Activité physique, régime sain et contrôle du poids protègent le cerveau

protection du cerveau
l’activité physique, un régime sain et équilibré et un contrôle du poids peuvent aider à prévenir cette résistance et à protéger le cerveau à un âge plus avancé

La résistance à l’insuline accélère le déclin de l’acuité mentale, d’après les chercheurs de l’Université de Tel-Aviv. Selon une étude menée à l’Ecole de médecine de l’Université de Tel-Aviv. Les personnes présentant une résistance à l’insuline, causée en partie par l’obésité et le manque d’activité physique connaissent un déclin accéléré des facultés cognitives telles que les fonctions d’exécution et de mémoire, qu’elles soient diabétiques ou non. D’après les chercheurs, le maintien d’un mode de vie sain peuvent retarder le déclin cognitif chez les personnes âgées à risque. Les résultats de l’étude ont été publiés dans le Journal of Alzheimer Disease

  1. Quelques trucs simples pour protéger le cerveau
  2. Risque accru de déclin cognitif

L’insuline est une hormone produite par le pancréas pour réguler les niveaux de sucre dans le sang. Dans le cas d’une résistance, le corps a besoin d’une quantité croissante de cette hormone pour permettre aux cellules d’absorber le glucose. Si l’insuline est insuffisante, un trop plein de glucose se déverse dans la circulation sanguine, conduisant au développement d’un pré-diabète, puis d’un diabète manifeste et à un risque accru de maladies cardiaques et d’AVC.

Mais, d’après les chercheurs de l’Université de Tel-Aviv, les fonctions d’exécution et de mémoire sont également particulièrement vulnérables aux effets de la résistance à l’insuline.

“Nous avons constaté que les personnes présentant une résistance à l’insuline, avec ou sans diabète, courent un risque accru de déclin cognitif accéléré au bout de deux décennies”, explique le Professeur Tanne, responsable de l’étude. “Ce sont des conclusions très importantes car elles peuvent aider à identifier les groupes d’individus présentant un risque accru de vieillissement cognitif et de démence à un âge avancé.

“Nous savons que la résistance à l’insuline peut être prévenue et traitée par des changements dans le style de vie car en plus des prédispositions génétiques, elle est causée par l’obésité, la mauvaise alimentation et le manque d’exercice. Donc l’activité physique, un régime sain et équilibré et un contrôle du poids peuvent aider à prévenir cette résistance et à protéger le cerveau à un âge plus avancé”.

Pour réaliser cette étude, les chercheurs ont suivi pendant plus de vingt ans un groupe de 500 patients atteints de maladies cardiaques, et évalué leur résistance à l’insuline en utilisant l’index HOMA (Homéostasis Model Assessment) qui mesure les niveaux d’insuline et de glycémie à jeun.

Le niveau des fonctions cognitives des patients (fonctions d’exécution, traitement visuo-spatial et capacités d’attention) a été évalué par une série de tests informatisés 15 ans après le début de l’étude, puis 5 ans plus tard. Les chercheurs ont constaté que les sujets placés dans le quart le plus élevé de l’indice HOMA présentaient un risque accru de déclin cognitif accéléré.

Ces résultats poussent à étudier davantage l’impact de l’activité physique, de l’alimentation sur la démence des personnes âgées. Si vous voulez éviter la résistance à l’insuline et mieux protéger votre cerveau du vieillissement, faites de l’exercice, gardez une alimentation saine et équilibrée et surveillez votre poids.

Si vous souffrez déjà de pré-diabète, c’est-à-dire d’un niveaux de glucose dans le sang plus élevé que la normale sans être encore considérés comme diabétique, ces conseils vous concernent particulièrement.

 

Lire aussi : Démence et déclin cognitif : la santé du cœur, c’est la santé du cerveau

Marie Desange est journaliste santé, passionnée tant par les dernières recherches en scientifiques en nutrition, neurosciences et bien être que par les nouvelles approches de santé qui ne sont pas encore passées par le filtre des études scientifiques, mais qui marchent.Ostéopathie, chiropractie, acupuncture, neuro-feedback, méditation, aromathérapie, homéopathie, médecine chinoise ou Indienne (Ayurveda), shiastu, soins énergétiques, techniques corporelles ou thérapies psychologiques, toutes ces disciplines méritent d’être mises en avant pour que les lecteurs puissent être bien informés et faire leur choix sur ce qui peut les aider.De plus, la pratique journalistique lui permet de rencontrer toujours plus d’acteurs de ces nouvelles approches et de sélectionner ceux qui ont une particularité et une réelle maîtrise de ce qu’ils proposent. Les soins complémentaires et les nouvelles approches de santé doivent être rigoureux et sans danger pour les personnes qui se tournent vers elles. Avec le temps et l’expérience, Marie sait sélectionner ce qui peut apporter, selon les cas, de vrais bénéfices pour le mieux être des personnes qui le recherchent. `Journaliste pour le journal on-line pressesante.com, Marie a encore plein de supers sujets sous le coude à vous proposer, que vous ne lirez pas ailleurs.