Préjugement, première impression : Pourquoi adoptons-nous cette attitude ?

Le préjugement est humain !

D’un point de vue psychologique, juger quelqu’un au premier regard est un comportement humain naturel. Nous portons instinctivement des jugements rapides sur les personnes avec lesquelles nous entrons en contact, souvent sans même nous en rendre compte. Ces jugements sont généralement basés sur des facteurs tels que l’apparence physique, le langage corporel et le comportement. Cette capacité à évaluer rapidement une situation et à en tirer une conclusion a été bénéfique à notre survie, car elle nous permet d’identifier en un instant les menaces potentielles ou les alliances bénéfiques.

Il s’avère que lorsque nous portons des jugements rapides sur les autres, nous avons généralement raison ! Des études ont montré que ces impressions initiales peuvent être étonnamment précises, même si elles sont basées sur très peu d’informations. Par exemple, des recherches ont montré que les gens peuvent prédire avec précision le niveau d’intelligence d’une autre personne en se basant uniquement sur les traits de son visage. Cela suggère que les êtres humains aient développé une étrange capacité à juger rapidement et avec précision les traits de caractère d’une autre personne en un court laps de temps.

Cependant, s’il est vrai que le fait de juger quelqu’un au premier regard fait partie de l’expérience humaine, il ne faut pas s’en servir comme seule base pour prendre des décisions concernant les autres. Nos impressions initiales peuvent être relativement précises, mais elles sont loin d’être parfaites. Parfois, nous nous trompons et finissons par tirer des conclusions erronées sur des personnes dont nous découvrirons plus tard qu’elles n’étaient pas ce que nous attendions d’elles. C’est pourquoi il est important de toujours accorder aux gens le bénéfice du doute et de prendre le temps nécessaire pour vraiment apprendre à connaître quelqu’un avant de former des opinions ou des jugements durables à son sujet.

Pourquoi avons-nous tendance à mal juger une personne dès le premier regard ?

Nous avons tendance à mal juger quelqu’un au premier regard pour diverses raisons. Tout d’abord, nous pouvons être prédisposés à des idées préconçues basées sur des expériences antérieures ou des normes culturelles. Par exemple, si une personne a eu une expérience négative avec une personne d’une autre culture, elle peut instantanément considérer cette personne comme indigne de confiance ou dangereuse en se basant uniquement sur son apparence initiale.

Deuxièmement, les humains sont des créatures sociales et portent souvent des jugements rapides sur les gens en fonction de leur comportement, de leurs vêtements ou même de leur façon de parler. Cela peut conduire à des jugements erronés si une personne est mal comprise en raison de barrières linguistiques ou de différences culturelles. En outre, la première impression peut être fortement influencée par des préjugés inconscients ; des études ont montré que les gens ont tendance à favoriser ceux qui leur ressemblent en termes d’ethnicité, d’identité sexuelle et de nombreux autres facteurs.

Enfin, notre propre état émotionnel peut influencer notre première impression des autres ; si nous nous sentons anxieux ou stressés dans une situation donnée, nos réactions peuvent devenir moins rationnelles et plus instinctives. Cela peut nous amener à juger quelqu’un trop sévèrement avant de mieux le connaître.

Dans un entretien d’embauche, un préjugement pourrait être fatal !

À première vue, porter un jugement rapide sur une personne lors d’un entretien d’embauche peut sembler être un moyen efficace d’évaluer les candidats potentiels et de choisir la meilleure option. Toutefois, selon des chercheurs japonais, cela peut s’avérer problématique, car les jugements rapides ne sont pas nécessairement fiables.

Des études ont révélé que les stéréotypes préexistants sur les personnes qui se présentent aux entretiens peuvent influencer inconsciemment les décisions du recruteur et entraîner des préjugés inconscients. Cela signifie que même si le recruteur n’est pas conscient de ses propres préjugés, ceux-ci peuvent tout de même ressortir au cours d’un entretien et nuire à sa capacité à prendre des décisions impartiales.

De plus, les premières impressions influent souvent sur la quantité d’informations que le recruteur retient d’un candidat ; il a été démontré qu’une trop grande importance accordée à une évaluation « au premier coup d’œil » conduit à une prise de décision moins bonne qu’une évaluation plus approfondie. Les recruteurs peuvent également être incapables de voir au-delà de leur jugement initial et passer à côté d’informations importantes ou pertinentes qui pourraient changer leur opinion sur un candidat particulier.

En conclusion, bien que les jugements rapides puissent être utiles dans certains contextes, il est important de se rappeler qu’ils ne sont pas toujours des indicateurs fiables lorsqu’il s’agit d’entretiens d’embauche ; il est essentiel de prendre en compte toutes les informations disponibles lors de la prise de décision concernant le recrutement de nouveaux employés.

* Presse Santé s' efforce de transmettre la connaissance santé dans un langage accessible à tous. En AUCUN CAS, les informations données ne peuvent remplacer l' avis d'un profesionel de santé.