Pollution des océans : les microplastiques dans les poissons menacent la santé

Pollution des océans, un nouveau rapport suggère que les actions humaines causent des dommages importants aux écosystèmes océaniques qui à leur tout menacent la santé humaine.

Une équipe internationale de chercheurs a mis en évidence les dommages considérables que les actions humaines ont causés aux océans du monde entier et, par conséquent, à la santé humaine. Cette recherche, présente une série de recommandations visant à atténuer ces effets néfastes.

Les océans et la santé mondiale

Les océans de la Terre sont essentiels au maintien de la vie sur la planète. Ils jouent un rôle central en ajoutant de l’oxygène dans l’atmosphère et en absorbant le dioxyde de carbone. Ce qui contribue à stabiliser les effets du réchauffement climatique. Ils fournissent de la nourriture à des milliards de personnes, sont au cœur des moyens de subsistance de millions de personnes qui vivent ou travaillent sur ou près de ces océans. Enfin, ils jouent un rôle important dans la fourniture de plusieurs médicaments essentiels. Pour les personnes qui vivent à proximité des océans, comme les communautés côtières, les petites communautés insulaires, les populations du Haut-Arctique et les populations des régions du Sud, ils sont au cœur des pratiques, des traditions et des modes de vie sociétaux et culturels. Cependant, les océans du monde sont menacés. Principalement par les actions des humains. Et à mesure que la santé des océans se détériore, la santé des humains se détériore également. En particulier celle des personnes qui vivent à proximité.

La pollution des océans

Les chercheurs à l’origine de la présente étude ont examiné en détail les preuves scientifiques actuelles démontrant le rôle crucial que jouent les océans du monde dans la santé de la planète. Ils ont également examiné les principaux facteurs qui nuisent à la santé des océans. Ils ont constaté que les actions humaines sont au cœur de ces dommages de manière complexe. Le changement climatique influencé par l’homme en est un exemple clé. Comme l’a clairement indiqué le Groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat. À mesure que les températures mondiales augmentent, le rythme de fonte des glaces de mer s’accélère. Cela libère des formes d’algues et de bactéries nocives dans des eaux jusque-là non contaminées. L’élévation du niveau de la mer et les tempêtes de plus en plus violentes menacent le bien-être des populations côtières. L’augmentation des niveaux de dioxyde de carbone atmosphérique rend les océans acides. Ce qui détruit les bases essentielles des chaînes alimentaires océaniques. En outre, les effets du changement climatique exacerbent une autre cause importante de dommages à la santé des océans : la pollution.

La pollution des océans: un ragout toxique se répand dans les mers

Pour dire les choses simplement : la pollution des océans est un problème mondial majeur. Elle est en augmentation et elle affecte directement la santé humaine. Les gens ont entendu parler de la pollution plastique des océans. Mais ce n’est qu’une partie du problème. Les recherches montrent que les océans sont pollués par un ragoût complexe de toxines. Cette mixture toxique comprend: du mercure, des pesticides, des produits chimiques industriels, des déchets pétroliers, des eaux de ruissellement agricoles et des produits chimiques manufacturés incorporés dans le plastique.

Ces matières toxiques présentes dans l’océan pénètrent dans l’organisme humain. Principalement en mangeant des fruits de mer contaminés. Nous sommes tous en danger. Mais les personnes les plus gravement touchées sont les habitants des communautés de pêche côtières, les habitants des petites nations insulaires, les populations indigènes et les habitants du grand Arctique. La survie même de ces populations vulnérables dépend de la santé des mers.

L’étude souligne que le réchauffement de la planète et l’augmentation des températures à la surface des mers qui en découle se combinent à la pollution des océans. Ce qui accroît la propagation des bactéries responsables du choléra et augmente la prévalence et l’intensité d’algues nuisibles. Cependant, malgré leur rapport inquiétant, les auteurs de l’étude suggèrent que la situation est changeante. L’élément clé pour comprendre la pollution des océans est que, comme toutes les formes de pollution, elle peut être évitée. Comment? En utilisant des lois, des politiques, des technologies et des mesures d’application qui ciblent les sources de pollution les plus importantes.

Stopper la pollution des océans: c’est possible

De nombreux pays ont utilisé ces outils et ont réussi à nettoyer des ports encrassés, à rajeunir des estuaires et à restaurer des récifs coralliens. Les résultats ont été l’augmentation du tourisme, la restauration des pêcheries, l’amélioration de la santé humaine et la croissance économique. Ces bénéfices dureront des siècles.

Les auteurs de l’étude formulent une série de recommandations pour aider à inverser les dommages actuels subis par les océans. Ces recommandations sont les suivantes :

– prévenir la pollution au mercure en arrêtant la combustion du charbon et en contrôlant l’utilisation du mercure dans l’extraction de l’or
– envisager une interdiction mondiale des plastiques à usage unique
– améliorer la gestion des déchets pour permettre un meilleur recyclage des plastiques
– la réduction des rejets de polluants dans les eaux côtières et les rivières provenant de l’agriculture intensive et des installations d’assainissement
– la création de zones marines protégées pour réduire le chalutage des stocks de poissons fragiles et les dégâts causés aux écosystèmes marins
– améliorer la surveillance de la pollution des océans
– veiller à ce que tous les pays disposent de programmes de lutte contre la pollution marine

Les auteurs recommandent également de passer à un modèle économique circulaire. En s’éloignant d’un modèle basé sur une croissance continue et l’épuisement des ressources de la planète qui en découle.

Que faut-il savoir sur les plastiques dans les fruits de mer ?

De petits morceaux de plastique appelés microplastiques peuvent voyager à travers les eaux usées jusqu’à l’océan. Là, les animaux peuvent les consommer. Avec le temps, cela peut entraîner l’accumulation de microplastiques chez les animaux qui finissent par devenir de la nourriture pour les humains.
Chaque année, plus de 8 millions de tonnes de plastique se retrouvent dans nos océans. Une étude de 2020 sur les microplastiques de cinq types de fruits de mer différents a trouvé du plastique dans chaque échantillon testé par les chercheurs. Ce qui suggère que les microplastiques se retrouvent dans nos produits alimentaires. Cela pourrait avoir des conséquences sur la santé humaine.

Que sont les microplastiques ?

Les gros morceaux de plastique présentent un certain nombre de risques pour la santé de la vie marine. Car les plantes et les animaux peuvent s’y empêtrer. Cependant, ces dernières années, les chercheurs se sont également intéressés aux microplastiques. Les microplastiques sont de minuscules morceaux de plastique de moins de 5 millimètres de long. Leur petite taille leur permet de se déplacer facilement dans l’océan. Les animaux peuvent les prendre pour de la nourriture ou les consommer accidentellement lorsqu’ils mangent d’autres aliments. Les plus gros morceaux de plastique peuvent devenir des microplastiques à mesure qu’ils se décomposent avec le temps.

Certains fabricants peuvent également utiliser des microplastiques dans leurs produits. Par exemple, les sociétés de cosmétiques ont commencé à utiliser de minuscules morceaux de plastique dans leurs produits de beauté il y a environ 50 ans. Ces petits morceaux de plastique sont courants dans certains produits exfoliants et dentifrices car ils constituent une alternative moins coûteuse aux ingrédients non plastiques. Les consommateurs peuvent vérifier leurs produits de beauté en recherchant les microbilles sur l’étiquette.

Pourquoi y a-t-il des micoplastiques dans les fruits de mer ?

Les microplastiques sont très répandus dans les fruits de mer en raison de leur grande quantité dans l’océan. La recherche trouve régulièrement des microplastiques chez une grande variété d’animaux. Tant dans les océans que dans les rivières qui se jettent dans les océans. Par exemple, une étude réalisée en 2020 sur deux espèces de poissons dans une rivière a révélé que 100 % de ces poissons avaient des microplastiques dans leur corps. Les plastiques, et en particulier les microplastiques, peuvent remonter la chaîne alimentaire. Plus un animal est proche du sommet de la chaîne alimentaire, plus il est susceptible de manger beaucoup de microplastiques. Cela se produit parce que les petits animaux mangent des plastiques. Puis les grands animaux mangent ces animaux, et les grands animaux mangent à nouveau ces animaux. Ce qui permet aux niveaux de microplastiques de continuer à s’accumuler.

Les humains, au sommet de la chaîne alimentaire, peuvent alors manger des animaux contaminés par du plastique. Il n’y a aucun moyen d’éliminer les microplastiques d’un animal une fois qu’ils sont présents. Il n’y a aucune source de fruits de mer sauvages qui puisse garantir que leurs produits ne contiennent pas de microplastiques du tout.

La consommation de fruits de mer contaminés par du plastique présente-t-elle des risques pour la santé ?

Les chercheurs ne connaissent pas encore parfaitement les effets de la consommation de fruits de mer contaminés par du plastique sur la santé humaine. Il faudra peut-être des décennies pour comprendre pleinement les effets des microplastiques. Car certains peuvent être cumulatifs, n’apparaissant qu’après plusieurs années. Il est également difficile de contrôler les études sur les effets des microplastiques. Car les gens peuvent être exposés à des microplastiques provenant d’autres sources que les seuls fruits de mer.

Pollution des océans: Les effets potentiels des microplastiques sur la santé humaine

– Le stress oxydatif

Il s’agit d’un déséquilibre entre les antioxydants et les radicaux libres nocifs dans l’organisme. Cela peut avoir des conséquences de grande envergure sur la santé d’une personne. Notamment en augmentant son risque de problèmes de santé graves, tels que le cancer et les crises cardiaques.

– Effets neurotoxiques

L’exposition aux plastiques peut endommager les neurones. Ce qui augmente le risque de problèmes de santé cérébrale tels que la démence.

– Perturbation endocrinienne

Le plastique peut être un perturbateur endocrinien. Ce qui signifie qu’il peut modifier le comportement du système endocrinien et des hormones qu’il contrôle. Cela peut affecter la fertilité, le comportement et la santé en général.

– Dommages à la thyroïde

L’exposition aux microplastiques peut endommager la thyroïde. La thyroïde régule plusieurs fonctions importantes et joue un rôle dans le contrôle des hormones qui affectent la fertilité.

– Le cancer

L’exposition aux plastiques peut également augmenter le risque de cancer. Cela peut se produire en raison des effets directs d’une exposition chronique aux plastiques ou des autres formes de dommages que les plastiques peuvent causer. Par exemple, le stress oxydatif est un facteur de risque de cancer. Les poissons d’élevage ne contiennent pas toujours de microplastiques. En particulier lorsque l’environnement d’élevage est bien contrôlé. Cependant, un certain nombre d’études ont trouvé des microplastiques dans les fruits de mer d’élevage.

Sources

Human Health and Ocean Pollution. Boston Collège. Annals of global health. Décembre 2020

Barboza, L. G. A., et al. (2020). Microplastics in wild fish from North East Atlantic Ocean and its potential for causing neurotoxic effects, lipid oxidative damage, and human health risks associated with ingestion exposure. 


Hurt, R., et al. (2020). Microplastic prevalence in two fish species in two U.S. reservoirs.

Jambeck, J. R., et al. (2015). Plastic waste inputs from land into the ocean. 


Ocean pollution. (2020). 

Plastic in cosmetics: Fact sheet. (n.d.). 


Santillo, D., et al. (2017). Microplastics as contaminants in commercially important seafood species [Abstract]. 

Smith, M., et al. (2018). Microplastics in seafood and the implications for human health.

What are microplastics? (n.d.).