Qu’arrive-t-il à notre corps après notre dernier souffle?

A notre dernier souffle, lorsqu’une personne meurt, c’est peut-être la fin de son voyage à travers ce monde. Mais ce n’est pas le cas de son corps. Au contraire, il va entamer le long processus de perte de ses composants. Alors, que se passe-t-il lorsque les corps se décomposent, et pourquoi devrions-nous le savoir ? Pour la majorité d’entre nous, le contact avec les corps des personnes décédées commence et se termine à la triste occasion d’un enterrement.

Et même dans ce cas, nous obtenons généralement soit une urne contenant les restes incinérés de la personne, soit un corps soigneusement disposé dans un cercueil, ayant été soigneusement préparé pour l’occasion par un funérarium. Qu’advient-il naturellement des corps, après leur grande rencontre avec la mort ? Que se passe-t-il s’ils ne sont pas incinérés ou s’ils choisissent d’être embaumés, de manière à retarder le processus de décomposition et à les garder « en état  » plus longtemps ? Dans des conditions naturelles, par exemple, si le corps est laissé dans un environnement naturel, ou placé dans une tombe peu profonde, un corps sans vie commence à se désintégrer lentement. Jusqu’à ce qu’il ne reste plus que les os pour que les futurs archéologues puissent les déterrer.

Voici le processus naturel de décomposition et pourquoi il peut être utile de comprendre ce qui arrive au corps après la mort.

Que se passe-t-il lors de la décomposition ?

Bien que beaucoup d’entre nous pensent que la décomposition est synonyme de putréfaction, ce n’est pas le cas. En fait, la décomposition d’un corps humain est un processus plus long comportant de nombreuses étapes, dont la putréfaction n’est qu’une partie. La décomposition est un phénomène par lequel les composants organiques complexes d’un organisme précédemment vivant se séparent progressivement en éléments de plus en plus simples. Il s’agit d’un processus continu, qui commence au moment de la mort et se termine lorsque le corps a été réduit en squelette.

Plusieurs signes indiquent qu’un corps a commencé son processus de décomposition. Les trois plus connus, qui sont souvent cités dans les drames policiers, sont peut-être le livor mortis, la rigor mortis et l’algor mortis.

Livor, rigor, et algor mortis

Le livor mortis, ou lividité, désigne le moment où le corps d’une personne décédée devient très pâle, ou cendreux, peu après la mort. Cela est dû à la perte de la circulation sanguine lorsque le cœur cesse de battre. Le sang commence à se déposer, sous l’effet de la gravité, dans les parties les plus basses du corps. Ce qui entraîne une décoloration de la peau. Ce processus peut commencer environ une heure après la mort et peut continuer à se développer jusqu’à 9-12 heures après la mort.
En cas de rigidité cadavérique, le corps devient rigide et complètement instable. Car tous les muscles sont tendus en raison des changements qui se produisent en eux au niveau cellulaire. La rigidité cadavérique s’installe entre 2 et 6 heures après la mort et peut durer de 24 à 84 heures. Ensuite, les muscles redeviennent mous et souples.

Un autre processus précoce est celui de l’algor mortis, qui se produit lorsque le corps se refroidit lorsqu’il « cesse de réguler sa température interne ». Le degré de refroidissement d’un corps dépend en grande partie de sa température ambiante, qu’il retrouve naturellement dans les 18 à 20 heures qui suivent la mort. Parmi les autres signes de décomposition, le corps prend une teinte verdâtre, la peau se détache du corps, des marbrures, une tache noire et, bien sûr, de la putréfaction.

Les autres processus de décomposition

La teinte verdâtre que le corps peut prendre après la mort est due au fait que des gaz s’accumulent dans ses cavités. Un composant important est une substance connue sous le nom de sulfure d’hydrogène. Celui-cic réagit avec l’hémoglobine du sang pour former de la sulfhémoglobine. C’est le pigment verdâtre qui donne aux cadavres leur étrange couleur.

Quant au glissement de la peau, lorsque la peau se sépare proprement du corps, il survient une fois que nous nous souvenons que toute la couche extérieure et protectrice de notre peau est, en fait, faite de cellules mortes. La couche externe de la peau, la couche cornée, est morte. Elle est censée être morte et joue un rôle vital dans la conservation de l’eau et la protection de la peau sous-jacente (vivante). Cette couche est constamment éliminée et remplacée par l’épiderme sous-jacent. À la mort, dans les habitats humides ou mouillés, l’épiderme commence à se séparer du derme sous-jacent. Il peut alors être facilement retiré du corps. Lorsque la peau se détache des mains d’une personne morte, on parle généralement de « formation de gants ».

Un phénomène connu sous le nom de « marbrure » se produit lorsque certains types de bactéries présentes dans l’abdomen « migrent » vers les vaisseaux sanguins, leur faisant prendre une teinte violette-verdâtre. Cet effet donne à la peau de certaines parties du corps (le tronc, les jambes et les bras) l’apparence du marbre (d’où son nom). De plus, dans les cas où les yeux restent ouverts après la mort, la partie exposée de la cornée s’assèche, laissant une coloration rouge-orange à noire. On parle alors de « tache noire ».

Enfin, il y a la putréfaction. C’est le processus de recyclage de la nature. Elle est facilitée par l’action concertée d’agents bactériens, fongiques, d’insectes . Jusqu’à ce que le corps soit débarrassé de tous ses tissus mous et qu’il ne reste que le squelette.

Les 5 étapes de la décomposition

La premiere, le stade frais, fait référence au corps juste après la mort. Lorsque peu de signes de décomposition sont visibles. Parmi les processus qui peuvent commencer à ce stade, citons la décoloration verdâtre, la lividité cadavérique et la tache noire. Certains insectes, généralement des mouches, peuvent également arriver à ce stade, pour pondre les œufs dont les larves vont plus tard éclore. Ce qui contribuera à dépouiller le squelette des tissus mous environnants.

Au deuxième stade de la décomposition, le stade gonflé, est celui où commence la putréfaction. Les gaz qui s’accumulent dans l’abdomen, le faisant ainsi gonfler, donnent au corps un aspect ballonné.

Jusqu’aux os

Au cours de la troisième étape, celle de la décomposition, la peau se brise sous l’effet de la putréfaction. Ce qui permet aux gaz accumulés de s’échapper. C’est en partie pour cette raison que le corps dégage des odeurs fortes et distinctives. La première note d’un corps humain putréfié est celle de la réglisse avec une forte nuance d’agrumes. Ce n’est pas un agrume frais et estival, mais plutôt un vaporisateur industriel de salle de bains au parfum d’orange qui vous est injecté directement dans le nez. Ajoutez à cela un verre de vin blanc vieux d’un jour. Complétez le tout avec un seau de poisson laissé au soleil. C’est l’odeur de la décomposition humaine.

L’après-décomposition est l’avant-dernière étape de la décomposition, dans laquelle le corps est réduit à la peau, au cartilage et aux os.

La dernière étape de la décomposition est le stade squelettique, dans lequel il ne reste que le squelette. Avec parfois des poils.

Le temps nécessaire à la décomposition d’un corps dépend en grande partie de la zone géographique dans laquelle il se trouve et de l’interaction des conditions environnementales. Si un corps est trouvé dans un climat sec, avec des températures très basses ou très élevées, il pourrait se momifier.

Pourquoi savoir tout cela ?

À ce stade, vous vous demandez peut-être : « Comment apprendre tous ces détails sur le processus de décomposition d’un corps après la mort pourrait-il m’être utile ?

Eh bien, dans le monde d’aujourd’hui, penser à la mort et discuter de tous les aspects qui s’y rapportent est devenu tabou. Nous pouvons faire de notre mieux pour pousser la mort à la marge, en gardant les cadavres derrière des portes en acier inoxydable et en soignant les malades et les mourants dans les chambres d’hôpital. Si magistralement nous cachons la mort. On pourrait presque croire que nous sommes la première génération d’immortels. Mais nous ne le sommes pas.

Cette interdiction implicite des sujets liés à la mort ne peut qu’aggraver la peur de la mort. La notre et celle des autres. Un rappel de notre faillibilité est bénéfique.
Avoir une idée claire de ce qui arrive à un corps après la mort devrait aider à supprimer l’aura de terreur qui entoure la prise de conscience de notre propre mortalité. Et cela peut également nous aider à mieux prendre soin de nos proches, même au-delà de leurs derniers moments.