Rumination : trop penser est une attitude malsaine qui pourrait vous causer des dégâts majeurs

Êtes-vous quelqu’un qui se retrouve souvent pris dans un tourbillon de pensées et de blocages mentaux ? Passez-vous vos journées à chercher des solutions aux problèmes de la vie tout en vous sentant complètement incapable d’agir sur l’une d’entre elles ? Si c’est le cas, cet article est pour vous. Vous pouvez avoir l’impression que l’habitude de « trop penser » ne s’arrête jamais, mais elle peut être gérée grâce à certaines stratégies dont nous allons vous parler ici. Qu’il s’agisse de comprendre pourquoi nous pensons trop ou de trouver des techniques pour nous aider à faire face et à remettre nos vies sur les rails, plongeons ensemble dans la lutte contre ce problème accablant !

Overthinking, rumination mentale, … une série de pensées qui passe en boucle.

La rumination mentale ou la pensée involontaire répétitive est une forme de pensée obsessionnelle qui consiste à ressasser des pensées et des sentiments négatifs. C’est le cas lorsqu’un événement stressant se produit et qu’au lieu d’y faire face de manière saine, nous restons coincés dans un cycle d’ « overthinking »et ne parvenons pas à aller de l’avant. Ce type de schéma de pensée peut conduire à l’anxiété, à la dépression et à une foule d’autres problèmes de santé mentale tels que des pensées intrusives, des difficultés de concentration et des problèmes de sommeil.

Lorsque nous sommes engagés dans ce processus de pensée en boucle, notre cerveau est submergé et il devient difficile de penser clairement ou de donner un sens à nos pensées. Il peut être difficile de rompre ce cycle, car pendant ce temps, notre cerveau fait une fixation sur certaines émotions comme la tristesse, la culpabilité ou l’inquiétude, ce qui nous empêche de nous concentrer sur tout autre aspect de notre vie.

Ce trouble obsessionnel compulsif a des répercussions très graves.

Les conséquences de la rumination mentale vont bien au-delà des problèmes de santé mentale. Elle peut conduire à une mauvaise prise de décision en raison de l’incapacité à penser objectivement, de sorte que l’on peut prendre des décisions basées sur ses propres préjugés ou perceptions plutôt que sur des faits ou la logique.

Elle peut être incroyablement épuisante, car on dépense beaucoup d’énergie à s’occuper d’idées pessimistes, ce qui peut nous épuiser mentalement et physiquement. De plus, elle entraîne souvent les personnes qui en souffrent dans un trou de lapin où elles s’attardent continuellement sur des événements qui se sont déjà produits ou catastrophent des événements futurs qui ne se produiront peut-être jamais. Ce qui les éloigne encore plus de la réalité ou du moment présent.

Réflexologie, méditation, respiration profonde, … plusieurs méthodes pour sortir de ce cycle malsain.

Il existe plusieurs stratégies pour combattre ce phénomène dévastateur que nous allons décortiquer pour vous aider à mener un quotidien plus serein et épanoui.

Réflexologie :

La réflexologie est une pratique consistant à masser et à presser des zones spécifiques des mains ou des pieds qui correspondent à différentes parties du corps. Elle est utilisée depuis des siècles comme moyen de relaxation et de soulagement du stress. Ces dernières années, elle est également devenue populaire auprès des personnes souffrant de problèmes de santé mentale tels que l’anxiété et la dépression.

En se concentrant sur des zones supposées être liées à certains organes ou fonctions du corps, les réflexologues sont capables de stimuler les voies énergétiques qui peuvent déclencher des réponses physiques dans tout le corps. Cela peut contribuer à réduire les tensions et à détendre l’esprit, ce qui permet d’améliorer l’humeur et de réduire les pensées intrusives.

Méditation :

La méditation est un autre type de pratique qui encourage le calme et la pleine conscience tout en permettant aux individus d’observer leurs propres pensées sans jugement. Au fur et à mesure que les pratiquants apprennent à se détacher de leurs pensées et à mieux contrôler leurs émotions, ils développent une plus grande flexibilité cognitive – une capacité qui leur permet de réduire rapidement le stress en détournant leur attention des schémas de pensée négatifs.

Pratiquée régulièrement, ne serait-ce que quelques minutes par jour, la méditation peut aider les personnes qui luttent contre la rumination en leur apprenant à reconnaître les boucles mentales qui se forment et à en sortir consciemment avant qu’elles ne se transforment en états de détresse plus profonds.

Respiration profonde :

La respiration profonde est une autre méthode pour lutter contre les pensées intrusives et les ruminations mentales, car elle permet de ralentir nos réactions physiques et émotionnelles en calmant notre système nerveux. Les exercices de respiration profonde consistent à inspirer profondément par le nez en comptant jusqu’à cinq, puis à expirer lentement par la bouche en comptant jusqu’à un.

Cette répétition favorise la relaxation tout en libérant les tensions accumulées dans la région thoracique, qui peuvent entraîner une augmentation des pensées intrusives et des ruminations si elles ne sont pas contrôlées. En outre, la respiration profonde augmente le taux d’oxygène dans le sang, ce qui améliore la concentration et vous permet de vous concentrer sur autre chose que vos soucis.

Plusieurs autres activités utiles à considérer.

Ces trois pratiques – réflexologie, méditation et respiration profonde – ne sont que quelques exemples des nombreuses méthodes disponibles pour sortir des schémas de pensée répétitive involontaire et de rumination mentale.

D’autres activités, telles que le yoga ou le tai-chi, offrent des avantages similaires, mais intègrent davantage de mouvements physiques en plus du travail respiratoire ; de même, passer du temps à l’extérieur, entouré par la nature, peut également être bénéfique en raison de son effet apaisant sur les sens, tout en aidant à prendre du recul face à des situations difficiles. Enfin, écouter/jouer de la musique peut également s’avérer incroyablement utile, car elle active plusieurs parties du cerveau, offrant une distraction immédiate tout en ayant des effets positifs sur notre humeur grâce aux connexions émotionnelles associées à certains sons ou paroles.

* Presse Santé s' efforce de transmettre la connaissance santé dans un langage accessible à tous. En AUCUN CAS, les informations données ne peuvent remplacer l' avis d'un profesionel de santé.