Pourquoi nos interactions sociales diminuent avec l’avancée en âge ?

Personne n’aime l’admettre, mais en vieillissant, notre affection pour les gens a tendance à diminuer. Ce n’est pas que nous devenions soudainement insociables ou que nous souhaitions que le monde disparaisse ; c’est simplement que notre relation avec l’humanité change au fil des ans – et la science commence à en explorer les raisons. Dans cet article de blog, nous allons examiner certaines recherches récentes sur les relations des personnes âgées avec d’autres personnes et commencer à élaborer des solutions potentielles pour améliorer la façon dont les personnes âgées se sentent dans l’interaction sociale.

Plus nous vieillissant, plus nous sommes figés dans nos habitudes.

Une étude portant sur plus de 1 600 personnes a révélé que notre aversion pour les autres commence à augmenter vers l’âge de 25 ans et continue à augmenter avec l’âge. Ces résultats se vérifient même en tenant compte de facteurs tels que le sexe, le niveau d’éducation et l’état civil.

Les auteurs de l’étude expliquent qu’en vieillissant, nous sommes plus susceptibles d’avoir des stéréotypes négatifs sur les autres et moins susceptibles de les considérer comme des individus. Nous sommes également plus susceptibles d’avoir nos habitudes et d’être moins patients envers ceux qui ne partagent pas nos opinions.

Tout cela peut conduire à l’isolement social et à la solitude, qui peuvent avoir un impact sérieux sur notre santé. Si vous vous sentez un peu plus asocial ces jours-ci, sachez que cela pourrait être dû en partie à votre âge.

Plus nous vieillissons, plus notre cercle d’amis se restreint.

Selon des études scientifiques, en vieillissant, nos cercles sociaux ont tendance à se réduire. Ce phénomène, connu sous le nom de déclin de l’amitié lié à l’âge, a été observé dans diverses cultures et géographies.

Par exemple, une étude menée par des chercheurs de l’université de Harvard a révélé que le nombre de confidents proches que les individus ont à la mi-vie a diminué d’environ 20 % par rapport à leurs jeunes années. De même, une étude publiée dans le Journal of Health and Social Behavior a montré que si les personnes âgées de 18 à 23 ans déclaraient avoir en moyenne trois amis proches, celles âgées de 75 ans et plus n’en avaient qu’un seul. En outre, il semble que ces déclins soient à la fois liés au sexe et à la culture : les hommes ont tendance à réduire leurs réseaux sociaux plus rapidement que les femmes.

Cette évolution pourrait être liée à des changements de mode de vie et de priorités tout au long de la vie : alors que les jeunes adultes privilégient l’établissement de nouveaux liens avec d’autres personnes, les adultes plus âgés sont plus susceptibles de se concentrer sur le maintien de leurs relations existantes avec des contacts déjà établis. Par conséquent, il semble qu’en vieillissant, notre cercle d’amis se rétrécisse effectivement, mais pas nécessairement de manière moins significative.

Qu’est-ce qui nous amène réellement à devenir moins sociables avec l’avancée en âge ?

Selon la science, plusieurs facteurs peuvent amener un individu à devenir moins sociable en vieillissant. L’une des principales causes est une diminution de la santé physique et émotionnelle. À mesure que le corps vieillit, la capacité d’une personne à s’engager physiquement dans des activités réduit, ce qui entraîne une moindre socialisation avec les autres. En outre, les capacités cognitives associées à la mémoire et à la prise de décision, qui sont nécessaires à des conversations significatives, peuvent également baisser avec le vieillissement.

En outre, les personnes peuvent se retirer des interactions sociales en raison d’une diminution de la confiance ou de l’estime de soi. Cela peut être dû à divers facteurs tels que des changements dans l’apparence physique ou une diminution de la capacité à comprendre les normes sociales ou à participer efficacement à des conversations. Enfin, les personnes âgées se sentent souvent seules parce que bon nombre de leurs amis et des membres de leur famille sont décédés ou ne vivent plus à proximité.

Ce manque de compagnie peut les amener à s’isoler davantage et à s’engager moins socialement. Tous ces éléments peuvent contribuer à une tendance croissante des personnes âgées à devenir plus recluses et moins sociables que lorsqu’elles étaient plus jeunes.

Comment inciter une personne âgée à se sociabiliser ?

Encourager une personne âgée à se socialiser est un moyen important de promouvoir son bien-être général. La socialisation peut aider à combattre la solitude et à renforcer l’estime de soi, deux facteurs importants pour la qualité de vie à un âge avancé.

Tout d’abord, il est important de faire participer une personne âgée à des activités qui correspondent à ses intérêts et à ses capacités.

Il peut s’agir d’adhérer à un centre local pour personnes âgées où elles peuvent rencontrer d’autres personnes dans le cadre de jeux, de cours et d’autres événements tels que des danses ou des événements socio-culturels. Une autre option pourrait être de rejoindre un club qui se réunit régulièrement où ils peuvent partager leurs intérêts avec d’autres personnes. Les activités sociales à l’extérieur de la maison offrent de meilleures possibilités d’interaction sociale que de rester seul à l’intérieur.

Deuxièmement, engager la conversation avec les aînés est une autre façon de les encourager à socialiser.

  • Demandez-leur leur journée ou comment ils se sentent.
  • Écoutez-les attentivement.
  • Posez des questions ouvertes qui invitent à raconter des histoires.
  • Parlez de l’actualité ou des livres qu’ils ont lus.
  • Invitez-les à se remémorer des expériences passées.
  • Faites des blagues ou partagez des anecdotes amusantes.

Ces types de conversations offrent plus qu’un simple bavardage sans intérêt. Elles créent un lien significatif entre les gens et favorisent les relations positives.

Enfin, offrir la possibilité d’établir des relations significatives est important lorsqu’on essaie d’encourager une personne âgée à se socialiser. Il est particulièrement conseillé d’offrir des possibilités d’activités récréatives, mais aussi de créer des liens considérables par le biais de programmes de bénévolat ou de visites. Tels que les programmes intergénérationnels où les personnes âgées peuvent tendre la main aux jeunes générations et les guider. Le bénévolat offre non seulement aux personnes âgées la possibilité d’avoir de la compagnie, mais aussi un sentiment d’utilité et d’accomplissement, ce qui contribue à améliorer la santé physique et mentale.

* Presse Santé s' efforce de transmettre la connaissance santé dans un langage accessible à tous. En AUCUN CAS, les informations données ne peuvent remplacer l' avis d'un profesionel de santé.