Poumon: comment prévenir et mieux vivre la BPCO

Cet article traite des facteurs de risque de la BPCO, de sa prévention et les moyens de mieux vivre avec.

La bronchopneumopathie chronique obstructive (BPCO) est une maladie évolutive qui affecte la respiration. Arrêter de fumer est un moyen efficace de réduire le risque de développer une BPCO.

La BPCO provoque des problèmes au niveau des poumons et des voies respiratoires qui s’aggravent avec le temps. Elle peut entraîner des symptômes tels qu’une toux persistante, une toux avec un excès de mucus, une respiration sifflante ou un sifflement pendant la respiration, et un essoufflement. Les personnes atteintes de BPCO peuvent également ressentir une oppression thoracique et éprouver des difficultés à pratiquer une activité physique.

La BPCO résulte d’une exposition à long terme à des irritants pulmonaires, tels que la fumée de tabac. Ces irritants provoquent de l’emphysème, une condition dans laquelle il y a des dommages aux sacs d’air des poumons qui permettent la respiration. Les irritants peuvent également provoquer une bronchite chronique ou une inflammation des voies respiratoires. Il n’existe actuellement aucun traitement pour la BPCO. Cependant, le traitement peut inclure une combinaison de changements de style de vie, de médicaments ou de chirurgie.

Comme les symptômes de la BPCO peuvent s’aggraver avec le temps, les personnes atteintes de cette maladie auront besoin d’un traitement à vie pour gérer les symptômes, ralentir la progression de la maladie et améliorer leur qualité de vie. Des traitements efficaces peuvent permettre aux personnes atteintes de BPCO de poursuivre leurs activités quotidiennes.

Cet article traite des facteurs de risque de la BPCO et de leur prévention.

Facteurs de risque de la BPCO

L’exposition à des irritants qui endommagent les poumons et les voies respiratoires peut entraîner une BPCO. Ces irritants provoquent l’emphysème et la bronchite chronique, qui constituent la BPCO. Les facteurs de risque peuvent être tout ce qui augmente les chances d’apparition d’une maladie. Les facteurs de risque de la BPCO peuvent inclure le fait de vivre ou de travailler dans des environnements qui augmentent l’exposition aux irritants ou une vulnérabilité biologique aux dommages causés aux poumons ou aux voies respiratoires.

La fumée de tabac est un facteur important dans environ 85 à 90 % des cas de BPCO. De nombreuses substances chimiques contenues dans la fumée de tabac peuvent endommager les poumons et les voies respiratoires et augmenter le risque d’infections respiratoires. L’exposition à la fumée secondaire peut également augmenter le risque de BPCO. Le tabagisme est le principal facteur de risque de la BPCO, mais de nombreuses personnes développent cette affection sans fumer. L’Organisation mondiale de la santé (OMS) énumère d’autres facteurs de risque, notamment:

– l’exposition à la poussière, aux produits chimiques et aux fumées
– la pollution de l’air à l’intérieur des habitations, comme celle provenant de la biomasse ou du charbon
– les événements survenus au début de la vie qui ont affecté le développement, comme une naissance prématurée
– l’asthme
– le déficit en alpha-1-antitrypsine, une maladie génétique qui augmente la vulnérabilité aux maladies pulmonaires et à d’autres maladies.

L’exposition à ces facteurs de risque augmente la probabilité qu’une personne développe une BPCO.

Prévention de la BPCO

Le moyen le plus efficace de prévenir la BPCO est d’arrêter de fumer ou de ne jamais commencer à fumer.

Arrêter de fumer est un défi, mais les gens peuvent utiliser de nombreuses méthodes pour rendre cela plus facile. L’arrêt du tabac peut également impliquer des changements dans le mode de vie, par exemple en évitant les situations sociales qui incitent à fumer, par exemple se retrouver avec des amis fumeurs. Les gens peuvent adopter des approches similaires pour éviter l’exposition au tabagisme passif, qui augmente également le risque de BPCO.

De plus, il vaut mieux réduire l’exposition à d’autres irritants pulmonaires qui peuvent contribuer à la BPCO. Par exemple, les personnes qui travaillent dans des usines ou des entrepôts contenant des fumées ou des poussières chimiques devraient porter des équipements de protection ou changer d’environnement de travail, si possible.

Les personnes qui développent une BPCO peuvent suivre ces étapes pour prévenir les complications ou ralentir la progression de la maladie. L’OMS suggère de faire régulièrement de l’exercice pour réduire ces risques chez les personnes atteintes de BPCO. L’exercice peut augmenter le fonctionnement des poumons et améliorer la respiration. Elle suggère également de se faire vacciner contre la pneumonie, la grippe et le coronavirus. Les personnes atteintes de BPCO sont vulnérables aux maladies graves dues aux infections respiratoires et doivent prendre des précautions supplémentaires.

Perspectives

Les personnes atteintes de BPCO ont besoin d’un traitement à vie pour gérer les symptômes, ralentir la progression de la maladie et améliorer leur qualité de vie. La maladie débute généralement sans aucun signe ou avec des symptômes légers. Les personnes concernées peuvent avoir besoin de modifier leur mode de vie dans les premiers stades, notamment en arrêtant de fumer. Des traitements plus intenses peuvent être nécessaires lorsque les symptômes de la BPCO s’aggravent. Par exemple, un médecin peut prescrire des bronchodilatateurs pour élargir les voies respiratoires et améliorer la respiration. Certaines personnes atteintes de BPCO peuvent bénéficier d’une intervention chirurgicale pour retirer une partie ou la totalité d’un poumon endommagé dans les cas les plus graves.

Des traitements efficaces peuvent aider les personnes atteintes de BPCO à gérer leurs symptômes et à poursuivre leurs activités quotidiennes.

Quand contacter un médecin

Toute personne présentant des signes et des symptômes de BPCO doit contacter un médecin pour un bilan de santé. Le médecin utilisera la spirométrie pour déterminer si une personne est atteinte de BPCO. La spirométrie est un test du fonctionnement des poumons. De nombreuses personnes atteintes de BPCO ne savent pas qu’elles sont atteintes de cette maladie ou ne la reconnaissent que lorsqu’elle s’aggrave. En étant conscient des symptômes de la BPCO et en consultant immédiatement un médecin, on augmente les chances d’obtenir un diagnostic précoce et un meilleur traitement.

La BPCO est une maladie évolutive qui affecte la respiration. Il n’existe actuellement aucun remède contre la BPCO, mais les gens peuvent prendre des mesures pour réduire leur risque de développer cette maladie. Le tabagisme est un facteur de risque majeur, et éviter l’exposition à la fumée de tabac réduit les risques de développer une BPCO. Le fait d’éviter d’autres irritants pulmonaires, tels que la pollution de l’air intérieur ou les émanations chimiques, réduit également le risque de BPCO.

* Presse Santé s' efforce de transmettre la connaissance santé dans un langage accessible à tous. En AUCUN CAS, les informations données ne peuvent remplacer l' avis d'un profesionel de santé.