Quoi manger pour protéger l’audition et réduire la perte auditive

Des chercheurs de Brigham and Women’s Hospital ont constaté qu’une alimentation saine peut réduire le risque de perte auditive. À l’aide de données recueillies dans le rapport sur « l’Étude sur la santé des infirmières sur la conservation de l’ouïe », les chercheurs ont examiné les changements pendant trois ans dans les sensibilités auditives et ont constaté que les femmes dont les habitudes alimentaires suivaient étroitement les recommandations courantes relatives à une diététique saine, telle que les régimes DASH ou le régime méditerranéen avaient un risque plus bas de baisse de l’audition.

Une perception commune est que la perte d’audition est une partie inévitable du processus de vieillissement. Cependant, cette étude sur l’identification des facteurs de risque potentiellement modifiables, a montré  que nous pouvons changer des choses dans notre alimentation et notre mode de vie pour prévenir la perte auditive ou retarder sa progression.

Les aliments à privilégier pour protéger son audition

Des études antérieures avaient déjà montré qu’une consommation plus élevée de nutriments spécifiques et de certains aliments, tels que les caroténoïdes bêta-carotène et bêta-cryptoxanthine (trouvé dans la courge, les carottes, les oranges et autres fruits et légumes), le folate (trouvé dans les légumineuses, les légumes feuillus , et d’autres aliments), les acides gras oméga-3 à longue chaîne (trouvés dans les fruits de mer et les poissons), étaient associés à un risque plus faible de perte auditive.

À ne pas rater !
Abonnez-vous à la newsletter Presse santé

Recevez chaque semaine et en avant première notre actualité santé : actualités médicales, conseils santé, innovations scientifiques, dossiers complets directement dans votre boite mail !

Adresse e-mail non valide
Essayez c est gratuit. Vous pouvez vous désinscrire à tout moment.

Maladie cardiaque, diabète, vieillissement en bonne santé: les bonnes habitudes alimentaires font la différence

En s’appuyant sur plus de 20 ans d’informations relatives aux apports alimentaires, recueillies tous les quatre ans à compter de 1991, les chercheurs ont  pu étudier dans quelle mesure les régimes alimentaires à long terme des participantes ressemblaient à certains modèles alimentaires bien établis et actuellement recommandés, tels que le régime DASH et le régime méditerranéen. Une plus grande adhésion à ces habitudes alimentaires a été associée à un certain nombre de résultats importants pour la santé, y compris un risque plus faible de maladie cardiaque, d’hypertension, de diabète, d’accident vasculaire cérébral et de décès ainsi qu’un vieillissement en bonne santé.