Rester assis longtemps fait vieillir prématurément de huit ans

977

La sédentarité a des effets délétères bien connus sur la santé : diabète, obésité, cancers… notamment en raison d’une position assise prolongée. Les conclusions d’une vaste étude qui vient d’être publiée dans l’American Journal of Epidemiology  montrent qu’une position assise prolongée accélère aussi le vieillissement de notre ADN. Cette étude est la première à avoir étudié les effets de cette forme de sédentarité sur le vieillissement cellulaire et précisément sur les télomères qui protègent nos chromosomes.

Rester longtemps assis double le risque de diabète et de maladie cardiaque mais réduit aussi l’espérance de vie. Les effets délétères d’un comportement trop sédentaire et d’une station assise trop prolongée durant la journée ont fait l’objet de toute une série d’articles et d’études : une large étude de l’Université Cornell, notamment, menée sur plus de 90.000 femmes ménopausées, a déjà démontré l’augmentation de la mortalité avec une sédentarité prolongée. Tout récemment, c’est toute une édition spéciale de l’American Journal of Preventive Medicine qui a mis en avant les effets délétères d’un comportement trop sédentaire et d’une station assise trop prolongée durant la journée. Non seulement cette série d’articles rappelle que si le manque d’exercice physique est souvent impliqué dans de nombreux processus pathologiques, la position assise prolongée est aussi un facteur de risque à part entière.

La position assise prolongée raccourci les télomères

Ici l’étude menée par des équipes de nombreuses institutions américaines a porté sur les télomères, ces capuchons qui protègent les chromosomes des cellules humaines. Les télomères apportent une protection aux chromosomes pendant le processus de réplication pour empêcher la perte de brins d’ADN. Cependant avec le vieillissement, la longueur des télomères diminue. Des télomères plus longs sont généralement associés à une meilleure santé et à une longévité plus élevée, des télomères plus courts au vieillissement cellulaire.

Rester assis provoque un vieillissement prématuré de 8 ans

Les chercheurs de l’Université de Californie, de Washington, de Floride, de la San Diego State University, de la State University of New York, du Fred Hutchinson Cancer Research Centre, de la George Washington University, et de la Northwestern University ont mené cette étude chez 1.481 femmes âgées de 65 ans et plus, participant à la cohorte Women’s Health Initiative, pour regarder l’association entre le temps passé assis et la longueur des télomères. L’activité physique était mesurée par accéléromètre, et des échantillons d’ADN ont été analysés pour évaluer la longueur des télomères. Enfin, les chercheurs ont pris en compte d’autres facteurs possibles :  l’âge, l’origine ethnique, le niveau d’éducation, le statut marital, le tabagisme et la consommation d’alcool, l’IMC, les maladies chroniques, l’utilisation de certains médicaments…

L’analyse montre que les participantes ayant pratiqué moins de 40 minutes d’activité physique par jour, celles qui restaient assises le plus longtemps (soit 10 heures ou plus par jour) dans la journée présentaient des télomères plus courts en moyenne de 170 paires de bases. Or nos télomères raccourcissent à un rythme de 21 paires de bases par an, par conséquent : ce rétrécissement constaté avec cette forme de sédentarité équivaut à un vieillissement de 8 ans !

En revanche, chez les femmes qui pratiquent au moins 30 minutes d’activité physique par jour, le temps passé assis semble ne pas avoir d’effet sur la longueur des télomères.

Ainsi une sédentarité prolongée et l’insuffisance d’activité physique se combinent pour raccourcir la longueur des télomères et accélérer le vieillissement de notre ADN et de nos cellules, aussi.

Pour protéger vos télomères et ralentir les effets du vieillissement, voir les inverser en rallongeant vos télomères, relisez nos articles sur ce sujet passionnant et les solutions qui existent :

https://www.pressesante.com/dr-paul-fabrizy-a-88-ans-cest-jen-avais-65/

et sur le seul complément alimentaire protecteur des télomères étudié en laboratoire (Institut Pasteur) :

https://www.pressesante.com/adn-telomeractives-de-lastragale-de-nouveau-20-ans

Source : American Journal of Epidemiology January 18 2017 DOI: 10.1093/aje/kww196 Associations of Accelerometer-Measured and Self-Reported Sedentary Time With Leukocyte Telomere Length in Older Women.

 

 

PARTAGER

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here