Le régime Méditerranéen combat la dépression

Une revue de la littérature suggère une relation favorable entre les régimes riches en végétaux – en particulier le régime méditerranéen – et un risque plus faible de dépression. L’excès de sucres, d’aliments transformés ou de graisses saturées exercerait l’effet inverse.

Cette étude, conduite par le University College of London, a balayé la littérature scientifique afin d’évaluer l’impact de l’alimentation sur le risque de dépression. 41 études observationnelles ont été considérées comme éligibles dans l’analyse: 21 études longitudinales (qui suivent des individus au cours du temps) et 20 études cross-sectionnelles (qui effectuent un instantané et évaluent les associations potentielles). Quatre des études longitudinales portaient sur la dépression, auprès d’une population de 36.556 adultes suivant un régime méditerranéen traditionnel.

Une alimentation riche en végétaux diminue de 35% le risque de dépression

L’analyse des données regroupées a révélé que, le fait de suivre un régime riche en végétaux était globalement associé à un risque de dépression 35% plus faible, par rapport au fait de suivre un régime en comportant peu. La preuve la plus convaincante a été observée pour le régime méditerranéen traditionnel. Pour rappel, celui-ci est caractérisé par la consommation en abondance de végétaux tels que les fruits, légumes, légumineuses, céréales, les herbes aromatiques et l’huile d’olive, une consommation modérée de produits laitiers, d’œufs et de vin, une consommation limitée de poisson et une consommation faible de viande.

L’étude révèle une réduction de 33% du risque relatif combiné de l’incidence de la dépression dans la catégorie d’adhérence la plus élevée au régime méditerranéen, par rapport à la plus faible adhésion au régime.

Sucre et graisses saturées: un régime pro-dépression

En utilisant les données de cinq des études longitudinales, les chercheurs ont également découvert que le fait de suivre un «régime pro-inflammatoire», défini par les chercheurs comme un régime qui contient généralement de grandes quantités de sucres, d’aliments transformés et de graisses saturées, était lié à un risque plus élevé de dépression. Les données provenaient d’un total de 32.908 adultes vivant en Australie, en France, en Espagne, au Royaume-Uni et aux États-Unis. Éviter un tel régime baissait le risque de 24%.

Les chercheurs concluent qu’adopter un régime sain riche en végétaux, en particulier un régime méditerranéen traditionnel, semble conférer une certaine protection contre la dépression dans les études observationnelles, sans toutefois pouvoir établir de lien de cause à effet. Rappelons par ailleurs que les végétaux font partie du TOP 10 des priorités nutritionnelles.

Source
Lassale C. et al. Healthy dietary indices and risk of depressive outcomes: a systematic review and meta-analysis of observational studiesMol Psychiatry. doi: 10.1038/s41380-018-0237-8.