RGO : les astuces pour atténuer les reflux

Photo mal de gorge RGO
Le RGO touche un Français sur trois et prêt de 50% des patients souffrant de reflux gastro-oesophagien se disent insatisfaits de leurs traitements médicamenteux

Le RGO touche un Français sur trois et prêt de 50% des patients souffrant de reflux gastro-oesophagien se disent insatisfaits de leurs traitements médicamenteux. L’adoption de certaines habitudes de vie et alimentaires demeure une composante cruciale du traitement qui vous aidera à diminuer l’intensité et la fréquence des reflux.

Le RGO, ou reflux gastro-œsophagien, n’est pas nécessairement un problème grave, mais il peut le devenir si on ne prend pas les précautions nécessaires. Il se caractérise par une remontée du contenu acide de l’estomac dans l’œsophage ou jusqu’à la bouche, qui peut entraîner une modification de la qualité de vie de l’individu et des lésions à l’œsophage. Ce phénomène survient habituellement lorsque le sphincter inférieur de l’œsophage (SOI), un muscle situé à la jonction entre l’estomac et l’œsophage qui agit à titre de système anti-reflux, a dû mal à fonctionner normalement.

En temps normal, ce muscle s’ouvre uniquement lorsque des aliments descendent de l’œsophage jusqu’à l’estomac et se referme ensuite pour empêcher que le contenu acide de l’estomac remonte dans l’œsophage. Or, chez les personnes qui souffrent de reflux gastriques, ce muscle devient un peu moins vigilant. Demeurant entre-ouvert après l’ingestion d’aliments, ce sphincter laisse le contenu acide se faufiler vers l’œsophage. Mais les cellules de l’œsophage ne sont pas conçues pour résister à un tel pH acide.

Résultat : des sensations de brûlure dans l’estomac (pyrosis) et des remontées acides dans l’œsophage ou la bouche se font ressentir après un repas. De plus, un mauvais goût amer ou acide dans la bouche, des régurgitations, une toux récurrente, des maux de gorge et une érosion de l’émail des dents sont d’autres symptômes qui peuvent être observés chez les personnes atteintes de reflux gastriques.

Afin de réduire les reflux gastriques, l’adoption de saines habitudes de vie et de certains comportements alimentaires spécifiques peut avoir un impact positif considérable.

Voici donc quelques conseils sur lesquels miser :

– Mangez lentement et assurez-vous de bien mastiquer chaque bouchée ;

– Mangez plus souvent de petites portions d’aliments. Pour ce faire, misez sur l’écoute des signaux de faim et de satiété et intégrez des collations entre les repas dès que vous avez un petit creux. Vous serez ainsi moins affamés à l’heure des repas, vous aurez plus de facilité à réduire le tempo et vous serez plus en mesure de respecter votre satiété (ne pas être trop pleins après le repas) ;

– Maintenir une position verticale pendant les repas et 45 à 60 minutes après les repas ;

– Retrouver son poids naturel (pour les personnes souffrant de surpoids ou d’obésité) ;

– Assurez-vous de consommer 2 à 3 portions de viandes par jour et favorisez la consommation de source de protéines peu grasses, tels les poissons maigres, la volaille, le tofu, le tempeh, les légumineuses

À l’inverse, certains aliments ou comportements alimentaires peuvent accentuer les reflux gastriques. Voici donc d’autres conseils pour les réduire :

– Évitez de vous coucher ou de se pencher 2 à 3 heures après avoir mangé ;

– Évitez les repas copieux ;

– Évitez les gommes à mâcher et les boissons pétillantes, telles les boissons gazeuses et les eaux gazéifiées, qui font entrer de l’air dans votre système digestif ;

– Évitez les aliments gras ou frits, tels les aliments de restauration rapide, les pâtisseries, les produits alimentaires ultra-transformés, les charcuteries, les fromages riches en gras et les viandes grasses ou leur peau, car ils diminuent le tonus du SOI ;

– Évitez les aliments riches en méthylxanthines, tel le chocolat, le thé, le cola ou le café, car ils diminuent le tonus du SOI ;

– Évitez les aliments riches en acides volatils, tel la menthe (gomme à mâcher, pastille, etc.), car ils diminuent le tonus du SOI ;

– Limitez votre consommation d’alcool aux occasions spéciales ;

– Évitez les irritants gastriques, tels les agrumes ou les tomates et leurs jus, les cafés (ordinaires ou décaféinés), les épices fortes, l’alcool et les boissons gazeuses.

Quelques gestes simples peuvent s’avérer utiles

– Surélever la tête de lit d’environ 15 cm ;

– Cesser le tabagisme ;

– Faire une marche après le repas ;

– Adopter une bonne hygiène de sommeil ;

– Évitez les vêtements serrés.

 

Source

Esmaillizadeh, A et coll. Patterns of diet-related practices and prevalence of gastro-oesophageal reflux disease. Neurogastroenterology & Motility 2013; 25:831-e638.

Wu, K-L et coll. Effect of liquid meals with different volumes on gastroesophageal reflux disease. Journal of Gastroenterology and Hepatology 2014; 29:469-473.

Yamamichi, N et coll. Lifestyle factors affecting gastroesophageal reflux disease symptoms : a cross-sectional study of healthy 19864 adults using FSSG scores. BMC Medecine 2012; 10:45

Yang, JH et coll. Recurrence of gastrooesophageal reflux disease correlated with a short dinner-to-bedtime interval. Journal of Gastroenterology and Hepatology 2014; 29:730-735.

 

 

 

Marie Desange est journaliste santé, passionnée tant par les dernières recherches en scientifiques en nutrition, neurosciences et bien être que par les nouvelles approches de santé qui ne sont pas encore passées par le filtre des études scientifiques, mais qui marchent.Ostéopathie, chiropractie, acupuncture, neuro-feedback, méditation, aromathérapie, homéopathie, médecine chinoise ou Indienne (Ayurveda), shiastu, soins énergétiques, techniques corporelles ou thérapies psychologiques, toutes ces disciplines méritent d’être mises en avant pour que les lecteurs puissent être bien informés et faire leur choix sur ce qui peut les aider.De plus, la pratique journalistique lui permet de rencontrer toujours plus d’acteurs de ces nouvelles approches et de sélectionner ceux qui ont une particularité et une réelle maîtrise de ce qu’ils proposent. Les soins complémentaires et les nouvelles approches de santé doivent être rigoureux et sans danger pour les personnes qui se tournent vers elles. Avec le temps et l’expérience, Marie sait sélectionner ce qui peut apporter, selon les cas, de vrais bénéfices pour le mieux être des personnes qui le recherchent. `Journaliste pour le journal on-line pressesante.com, Marie a encore plein de supers sujets sous le coude à vous proposer, que vous ne lirez pas ailleurs.