Principales sources et toxicité de l’aluminium issu de l’alimentation

L’aluminium est l’élément le plus abondant dans la croûte terrestre, dont il représente 8%. Il est présent dans les sols et les eaux, y compris celles utilisées pour produire de l’eau destinée à la consommation humaine. Il peut donc se retrouver dans les ressources en eau ou les aliments. L’ANSES détail dans une évaluation les sources et la toxicité liées  à son exposition par l’alimentation.

Principales sources d’aluminium issues de l’alimentation

La présence d’aluminium dans les aliments reflète sa présence naturelle dans l’environnement et sa dissémination via des usages industriels. Selon l’ANSES, les principaux aliments contribuant à l’apport en aluminium en France sont:

– les légumes,

– le lait

– et les compotes (pour les nourrissons)

– les produits céréaliers,

– les légumes,

– le cacao et le thé (pour les enfants, les adolescents et les adultes).

– Les additifs alimentaires à base d’aluminium (comme colorant, antiagglomérant, affermissant, etc.), l’eau et les sodas.

Les effets toxiques de l’aluminium

Les effets toxiques de l’aluminium portent essentiellement sur le système nerveux central (encéphalopathies, troubles psychomoteurs) et sur le tissu osseux. Les effets cliniques avérés de l’aluminium ont toujours été observés dans des situations de fortes expositions chroniques: patients insuffisants rénaux dialysés, alimentation parentérale, personnes professionnellement exposées.

Une quantité supérieure en France par rapport aux recommandations

Chez les travailleurs exposés professionnellement, la toxicité se manifeste principalement aux niveaux pulmonaire et nerveux. Mais à l’heure actuelle, aucune étude n’a mis en évidence de tels effets dans la population générale, exposée à travers l’alimentation courante. L’EFSA a retenu une Dose Hebdomadaire Tolérable Provisoire (DHTP) de 1 mg/kg pc/semaine (diminution par 7 de la précédente DHTP) en 2008.

L’EFSA de son côté rapporte que l’exposition moyenne française est inférieure à la nouvelle DHTP. Cependant, l’examen de la distribution de l’ensemble des résultats montre 0,2% de dépassement de la DHTP chez les adultes et 1,6% chez les enfants (de 3 à 17 ans).

Source

https://www.anses.fr/fr/content/exposition-à-l’aluminium-par-l’alimentation

EFSA: Safety of aluminium from dietary intake[1] – Scientific Opinion of the Panel on Food Additives, Flavourings, Processing Aids and Food Contact Materials (AFC). EFSA Journal