Qui dort mal, mange mal

Cette approche est particulièrement intéressante, car elle fournit des données précieuses et concrètes sur la manière dont, par exemple, le cerveau des travailleurs à horaire décalé gère l’influence de la nuit sur les choix alimentaires.

Nuit blanche pour lendemain gras

Dans cette étude, 34 individus en dette de sommeil et 12 individus contrôles ont été suivis dans un laboratoire de sommeil pendant 5 jours et 4 nuits. Après une nuit régulière de sommeil, de façon aléatoire, les volontaires étaient répartis en 2 groupes: un contrôle et un groupe «privation totale de sommeil».

L’expérience révèle une augmentation de l’apport calorique en graisses et une diminution de l’apport en glucides le jour qui suit la privation de sommeil, en comparaison d’une nuit normale.

Le cerveau focalise l’attention  sur le gras

Chaque jour suivant la privation de sommeil, une IRM mesurant l’activité cérébrale associée aux apports alimentaires était réalisée. Les résultats sont instantanés: le changement de profil en macronutriments des repas lié au manque de sommeil est corrélé à une activation intense du réseau de salience.

Cette région du cerveau, plus connue sous le nom de système d’activation réticulaire (ou SAR), joue le rôle de filtre entre la partie consciente et la partie inconsciente du cerveau en décidant ce qui est digne d’attention et ce qui ne l’est pas. En d’autres mots, selon les auteurs, le manque de sommeil renforcerait l’attrait du cerveau pour des aliments plus gras, ce qui pourrait en partie expliquer pourquoi le risque de surpoids est plus élevé en cas de privation chronique de sommeil.

Source

Zhuo Fang: Altered salience network connectivity predicts macronutrient intake after sleep deprivation. Scientific Reports, 5: 8215

Article précédentLe régime Méditerranéen protège de la démence et stimule le cerveau
Article suivant« French Paradox » : le resvératrol du vin protège la mémoire
Avatar
Marie Desange est journaliste santé, passionnée tant par les dernières recherches en scientifiques en nutrition, neurosciences et bien être que par les nouvelles approches de santé qui ne sont pas encore passées par le filtre des études scientifiques, mais qui marchent. Ostéopathie, chiropractie, acupuncture, neuro-feedback, méditation, aromathérapie, homéopathie, médecine chinoise ou Indienne (Ayurveda), shiastu, soins énergétiques, techniques corporelles ou thérapies psychologiques, toutes ces disciplines méritent d’être mises en avant pour que les lecteurs puissent être bien informés et faire leur choix sur ce qui peut les aider. De plus, la pratique journalistique lui permet de rencontrer toujours plus d’acteurs de ces nouvelles approches et de sélectionner ceux qui ont une particularité et une réelle maîtrise de ce qu’ils proposent. Les soins complémentaires et les nouvelles approches de santé doivent être rigoureux et sans danger pour les personnes qui se tournent vers elles. Avec le temps et l’expérience, Marie sait sélectionner ce qui peut apporter, selon les cas, de vrais bénéfices pour le mieux être des personnes qui le recherchent. ` Journaliste pour le journal on-line pressesante.com, Marie a encore plein de supers sujets sous le coude à vous proposer, que vous ne lirez pas ailleurs.