Nutrition

Quels sont les aliments à calories négatives et les plus faibles en calories

Voici les aliments à calories négatives ainsi que les avantages d'un régime "à calories négatives".

Il existe de nombreux aliments nutritifs et pauvres en calories, comme les œufs, le poisson blanc, les fruits et les légumes et certains à calories négatives.

Les calories sont la mesure de l’énergie que fournit un aliment. Lorsqu’une personne fait de l’exercice, son corps utilise comme carburant les calories qu’elle a absorbées par son alimentation. Le corps utilise également des calories pour assurer des fonctions essentielles, comme la digestion, le pompage du sang et la respiration. Lorsqu’une personne consomme plus de calories qu’elle n’en utilise dans le cadre de son activité physique ou de ses fonctions corporelles normales, le corps stocke les calories sous forme de graisse.

Un aliment à calories négatives obligerait le corps à utiliser plus de calories pour digérer l’aliment qu’il n’en contient. Par conséquent, une personne pourrait théoriquement perdre du poids en mangeant des aliments à calories négatives, si cela l’aide à créer un déficit calorique. Cet article examine les preuves concernant les aliments à calories négatives ainsi que les avantages  d’un régime alimentaire dit « à calories négatives ».

Les aliments à calories négatives existent-ils vraiment ?

Le corps d’une personne brûle environ 10 % de ses calories quotidiennes par thermogenèse, ce qui inclut la mastication et la digestion des aliments et le stockage de leurs nutriments.
Selon une étude de 2004 sur l’alimentation et la thermogenèse, les différents nutriments utilisent des quantités différentes de calories.

Le pourcentage de calories brûlées pendant la thermogenèse pour chaque nutriment est le suivant :

Graisse : 0-3%
Glucides : 5-10%
Protéines : 20-30 %.
Alcool : 10-30%.

Cette étude a également montré que le corps brûle les calories des aliments jusqu’à 6 heures après le repas.

La quantité de calories qu’une personne brûle au repos dépend de son âge, de sa taille, de son poids et de sa composition corporelle, par exemple, de la quantité de muscles qu’elle possède.

Chewing-gum

Une petite étude de 2015 impliquant 17 hommes et 13 femmes a conclu que les participants qui mâchaient du chewing-gum après un repas brûlaient 3 à 5 % de calories en plus que ceux qui ne mâchaient pas de chewing-gum après avoir mangé. Cependant, une autre méthode pour brûler des calories supplémentaires après un repas consiste à manger plus lentement, ce qui, selon une étude de 2016, a le même effet que de mâcher du chewing-gum.

Le céleri

Le céleri est communément annoncé comme un aliment à calories négatives car il a une teneur élevée en eau et en fibres.

Aliments à forte teneur en eau

Les aliments que beaucoup de gens croient être « à calories négatives » sont les fruits et légumes à forte teneur en eau.

Voici quelques-uns de ces aliments hydratants :

Pastèque : 91,45 grammes (g) pour 100 g
Pamplemousse : 88,06 g pour 100 g
Tomates : 94,52 g pour 100 g
Carottes : 88,29 g pour 100 g
Concombre : 95,23 g pour 100 g
Laitue : 95,31 g pour 100 g
Céleri : 95.43 g pour 100 g

Aliments hypocaloriques et riches en nutriments

Il existe un large éventail d’aliments très nutritifs et contenant un faible nombre de calories proportionnellement à leur volume.

Fruits et légumes

Pommes

Une petite pomme peut contenir aussi peu que 86 calories. Les pommes sont une excellente source de vitamine C, de calcium, de phosphore et de potassium.

Pamplemousses

Une tranche de pamplemousse de 25 g contient 10,5 calories. Le pamplemousse est également riche en magnésium, en potassium et en vitamine C.

Fraises

Une tasse de fraises contient 48 calories. Les fraises sont une bonne source de potassium, de vitamine C, de magnésium et de calcium.

Abricots

Les abricots sont une riche source de calcium, de phosphore et de magnésium, et ne contiennent que 74 calories par tasse.

Roquette

La roquette est populaire dans les salades et comme garniture. Une tasse de roquette ne contient que 5 calories et est également une excellente source de folate et de potassium.

Poivrons

Un poivron cru de taille normale contient 26 calories. Les poivrons contiennent également beaucoup de calcium, de potassium et de folate, ainsi que de la vitamine C.

Tomates

Une tomate italienne crue contient 10,8 calories, tandis qu’une tomate cerise ne contient que 4 calories. Le contenu nutritionnel des tomates comprend des quantités élevées de potassium, de vitamine C et de phosphore.

Betteraves

Une seule betterave crue contient 34 calories. Les betteraves contiennent également une grande quantité de potassium, de magnésium et de folate.

Radis

Un radis contient moins d’une calorie. 100 g de radis contiennent seulement 16 calories, ainsi que des niveaux élevés de vitamine C, de folate et de potassium.

Citrouille

Une citrouille cuite contient 51 calories pour 100 g. Le magnésium, le phosphore, le potassium et l’acide folique se trouvent également en bonne quantité dans le potiron.

Haricots verts

100 g de haricots verts crus apportent 31 calories. Les haricots verts sont une source de calcium, de magnésium, de potassium et de folate.

Protéines

Aiglefin

Une portion de 100 g d’aiglefin apporte 93 calorieset contient 20,5 g de protéines.

Morue

Une portion de 100 g de morue contient 87 calories. La morue contient également de la vitamine B12.

Yaourt grec nature

Une portion de 100 g de yaourt grec nature non gras contient 61 calories et offre 10,3 g de protéines. Le yaourt grec nature est également une bonne source de calcium, de potassium et de phosphore.

Œufs

Un gros œuf contient 72 calories. Chaque œuf contient 6,24 g de protéines, ainsi que des quantités élevées de folate, de calcium et de potassium.

Sources

Buddemeyer, K. M., et al. (2019). Negative calorie foods: An empirical examination of what is fact or fiction.

Hamada, Y., et al. (2016). Effect of postprandial gum chewing on diet-induced thermogenesis [Abstract].

Kresge, D. L., et al. (2015). Chewing gum increases energy expenditure before and after controlled breakfasts [Abstract].

Westerterp, K. R. (2004). Diet induced thermogenesis.

 

Articles similaires