Que se passe-t-il dans le corps quand on a arrêté de fumer ?

La cigarette est l’une des principales causes de décès évitables. Mais arrêter de fumer peut être décourageant. Beaucoup craignent qu’il faille beaucoup de temps pour constater des améliorations en matière de santé et de bien-être après avoir arrêté de fumer. Mais le temps nécessaire pour constater de réels avantages est plus rapide que la plupart des gens ne le pensent.

Les effets bénéfiques sur la santé commencent à peine une heure après la dernière cigarette et continuent à s’améliorer.

Quelques faits sur l’arrêt du tabac :

Voici quelques points clés sur l’arrêt du tabac.

Arrêter de fumer signifie rompre le cycle de la dépendance et essentiellement recâbler le cerveau pour qu’il cesse d’avoir envie de nicotine. Pour réussir, les fumeurs qui veulent arrêter de fumer doivent avoir un plan en place pour vaincre les envies de fumer et les éléments déclencheurs. Les avantages de l’arrêt du tabac commencent à se faire sentir dès une heure après la dernière cigarette.
Plus vite un fumeur arrête, plus vite il réduira ses risques de cancer du poumon, de maladies cardiaques et pulmonaires et d’autres affections liées au tabagisme.

Presque immédiatement après avoir terminé une cigarette, le rythme cardiaque et la tension artérielle reviennent lentement à la normale.
Les bénéfices sont presque instantanés. Dès qu’une personne cesse de fumer, son corps commence à se rétablir de la manière suivante :

Après une heure

En 20 minutes à peine après que la dernière cigarette a été fumée, le rythme cardiaque diminue et revient à la normale. La tension artérielle commence à baisser et la circulation sanguine peut commencer à s’améliorer.

Après 12 heures

Les cigarettes contiennent beaucoup de toxines connues, dont le monoxyde de carbone, un gaz présent dans la fumée de cigarette.

Ce gaz peut être nocif ou mortel à fortes doses et empêche l’oxygène de pénétrer dans les poumons et le sang. Lorsqu’il est inhalé à fortes doses en peu de temps, le manque d’oxygène peut provoquer une suffocation. Après seulement 12 heures sans cigarette, le corps se débarrasse de l’excès de monoxyde de carbone provenant des cigarettes. Le taux de monoxyde de carbone revient à la normale, ce qui augmente le taux d’oxygène du corps.

Après 1 jour

Un jour seulement après avoir cessé de fumer, le risque d’infarctus commence à diminuer.

Le tabagisme augmente le risque de développer une maladie coronarienne en réduisant le bon cholestérol. Ce qui rend plus difficile la pratique d’un exercice sain pour le cœur. Le tabagisme augmente également la pression artérielle et favorise la formation de caillots sanguins, ce qui augmente le risque d’accident vasculaire cérébral.

Un jour seulement après avoir arrêté de fumer, la pression artérielle commence à baisser. Ce qui diminue le risque de maladie cardiaque due à l’hypertension artérielle provoquée par le tabagisme. Dans ce court laps de temps, le niveau d’oxygène aura augmenté, rendant l’activité physique et l’exercice plus facile à faire, favorisant des habitudes saines pour le cœur.

Après deux jours

Fumer endommage les terminaisons nerveuses responsables des sens de l’odorat et du goût. Deux jours seulement après avoir arrêté de fumer, une personne peut remarquer un sens de l’odorat plus développé et des goûts plus vifs à mesure que ces nerfs guérissent.

Au bout de 3 jours

Trois jours après avoir cessé de fumer, le taux de nicotine dans l’organisme est épuisé. Bien qu’il soit plus sain de ne pas avoir de nicotine dans l’organisme, cette déplétion initiale peut entraîner un sevrage de la nicotine. Environ trois jours après avoir arrêté de fumer, la plupart des gens ressentent des sautes d’humeur et de l’irritabilité, des maux de tête et des envies de fumer lorsque le corps se réadapte.

Au bout d’un mois

En un mois seulement, la fonction pulmonaire d’une personne commence à s’améliorer. À mesure que les poumons guérissent et que leur capacité pulmonaire s’améliore, les anciens fumeurs peuvent remarquer une diminution de la toux et de l’essoufflement. L’endurance athlétique augmente et les anciens fumeurs peuvent remarquer une capacité renouvelée pour les activités cardiovasculaires, comme la course et le saut.

Après 1 à 3 mois

Pendant les mois qui suivent l’arrêt du tabac, la circulation continue de s’améliorer.

Après 9 mois

Neuf mois après avoir cessé de fumer, les poumons se sont considérablement cicatrisés. Les structures délicates à l’intérieur des poumons, appelées cils, se sont remises des ravages de la fumée de cigarette. Ces structures aident à repousser le mucus hors des poumons et à combattre les infections.

À cette époque, de nombreux anciens fumeurs constatent une diminution de la fréquence des infections pulmonaires. Car les cils guéris peuvent faire leur travail plus facilement.

Après 1 an

Le risque de maladie cardiaque diminuera de moitié après avoir cessé de fumer pendant un an, et les artères et les vaisseaux sanguins commenceront à se dilater après cinq ans. Un an après avoir cessé de fumer, le risque de maladie coronarienne diminue de moitié. Ce risque continuera à baisser au-delà de la limite d’un an.

Après 5 ans

La cigarette contient de nombreuses toxines connues qui provoquent le rétrécissement des artères et des vaisseaux sanguins. Ces mêmes toxines augmentent également la probabilité de formation de caillots sanguins.

Après 5 ans sans fumer, le corps s’est suffisamment rétabli pour que les artères et les vaisseaux sanguins recommencent à s’élargir. Cet élargissement signifie que le sang est moins susceptible de coaguler, ce qui réduit le risque d’accident vasculaire cérébral.

Le risque d’accident vasculaire cérébral continuera à diminuer au cours des dix prochaines années.

Après 10 ans

Au bout de dix ans, les risques de développer un cancer du poumon et d’en mourir sont réduits de moitié par rapport à une personne qui continue à fumer. La probabilité de développer un cancer de la bouche, de la gorge ou du pancréas a considérablement diminué.

Après 15 ans

Après avoir arrêté de fumer pendant 15 ans, la probabilité de développer une maladie coronarienne est équivalente à celle d’un non-fumeur. De même, le risque de développer un cancer du pancréas a été réduit au même niveau qu’un non-fumeur.

Après 20 ans

Après 20 ans, le risque de décès dû à des causes liées au tabagisme, y compris les maladies pulmonaires et le cancer, tombe au niveau d’une personne qui n’a jamais fumé de sa vie. De même, le risque de développer un cancer du pancréas est réduit à celui d’une personne qui n’a jamais fumé.

Le tabagisme est une habitude nocive qui peut entraîner de graves complications de santé et la mort. Lorsqu’une personne cesse de fumer, son corps commence à se rétablir naturellement et retrouve avec le temps la vitalité d’un non-fumeur.

Certains effets, tels que la baisse de la pression artérielle, sont visibles presque immédiatement. D’autres effets, tels que les risques de développer un cancer du poumon, une maladie cardiaque et une maladie pulmonaire, mettent des années à atteindre les niveaux d’un non-fumeur.

Cependant, chaque année passée à ne pas fumer diminue les risques et améliore la santé générale. Ce qui fait de l’arrêt du tabac un excellent choix pour quiconque a commencé à fumer.

10 health benefits of stopping smoking. (2016, January 16)

Benefits of quitting. (2004)

Benefits of quitting smoking over time.

Why quit smoking? (2016, July 15)

 

À NE PAS RATER !
Abonnez-vous à la newsletter Presse santé
Avec nous, pas d’indésirable. Vous pouvez vous désinscrire quand vous le souhaitez.
Adresse e-mail non valide