Qu’est-ce qu’une assiette écoresponsable et respectueuse de la planète ?

 Nous explorerons ici le concept d'une assiette écoresponsable et respectueuse de la planète, en nous basant sur les idées et les recherches de plusieurs études.

Lorsque nous choisissons nos aliments, nous pensons souvent à notre santé personnelle et à notre bien-être. Cependant, il est important de se rappeler que nos choix alimentaires ont également un impact sur la santé de la planète. L’industrie agricole contribue considérablement aux émissions de gaz à effet de serre, à l’utilisation de l’eau et à l’utilisation des terres. Pour cette raison, adopter une alimentation écoresponsable devient de plus en plus important pour soutenir à la fois notre santé et celle de la planète.

Nous explorerons ici le concept d’une assiette écoresponsable et respectueuse de la planète, en nous basant sur les idées et les recherches de plusieurs études. Nous discuterons des aliments à privilégier, des aliments à éviter et des substitutions que nous pouvons faire pour réduire notre empreinte carbone tout en maintenant une alimentation équilibrée.

L’impact de notre alimentation sur l’environnement

Avant de plonger dans les détails d’une assiette écoresponsable, il est important de comprendre l’impact de notre alimentation sur l’environnement. L’industrie agricole est responsable d’une grande partie des émissions de gaz à effet de serre, de l’utilisation de l’eau et de l’utilisation des terres. Par exemple, la production de viande de boeuf a une empreinte carbone plus élevée que la production de lentilles. De même, la production de lait d’amande consomme plus d’eau que l’industrie laitière traditionnelle.

Les bienfaits d’une assiette écoresponsable pour la santé

Adopter une assiette écoresponsable ne profite pas seulement à la planète, mais aussi à notre santé. Une alimentation riche en viandes ultra-transformées, en céréales raffinées, en sucres ajoutés et en graisses malsaines est liée à de nombreux problèmes de santé, notamment un risque accru de maladies cardiovasculaires et de certains cancers. Les experts recommandent donc de limiter la consommation de ces aliments et d’adopter une alimentation plus axée sur les plantes.

Le régime de santé planétaire

Pour soutenir à la fois notre santé et la santé de la planète, des experts de l’EAT-Lancet Forum ont créé un régime alimentaire appelé « régime de santé planétaire ». Ce régime met l’accent sur une consommation accrue d’aliments d’origine végétale et limite la consommation d’aliments d’origine animale. Il recommande de remplir la moitié de notre assiette avec des fruits et légumes, et l’autre moitié avec principalement des céréales complètes, des protéines végétales (haricots, lentilles, légumineuses, noix), des huiles végétales insaturées, de petites quantités de viande et de produits laitiers, ainsi que quelques sucres ajoutés et légumes féculents.

Les avantages du régime de santé planétaire

Selon une étude publiée dans The Lancet Planetary Health, une adhérence plus élevée au régime de santé planétaire est liée à une réduction des émissions de gaz à effet de serre, de l’utilisation des terres et à un risque réduit de mortalité chez les Européens. D’autres études ont également corroboré ces effets positifs sur la santé et les émissions de gaz à effet de serre lorsqu’on suit ce régime. Cependant, il convient de noter que certaines études ont signalé une augmentation de la consommation d’eau liée à ce régime.

Des recommandations spécifiques pour une assiette écoresponsable

En plus des recommandations générales du régime de santé planétaire, une étude publiée dans Nature Food suggère des substitutions spécifiques pour réduire notre empreinte carbone tout en améliorant la qualité globale de notre alimentation. En utilisant des données alimentaires provenant d’un échantillon de 7 753 enfants et adultes aux États-Unis, les chercheurs ont suggéré que si tout le monde remplaçait les aliments à forte empreinte carbone par des alternatives à faible empreinte carbone, l’empreinte carbone totale de l’alimentation serait réduite de plus de 35%. De plus, ces substitutions amélioreraient la qualité alimentaire de 4% à 10%. Les auteurs de l’étude recommandent :

  • Remplacer le bœuf ou le porc par de la volaille ou un produit végétarien dans les plats.
  • Opter pour un substitut de lait d’origine végétale plutôt que du lait de vache.
  • Remplacer le jus de fruit par des fruits entiers.
  • Préférer le saumon au crabe.
  • Consommer du porc plutôt que de l’agneau.

Les réductions les plus importantes des émissions de carbone se produisent lorsque des protéines d’origine végétale ou d’autres choix à faible empreinte carbone sont utilisés dans des plats mélangés.

Considérations sur l’utilisation de l’eau et des terres

Lorsque nous choisissons une assiette écoresponsable, il est également important de prendre en compte l’utilisation de l’eau et des terres nécessaires à la production des aliments. Par exemple, les noix, souvent cultivées en Californie, ont une empreinte hydrique élevée. Bien que le lait d’amande puisse avoir une empreinte carbone plus faible que le lait de vache, il consomme plus d’eau. Il est également intéressant de noter que certaines boissons alcoolisées, comme le vin, ont une empreinte hydrique importante. En prenant en compte ces considérations, nous pouvons faire des choix plus avisés pour réduire notre empreinte environnementale.

L’importance des protéines animales

Adopter une assiette écoresponsable ne signifie pas nécessairement éliminer complètement les protéines animales de notre alimentation. Certaines sources de protéines animales ont une empreinte environnementale plus faible. Les petits poissons, les bivalves (moules, palourdes, huîtres) et les insectes sont des exemples d’aliments d’origine animale qui ont une faible empreinte carbone. De plus, les produits d’élevage régénératifs, lorsque disponibles, peuvent également être inclus dans une alimentation écoresponsable. Les œufs, la viande maigre, le poisson et les produits laitiers faibles en matières grasses peuvent donc être consommés de manière équilibrée et saine, car ils fournissent des nutriments importants tels que le fer, le zinc et la vitamine B12.

Si vous suivez un régime végétarien ou végétalien et que vous ne consommez pas de produits d’origine animale, il est recommandé de consulter un diététicien agréé pour élaborer un plan alimentaire personnalisé afin de combler toute lacune nutritionnelle.

Adopter une assiette écoresponsable et respectueuse de la planète est bénéfique non seulement pour notre santé personnelle, mais aussi pour la santé de la planète. En privilégiant les aliments d’origine végétale, en limitant notre consommation d’aliments d’origine animale et en faisant des substitutions intelligentes, nous pouvons réduire notre empreinte carbone et contribuer à la préservation de l’environnement. Il est important de se rappeler que chaque petit choix compte et que nous avons le pouvoir de faire une différence positive pour notre santé et celle de la planète à travers nos assiettes.

Pour en savoir plus sur les différentes façons de rendre votre alimentation plus écoresponsable, consultez les ressources disponibles auprès d’organismes environnementaux et de santé. Ensemble, nous pouvons créer un avenir plus durable pour tous.

 

Source

Ye YX, Geng TT, Zhou YF, et al. Adherence to a planetary health diet, environmental impacts, and mortality in Chinese Adults. JAMA Netw Open. 2023;6(10):e2339468. doi:10.1001/jamanetworkopen.2023.39468

Dixon KA, Michelsen MK, Carpenter CL. Modern diets and the health of our planet: an investigation into the environmental impacts of food choices. Nutrients. 2023;15(3):692. doi:10.3390/nu15030692

Cusack DF, Kazanski CE, Hedgpeth A, et al. Reducing climate impacts of beef production: a synthesis of life cycle assessments across management systems and global regions. Glob Chang Biol. 2021;27(9):1721-1736. doi:10.1111/gcb.15509

Laine JE, Huybrechts I, Gunter MJ, et al. Co-benefits from sustainable dietary shifts for population and environmental health: an assessment from a large European cohort study. Lancet Planet Health. 2021;5(11):e786-e796. doi:10.1016/S2542-5196(21)00250-3

 

5/5 - (2 votes) Avez-vous trouvé cet article utile?
À lire aussi
Francois Lehn