Perdre du poids, même momentanément, profite au coeur sur long terme

Perdre du poids, à n’importe quel moment à l’âge adulte, permet d’améliorer la santé cardiovasculaire sur le long terme, même si l’on doit en reprendre plus tard.

On sait que le surpoids et surtout l’obésité sont associés à une augmentation du risque de diabète de type 2 et d’hypertension, ce qui peut mener à des maladies cardiovasculaires comme l’infarctus du myocarde ou l’AVC.

Afin de mieux comprendre les conséquences du poids sur le système cardiovasculaire, des chercheurs ont examiné une grande banque de données médicale britannique appelée UK Medical Research Council National Survey of Health and Development (NSHD), portant sur 5’362 hommes et femmes nés en 1946. Dans la constitution de cette banque de données, les participants étaient amenés à renseigner des informations sur leur style de vie et leur poids à différentes périodes de leur vie.

Pour cette étude, les scientifiques britanniques ont analysé les données de 1’273 hommes et femmes du NSHD. Les participants étaient classés selon un poids normal, en surpoids ou obèse pendant leur enfance et aux âges de 36, 43, 53 ainsi qu’entre 60 et 64 ans. Les participants se voyaient évaluer notamment leur risque cardiovasculaire avec la réalisation de différents examens entre 60 et 64 ans. Sans surprise, les scientifiques ont pu confirmer ce qu’on savait déjà, un excès de graisse corporel augmente le risque de souffrir de maladies cardiovasculaires, en fonction de marqueurs de risque cardiovasculaire.

Perte de poids: Un bonus pour la santé cardiovasculaire à long terme

Cette étude a surtout montré une information nouvelle, si une personne perd du poids en passant notamment de l’obésité au surpoids ou du surpoids à un poids normal pendant un moment de sa vie, puis respectivement redevient obèse ou en surpoids plus tard, c’est toujours bénéfique à long terme pour le système cardiovasculaire. Par exemple si une personne est obèse (IMC supérieur à 30) à 50 ans et se trouve en surpoids (IMC entre 25 et 30) pendant 10 ans puis redevient obèse à 60 ans, c’est plus bénéfique pour le système cardiovasculaire que si elle était restée obèse toute sa vie.

La perte de poids, même momentanée, est toujours bénéfique

Les scientifiques ont observé en analysant les données de ces 1’273 participants que seulement 2% réussissaient à perdre du poids de façon durable en passant de l’obésité au surpoids ou du surpoids à un poids normal. La très grande majorité des participants ont expérimenté l’effet yoyo, c’est-à-dire perdaient du poids et en reprenaient (parfois plus) un peu plus tard ou tout simplement n’arrivaient pas à perdre du poids.

Ce travail est important et devrait encourager toutes les personnes cherchant à maigrir à toujours garder espoir, autrement dit toute perte de poids significative pendant sa vie est bonne à prendre à long terme.