ActualitéNutrition

Renforcer son immunité en 5 jours avec ces 5 aliments

Se laver les mains pendant 20 secondes est, espérons-le, une seconde nature maintenant. Mais vous pouvez faire encore plus pour renforcer votre immunité, et une grande partie de celle-ci vient de ce que vous mettez dans votre corps. Se concentrer sur le soutien de son système immunitaire par l’alimentation est l’une des choses les plus importantes que l’on puisse faire à tout moment, surtout maintenant.

Faites ces petits ajouts à votre alimentation quotidienne pour renforcer son immunité

Jour 1 : Ajoutez des champignons et des brocolis

Les champignons augmentent la sécrétion d’un anticorps appelé IgA, présent dans les muqueuses et la salive. C’est une première ligne de défense importante contre tout envahisseur. Le brocoli et les pousses de brocoli sont un autre stimulant, car ils contiennent du sulforaphane, un nutriment à base de soufre qui neutralise les toxines et aide à réduire l’inflammation. Faîtes un sauté de champignons et de brocolis, c’est facile à faire et pas mauvais du tout.

Jour 2 : Mangez une tasse de myrtilles par jour pour renforcer son immunité

Les myrtilles regorgent d’antioxydants qui peuvent renforcer son immunité. Une étude menée par le département de la physiologie appliquée, de la nutrition et du métabolisme au Canada en 2011 a révélé que les myrtilles peuvent augmenter le nombre de cellules tueuses naturelles. Ces cellules sont essentielles aux réponses immunitaires qui éliminent les cellules infectées par un virus ou les cellules tumorales. Dans le cadre de l’étude, les participants ont consommé un peu moins de deux tasses de myrtilles par jour pendant six semaines. Environ trois tasses ont été données une heure avant une course de deux heures et demie sur un tapis roulant. Les myrtilles ont doublé le nombre de cellules tueuses naturelles qu’elles avaient dans leur sang.

Elles peuvent également aider notre système immunitaire à développer des « réponses apprises » aux envahisseurs étrangers. En plus d’être délicieuses, elles constituent un excellent additif aux repas du petit déjeuner et peuvent être un en-cas sain.

Jour 3 : Dégustez un verre de thé noir ou vert

Il a été démontré que le thé améliore le microbiome de notre intestin.  Une étude menée en juin 2020, en Inde, a montré que les personnes qui boivent du thé vert ou noir ont plus de bactéries saines dans leurs intestins. Un microbiome équilibré est crucial pour votre santé globale. Fixez-vous comme objectif de boire une tasse de thé par jour.

Jour 4 : Servez-vous d’une poignée de noix

Les noix sont une source saine de fibres, de protéines et de matières grasses.  Mélangez quotidiennement avec une poignée d’amandes, de noix, de noisettes, de noix de cajou ou de noix de pécan. Les noix contiennent des oméga-3 et d’autres sont riches en fibres saines, qui nourrissent le microbiome de votre intestin. Lorsque vous faites vos achats, recherchez des variétés non salées ou légèrement salées. Les noix salées peuvent contenir jusqu’à 200 milligrammes de sodium par once et les noix légèrement salées en contiennent environ 45 à 95 milligrammes.

Jour 5 : Prenez une portion de légumes verts à feuilles

Les feuilles vertes comme la roquette, le chou vert et les épinards contiennent des nitrates, qui se transforment en oxyde nitrique, la molécule naturellement produite par votre corps et responsable de la bonne circulation sanguine. Lorsque vous mâchez des épinards, le microbiome de votre langue convertit les nitrates des épinards, qui proviennent du sol, en une forme que votre estomac peut digérer, et les transforme en oxyde nitrique. Qui passe ensuite dans votre circulation sanguine.  Augmenter le niveau d’oxyde nitrique permet de réduire la pression sanguine et d’améliorer les fonctions cérébrales.

Faites un pacte avec vous-même pour essayer un de ces conseils par jour. Avec le temps, ces modifications du mode de vie peuvent faire partie de votre routine quotidienne. Elles  aideront à renforcer votre immunité.

Sources

https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pmc/articles/PMC6804255/

https://pubmed.ncbi.nlm.nih.gov/22111516/

https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pmc/articles/PMC7332865/

Articles similaires