale ne provoque généralement pas de diarrhée sanglante. Le traitement de la gastro-entérite comprend généralement des liquides, du repos et des antibiotiques ou des antiviraux, selon la cause.

7. Infections sexuellement transmissibles (IST)

Les rapports sexuels non protégés impliquant la zone anale peuvent propager un large éventail de maladies virales et bactériennes. Celles-ci peuvent provoquer une inflammation de l’anus et du rectum. L’inflammation, si elle se produit, augmente la probabilité de saignement. Le traitement des IST comprend généralement un antibiotique, un antiviral ou un antifongique, selon que la cause est bactérienne, virale ou fongique.

8. Prolapsus

L’affaiblissement des tissus rectaux peut permettre à une partie du rectum de pousser vers l’avant ou de se gonfler à l’extérieur de l’anus, ce qui entraîne généralement des douleurs et, presque toujours, des saignements. Le prolapsus est plus fréquent chez les adultes plus âgés que chez les jeunes. Certaines personnes atteintes de cette affection peuvent avoir besoin d’une intervention chirurgicale pour la corriger.

9. Les polypes

Les polypes sont des excroissances anormales non cancéreuses. Lorsque les polypes se développent sur la paroi du rectum ou du côlon, ils peuvent provoquer une irritation, une inflammation et des saignements mineurs. Dans de nombreux cas, le médecin retire les polypes afin de les soumettre à des tests de dépistage des signes de cancer et d’éviter le risque qu’ils deviennent cancéreux.

10. Cancer du côlon ou du rectum

Le cancer qui touche le côlon ou le rectum peut provoquer une irritation, une inflammation et des saignements. Jusqu’à 48 pour cent des personnes atteintes d’un cancer colorectal ont connu des saignements rectaux. Le cancer du côlon est une forme très courante de cancer et a tendance à progresser lentement, de sorte qu’il est souvent traitable s’il est détecté à un stade précoce. Le cancer du rectum, bien que beaucoup plus rare que le cancer du côlon, est aussi généralement guérissable s’il est détecté et traité à temps. Certains cas de cancer du côlon et du rectum se développent à partir de polypes initialement bénins. Tous les cas de cancer gastro-intestinal nécessitent un traitement, qui associe généralement chimiothérapie, radiothérapie et chirurgie.

11. Hémorragie interne

Une blessure importante à l’un des organes gastro-intestinaux peut entraîner une hémorragie interne qui passe par le rectum. Une maladie gastro-intestinale grave peut également entraîner une hémorragie interne. Une hémorragie interne nécessite presque toujours une hospitalisation et une intervention chirurgicale.

Quand consulter un médecin

Les saignements rectaux occasionnels, mineurs ou légers, sont extrêmement courants et ne nécessitent souvent aucune attention ni traitement médical. Un saignement rectal sévère, chronique ou douloureux peut être le signe d’une affection sous-jacente plus grave et doit être évalué par un médecin. Les gens remarquent normalement un saignement rectal lorsqu’ils voient des traînées ou des gouttes de sang dans leurs selles, dans la cuvette des toilettes ou lorsqu’ils s’essuient. Certaines personnes peuvent également trouver du sang dans leurs sous-vêtements, ou l’eau des toilettes peut être d’un rose rougeâtre après avoir été aux toilettes. Certains cas de saignement rectal entraînent également une très mauvaise odeur, des selles sombres et goudronneuses mélangées à du sang rouge très foncé ou noir.

Les raisons de consulter un médecin

– un saignement qui dure plus de 2 ou 3 semaines
– enfants présentant des selles sanglantes ou des saignements rectaux
– perte de poids inexpliquée, fatigue ou faiblesse également
– abdomen douloureux, gonflé ou sensible
– fièvre concomitante
– bosses simultanées dans l’abdomen
– selles plus fines, plus longues ou plus molles que la normale pendant 3 semaines ou plus
– nausées ou vomissements accompagnés
– constipation prolongée ou changements dans les habitudes d’évacuation des selles
– fuite incontrôlée de l’anus.

Les raisons de consulter en urgence

– vomissements ou crachats de sang
– du sang coule du nez, des yeux ou des oreilles
– saignement d’un rouge très foncé ou noir
– la raison de la diarrhée sanglante n’est pas claire, par exemple sans rapport avec un problème abdominal ou un traitement médical
– perte de conscience ou confusion
– une douleur extrême au niveau de l’abdomen ou du bas du dos.

Conseils de prévention

Dans certains cas, il n’existe pas de véritable moyen de prévenir les cas mineurs de saignement rectal. Cependant, certains facteurs sont connus pour causer, contribuer à ou aggraver les saignements rectaux.
Voici quelques conseils de prévention courants pour les saignements du rectum, du côlon et de l’anus :

– avoir une alimentation équilibrée et riche en fibres
– s’hydrater en permanence
– ne pas forcer pour aller aux toilettes
– s’essuyer doucement l’anus
– traiter la constipation chronique ou prolongée avec des remèdes en vente libre
– traiter la diarrhée chronique ou prolongée avec des remèdes en vente libre
– essayer de ne pas soulever d’objets lourds, sauf si cela est nécessaire
– maintenir un poids corporel sain
– prendre fréquemment des bains longs et chauds en cas de symptômes suivre les plans de traitement établis par un médecin pour des affections connexes
– essayer d’éviter les aliments épicés, riches, gras, fortement transformés et raffinés
– consulter un médecin en cas d’excroissance anormale dans la zone concernée
– éviter la surconsommation de médicaments anti-inflammatoires non stéroïdiens (AINS)
– porter un préservatif lors des rapports sexuels.

Il peut être utile de consulter un médecin au sujet des symptômes gastro-intestinaux qui peuvent être le signe d’affections sous-jacentes, notamment d’infections, de troubles digestifs ou d’excroissances anormales.

Sang dans les selles: quand faut-il vraiment s’inquiéter ?

Quelques gouttes ou traînées de sang occasionnelles dans les toilettes, en s’essuyant ou dans les selles, ne sont généralement pas inquiétantes.
Certaines personnes peuvent éviter de parler à leur médecin des saignements rectaux par gêne et anxiété, même dans les cas modérés ou graves. Bien que rares, les saignements rectaux abondants ou chroniques peuvent entraîner de graves pertes de sang ou être le signe d’une affection sous-jacente nécessitant un traitement.
Il faut consulter un médecin en cas de saignement rectal chronique ou de croissance anormale et visible autour de l’anus. Il est également conseillé de consulter un médecin en cas de saignement rectal qui ne répond pas aux remèdes maison. Il faut consulter d’urgence un médecin en cas de saignement rectal ou de selles très foncées, surtout si la personne vomit ou crache du sang. Il est également essentiel de demander une aide immédiate en cas de saignement qui dure plus de quelques minutes ou qui s’accompagne d’autres symptômes, comme une douleur intense, de la fièvre ou une faiblesse.

 

Sources

Anorectal bleeding. (n.d.)

Bleeding from the bottom (rectal bleeding). (2017, April 1)

Goldstein, S. D., & Maxwell, P. J. (2011, March). Rectal prolapse. Clinics in Colon and Rectal Surgery, 24(1), 39–45


Haemorrhoids (piles). (2016, March 11)

Pedersen, A. F., Hansen, R. P., & Vedsted, P. (2013, July 22). Patient delay in colorectal cancer patients: Associations with rectal bleeding and thoughts about cancer. PLoS One, 8(7), e69700


Rectal bleeding. (2017, March)


Articles similaires