Le mieux pour perde du poids: le vélo pour aller au boulot

Des chercheurs de la London School of Hygiene and Tropical Medicine ont comparé différents modes de déplacement sur plus de 150.000 participants. Ils confirment que faire du vélo reste l’un des exercices les plus efficaces pour maintenir ou perdre du poids.

L’activité physique avant tout. L’étude a d’abord montré que même si les participants qui vont au travail en vélo, par exemple, présentent un IMC (Indice de Masse Corporelle) plus faible que leurs collègues qui marchent, globalement tous ceux qui n’utilisent pas la voiture ou les transports en communs ont un taux de graisse corporelle réduit.

Les chercheurs ont travaillé à partir de la UK Biobank, base de données mise en place dans l’objectif d’améliorer la prévention, le diagnostic et le traitement des maladies chroniques. Ils ont comparé le pourcentage de l’IMC et la graisse corporelle de plus de 150.000 britanniques hommes et femmes, âgés de 40 à 69 ans, et de leur mode habituel de transport.

Ici, leur analyse a évalué la relation entre le moyen de transport et le risque d’obésité de cet échantillon. L’analyse montre que le moyen de transport le plus courant reste la voiture ou les transports en commun (64% des hommes, 61% des femmes). Les transports actifs (marche, vélo) concernent seulement 23% des hommes et 24% des femmes.

Les cyclistes ont en moyenne 5 kg de moins que les autres

Les participants qui se déplacent en vélo sont aussi ceux qui ont l’IMC le plus faible. Les cyclistes masculins présentent en effet un IMC diminué de 1,71 kg/m2 et les cyclistes féminins un IMC diminué de 1,65 kg/m2, vs leurs homologues qui n’utilisent que les transports passifs.

Concrètement, pour un homme d’âge et de poids moyens dans l’étude (53 ans, 1,76m, 86 kg), cette conclusion équivaut à une différence de poids substantielle de 5 kg.

Le taux de graisse corporelle est également plus faible pour les cyclistes, soit réduit de 2,75% pour les hommes et de 3,26% pour les femmes. Mais tous les autres modes actifs de déplacement permettent aussi de réduire de manière significative l’IMC et le taux de masse grasse.

Même s’il s’agit d’une étude d’observation, qui montre l’association transport actif et réduction du risque de surpoids et d’obésité, ces données obtenues sur un très large échantillon, rappellent l’importance d’exploiter chaque occasion, dans un mode de vie somme toute sédentaire et dans la routine quotidienne, pour pratiquer un peu d’exercice.

Source

Dr Ellen Flint: Active commuting and obesity in mid-life: cross-sectional, observational evidence from UK Biobank The Lancet Diabetes & Endocrinology, Active commuting and obesity in mid-life: cross-sectional, observational evidence from UK.  Biobank Volume 4, No. 5, p420-435,