Remboursement des médecines douces: les mutuelles s’y mettent

allianz santé

Homéopathe, acupuncteur, ostéopathe, etc, les consultations de médecines douces explosent en France. Si une partie de ces consultations peut être, sous certaines conditions, prises en charge par la sécurité sociale, reste que souvent le coût de la consultation est à la charge intégrale du patient. Les assureurs et mutuelles offrent maintenant des prises en charge partielles de ce type de consultation. Alors autant bien regarder les lignes de son assurance santé et de sa mutuelle.

Les consultations de praticiens de médecine douce sont difficiles à chiffrer exactement en France, mais une estimation nationale récente affirme qu’au moins 50% des Français ont eu recours soit à un homéopathe, un ostéopathe, un acupuncteur ou un chiropraticien, au cours de l’année passée. Tant mieux si les Français prennent en main leur santé et se tournent vers des approches qui peuvent, par exemple, les soulager de douleurs articulaires chroniques sans le recours systématique à des médicaments.

Médecines douces : remboursement partiel par la sécurité sociale

Mais voilà, le problème que l’on rencontre tous lorsque l’on se tourne vers les médecines douces, c’est le coût. Les consultations ne sont pas remboursées par l’assurance maladie, à moins que le praticien soit un médecin conventionné ayant une formation universitaire (DU -Diplôme Universitaire) en homéopathie ou acupuncture. Auquel cas, la consultation peut être partiellement remboursée, par exemple en:

Homéopathie : de 30% si les médicaments sont prescrits par un médecin.

Acupuncture : si la consultation est réalisée chez un médecin généraliste titulaire d’une formation universitaire reconnue par l’État.

Ostéopathie : si la séance est pratiquée par un praticien du secteur 1, vous serez remboursé sur la base de 70% TC (tarif de convention), soit environ 15 euros.

Mais voilà, on ne choisit pas toujours son praticien de médecine douce en fonction de son diplôme en médecine. Le choix de se tourner vers tel ou tel praticien, ou telle ou telle approche se fait la plupart du temps par le bouche à oreille, par recommandation, par connaissance interposée et là, la consultation est payable à 100% sans prise en charge même partielle par la sécurité sociale.

Assurances et mutuelles offrent un complément de remboursement

Face à cet engouement qui ne cesse de progresser dans la population depuis 20 ans, les mutuelles incluent de plus en plus dans leurs offres de complémentaire santé des remboursements partiels de certaines consultations de praticien de médecine douce. Tournez-vous vers votre assureur pour savoir ce qui est proposé dans votre contrat pour les médecines douces, comparez les offres sur des sites de comparateurs d’offres de complémentaire santé, demandez à votre employeur ce que la mutuelle de l’entreprise offre dans ces domaines.

De grands acteurs de l’assurance comme Allianz par exemple offrent des formules assurance complémentaire santé qui prennent en charge partiellement vos consultations de médecines douces. Si la barrière du coût de la consultation diminue c’est autant de séances de médecines alternatives qui deviennent accessibles et donc autant de médicaments en moins (lorsque c’est évitable) et plus de mieux-être.
Barème de prestations : Allianz Composio

(Article sponsorisé)

Article précédentSurpoids: Pourquoi ne peut-on s’empêcher de manger, même sans appétit?
Article suivantProduits « allégés »: enfumage commercial pour bénéfice nutritionnel nul
Marie Desange est journaliste santé, passionnée tant par les dernières recherches en scientifiques en nutrition, neurosciences et bien être que par les nouvelles approches de santé qui ne sont pas encore passées par le filtre des études scientifiques, mais qui marchent. Ostéopathie, chiropractie, acupuncture, neuro-feedback, méditation, aromathérapie, homéopathie, médecine chinoise ou Indienne (Ayurveda), shiastu, soins énergétiques, techniques corporelles ou thérapies psychologiques, toutes ces disciplines méritent d’être mises en avant pour que les lecteurs puissent être bien informés et faire leur choix sur ce qui peut les aider. De plus, la pratique journalistique lui permet de rencontrer toujours plus d’acteurs de ces nouvelles approches et de sélectionner ceux qui ont une particularité et une réelle maîtrise de ce qu’ils proposent. Les soins complémentaires et les nouvelles approches de santé doivent être rigoureux et sans danger pour les personnes qui se tournent vers elles. Avec le temps et l’expérience, Marie sait sélectionner ce qui peut apporter, selon les cas, de vrais bénéfices pour le mieux être des personnes qui le recherchent. ` Journaliste pour le journal on-line pressesante.com, Marie a encore plein de supers sujets sous le coude à vous proposer, que vous ne lirez pas ailleurs.