Rapport sur le climat 2022 de l’ONU: le changement climatique s’aggrave, les risques pour la santé

Nous savons déjà que les effets du changement climatique sur la santé ne sont pas bons, et le rapport 2022 des Nations unies sur le climat le confirme

La Semaine de la Terre est l’occasion de célébrer et d’encourager l’environnement et les merveilles de la nature terrestre. Malheureusement, d’année en année, nous constatons les effets négatifs sur l’environnement de nombreuses pratiques courantes de la société. Le rapport sur le climat 2022 des Nations unies (ONU) le confirme une fois de plus par des statistiques révélatrices.

En effet, le rapport 2022 des Nations unies sur le climat tire la sonnette d’alarme : « Si les gouvernements du monde entier ne réévaluent pas leurs politiques énergétiques, le monde sera inhabitable », selon le secrétaire général des Nations unies, Antonio Guterres. En outre, le rapport indique que le changement climatique est la plus grande menace sanitaire à laquelle l’humanité est confrontée. Ses effets nuisent déjà à la santé par la pollution atmosphérique, les maladies, les phénomènes météorologiques extrêmes, les déplacements forcés, l’insécurité alimentaire et les pressions sur la santé mentale. Chaque année, les facteurs environnementaux coûtent la vie à environ 13 millions de personnes.

La réalisation des objectifs de l’accord de Paris pourrait sauver environ un million de vies par an dans le monde d’ici à 2050, rien qu’en réduisant la pollution atmosphérique. En évitant les pires impacts climatiques, on pourrait éviter 250 000 décès supplémentaires liés au climat par an entre 2030 et 2050, principalement dus à la malnutrition, au paludisme, à la diarrhée et au stress thermique. La valeur des gains sanitaires résultant de la réduction des émissions de carbone représenterait environ le double du coût global de la mise en œuvre des mesures d’atténuation du carbone.

Nous savons déjà que les effets du changement climatique sur la santé ne sont pas bons, et le rapport 2022 des Nations unies sur le climat le confirme. À un niveau personnel, l’impact des changements alimentaires sur la santé et l’environnement peut être significatif, surtout si de plus en plus de personnes et de sociétés font des choix plus sains. Plongeons dans les points positifs et négatifs du rapport 2022 de l’ONU sur le climat.

Rapport 2022 des Nations unies sur le climat : le changement climatique s’aggrave

Pourquoi l’ONU est-elle si préoccupée ? Voici quelques-unes des principales conclusions du rapport 2022 de l’ONU sur le climat :

Température

– La Terre est plus chaude de plus d’un degré (Celsius) qu’en 1800, et le monde n’est pas prêt de respecter l’accord de Paris visant à empêcher la température de dépasser 1,5 degré C au-dessus des niveaux préindustriels. « Cela est considéré comme la limite supérieure pour éviter les pires retombées du changement climatique », selon l’ONU.
– Les années 2015 à 2019 ont été les cinq années les plus chaudes jamais enregistrées, tandis que les années 2010 à 2019 ont été la décennie la plus chaude jamais enregistrée.
– La température à la surface du globe a augmenté plus rapidement depuis 1970 que sur toute autre période de 50 ans au cours des 2000 dernières années au moins.
– Les températures de surface ont augmenté plus rapidement depuis 1970 que sur toute autre période de 50 ans au cours des 2 000 dernières années.
– Les niveaux de dioxyde de carbone ont atteint des sommets en 2019.
– Les températures pourraient augmenter de 4,4 degrés C au cours des 80 prochaines années si nous ne réduisons pas les émissions de dioxyde de carbone.
– Les concentrations de gaz à effet de serre sont à leur plus haut niveau depuis 2 millions d’années et continuent d’augmenter.
– Les émissions doivent diminuer de 7,6 % entre 2020 et 2030 pour éviter que la température n’augmente de 1,5 degré.
– Depuis les années 1980, les températures de l’air à la surface de l’Arctique se sont réchauffées au moins deux fois plus vite que la moyenne mondiale, alors que la glace de mer, la calotte glaciaire du Groenland et les glaciers ont diminué au cours de la même période et que les températures du permafrost ont augmenté.

– Nous devons réduire la production de combustibles fossiles d’environ 6 % par an jusqu’en 2030 pour rester sur la voie des 1,5 degré. Malheureusement, les pays prévoient une augmentation annuelle moyenne de 2 %.
Alimentation et agriculture
– L’utilisation non durable des terres, des sols, de l’eau et de l’énergie pour l’alimentation contribue aux émissions de gaz à effet de serre qui entraînent une hausse des températures. La hausse des températures affecte à son tour les ressources nécessaires à la production de nourriture. Jusqu’à 811 millions de personnes dans le monde seront confrontées à la faim en 2020, soit 161 millions de plus qu’en 2019.
– La production, le conditionnement et la distribution des aliments génèrent un tiers des émissions de gaz à effet de serre et provoquent jusqu’à 80 % de la perte de biodiversité. Sans intervention, les émissions du système alimentaire augmenteront probablement jusqu’à 40 % d’ici 2050.
– Le système alimentaire mondial représente environ 30 % de la consommation totale d’énergie.
– Plus de 17 % des aliments sont gaspillés et jusqu’à 10 % des émissions de gaz à effet de serre sont associées au gaspillage alimentaire.
– La hausse des températures entraînera une baisse du rendement des cultures, une baisse de la qualité des aliments et une augmentation du gaspillage.
– L’océan a absorbé plus de 90 % de l’excès de chaleur du climat, ce qui le rend plus acide et moins productif. Ce phénomène, associé à des pratiques telles que la surpêche, menace les ressources marines qui nourrissent 3,2 milliards de personnes.
– L’évolution de la couverture neigeuse, de la glace des lacs et des rivières et du pergélisol dans de nombreuses régions arctiques a perturbé l’approvisionnement en nourriture provenant des activités d’élevage, de chasse, de pêche et de cueillette, portant ainsi atteinte aux moyens de subsistance et à l’identité culturelle des habitants de l’Arctique.

Santé

– Chaque année, des facteurs environnementaux coûtent la vie à environ 13 millions de personnes.
– Plus de 90 % des personnes respirent des niveaux malsains de pollution atmosphérique, résultant en grande partie de la combustion de combustibles fossiles, moteur du changement climatique. En 2018, la pollution atmosphérique due aux combustibles fossiles a causé 2 900 milliards de dollars de coûts sanitaires et économiques, soit environ 8 milliards de dollars par jour.
– Les transports produisent environ 20 % des émissions mondiales de carbone.
– Les systèmes de production, d’emballage et de distribution des aliments génèrent un tiers des émissions de gaz à effet de serre.

Nature

– Environ 25 % des émissions de gaz à effet de serre de la planète proviennent du défrichement, de la production agricole et de la fertilisation, l’alimentation d’origine animale représentant 75 % de ces émissions.
– La majorité des aires de répartition des espèces terrestres devraient se réduire considérablement. La modification des aires de répartition peut nuire à la conservation des espèces, augmenter considérablement le renouvellement des espèces locales et accroître sensiblement le risque d’extinction à l’échelle mondiale.
– Le changement climatique a été associé à des risques accrus de zoonoses. Dans le cas de certaines contagions, l’augmentation des températures ou des précipitations peut avoir une incidence considérable sur le cycle de vie de l’agent pathogène ou de son vecteur, l’espèce intermédiaire qui transmet la maladie de l’hôte initial à l’homme.
– Les récifs coralliens devraient diminuer de 10 à 30 % si la température augmente de 1,5 degré.
– Les 345 milliards de dollars de subventions mondiales accordées aux combustibles fossiles entraînent un coût global de 5 000 milliards de dollars, notamment en termes de détérioration de la nature.

Ces constatations sont loin d’être les seules inquiétantes de l’édition 2022 du rapport des Nations unies sur le climat, et elles montrent à quel point la situation est désastreuse. Toutefois, il y a encore des raisons d’espérer.

Ce qui peut être fait

Voici quelques exemples de ce que le Rapport 2022 de l’ONU sur le climat peut faire pour inverser la tendance et contribuer à sauver l’environnement :

– L’adaptation au changement climatique protège les personnes contre les températures plus élevées, la montée des eaux, les tempêtes plus violentes, les précipitations imprévisibles et les océans plus acides. Certaines personnes sont plus vulnérables à ces effets, notamment celles qui vivent dans la pauvreté.

– À l’échelle mondiale, un investissement de 1 800 milliards de dollars dans les systèmes d’alerte précoce, les infrastructures résistantes au climat, l’amélioration de l’agriculture en zone aride, la protection des mangroves à l’échelle mondiale et la résilience des ressources en eau pourrait générer 7 100 milliards de dollars en coûts évités et en avantages sociaux et environnementaux.

– De meilleures données météorologiques ainsi que des systèmes d’alerte précoce et de gestion des urgences réduisent les dommages physiques et les pertes économiques. L’accès universel aux systèmes d’alerte précoce peut générer des bénéfices jusqu’à 10 fois supérieurs au coût initial.

– L’irrigation à l’énergie solaire, les systèmes d’alerte météorologique, les nouvelles variétés de cultures et d’autres mesures d’adaptation peuvent contribuer à éviter une baisse des rendements agricoles mondiaux pouvant atteindre 30 % d’ici à 2050.

– L’amélioration des systèmes de santé pourrait contribuer à éviter 250 000 décès supplémentaires liés au climat par an entre 2030 et 2050, principalement dus à des causes évitables telles que la malnutrition, le paludisme, la diarrhée et le stress thermique.

– Donner aux femmes et aux filles les moyens de s’exprimer et de jouer un rôle dans la prise de décision sur les questions liées au changement climatique est essentiel pour le développement durable et une plus grande égalité des sexes.

– En tant qu’adoptantes précoces de nombreuses nouvelles techniques agricoles, premières à réagir en cas de crise, entrepreneuses dans le domaine de l’énergie verte et décideuses à domicile, les femmes offrent des idées et des solutions inestimables pour mieux gérer le climat et ses risques.

– De nombreuses pratiques peuvent faire progresser l’adaptation au climat dans les systèmes alimentaires, comme la lutte contre l’érosion, la gestion des pâturages, les améliorations génétiques pour la tolérance à la chaleur et à la sécheresse, les régimes alimentaires hétérogènes et la réduction des pertes et des déchets alimentaires.

– Des initiatives pilotes d’agriculture intelligente face au climat dans un certain nombre de pays ont permis de stimuler la productivité, de réduire les émissions, d’améliorer la qualité des sols et l’efficacité de l’eau, et d’augmenter les revenus et la résistance au climat.

– La consommation de régimes alimentaires sains et durables offre d’importantes possibilités de réduire les émissions des systèmes alimentaires et d’améliorer les résultats en matière de santé, notamment en réduisant la consommation d’aliments d’origine animale à forte intensité d’énergie et de terres.

– La réalisation des objectifs de l’accord de Paris pourrait sauver environ un million de vies par an dans le monde d’ici à 2050, rien qu’en réduisant la pollution atmosphérique. En évitant les pires impacts climatiques, on pourrait prévenir 250 000 décès supplémentaires liés au climat par an entre 2030 et 2050, principalement dus à la malnutrition, au paludisme, à la diarrhée et au stress thermique.

– La valeur des gains de santé résultant de la réduction des émissions de carbone représenterait environ le double du coût global de la mise en œuvre des mesures d’atténuation du carbone.

– Les modes de transport alternatifs comme la marche et le vélo ne sont pas seulement écologiques, ils présentent également des avantages majeurs pour la santé, comme la réduction du risque de nombreuses maladies chroniques et l’amélioration de la santé mentale.

– Une production alimentaire plus durable atténuerait les effets du climat et favoriserait des régimes alimentaires plus nutritifs qui pourraient éviter près de 11 millions de décès prématurés par an.

– Pour protéger la santé et éviter de creuser les inégalités en la matière, les pays doivent mettre en place des systèmes de santé résilients au climat.

– Des écosystèmes sains peuvent fournir 37 % des mesures d’atténuation nécessaires pour limiter l’augmentation de la température mondiale.

En définitive, les Nations unies affirment que les gouvernements du monde entier doivent continuer à adopter des politiques de protection de l’environnement et s’y tenir. Sans cela, davantage de personnes souffriront de la faim et mourront de maladies, tandis que la planète entière en souffrira.

Source :

https://news.un.org/en/story/2022/04/1115452

 

* Presse Santé s' efforce de transmettre la connaissance santé dans un langage accessible à tous. En AUCUN CAS, les informations données ne peuvent remplacer l' avis d'un proffesionel de santé.

Vous aimez nos contenus ?

Recevez chaque jour nos dernières publications gratuitement et directement dans votre boite mail

RECEVOIR LA NEWSLETTER
- Presse Santé -