Peut-on être contaminé par le coronavirus s’il est présent dans l’air?

La semaine dernière, un groupe de 239 scientifiques a publié un manuscrit intitulé « It is Time to Address Airborne Transmission of COVID-19 ». Dans ce document, ils préconisent des mesures préventives plus importantes pour arrêter la propagation du coronavirus. En réponse, trois jours plus tard, l’Organisation mondiale de la santé (OMS) a mis à jour son dossier scientifique. Elle y a inclue plus d’informations sur la manière dont le virus se propage. La question à laquelle tout le monde tente de répondre : Le virus qui provoque le COVID-19 peut-il être aéroporté ?

La raison pour laquelle il y a eu des échanges sur cette question est qu’il est difficile d’y répondre. En partie à cause du manque de preuves solides indiquant une direction ou une autre. Le Coronvirus a bien été trouvé dans l’air, mais surtout en laboratoire (et non dans le monde réel. Et nous avons vu certaines situations dans lesquelles le virus a pu être transmis par l’air. Mais dans ces situations, d’autres modes de transmission étaient également possibles. La réponse la plus probable à cette question est oui, le coranavirus peut se transmettre par l’air. Mais visiblement seulement dans des circonstances rarissimes et très particulières. Pour comprendre cela, parlons un peu plus de la manière dont le virus se propage.

Le coronavirus se propage par deux voies principales : les gouttelettes et les fomites

Les gouttelettes : Les gouttelettes (parfois appelées gouttelettes respiratoires) sont de minuscules particules qui sont expulsées de la bouche et du nez lorsqu’une personne tousse, éternue ou parle. Après avoir quitté le corps, les gouttelettes tombent sur le sol, généralement à quelques mètres de leur point de départ.

Fomites : Les fomites sont des objets inanimés sur lesquels peuvent se trouver des particules de virus. Par exemple, si une personne atteinte de COVID-19 tousse sur sa main et touche ensuite une poignée de porte, cette poignée est un fomite qui peut être couvert par le Coronavirus. Si vous touchez la poignée de porte puis votre bouche, votre nez ou vos yeux, vous pourriez potentiellement être infecté.

Jusqu’à présent, les recommandations de santé publique ont été principalement basées sur ces deux modes de transmission. Nous portons un masque en tissu et nous nous tenons à au moins d’un mètre de distance pour éviter la transmission par gouttelettes. Et nous nous lavons fréquemment les mains pour éviter la transmission par des fomites. Mais aujourd’hui, les scientifiques et l’OMS envisagent un autre acteur possible : les aérosols.

Qu’est ce que le risque de contamination par aérosol?

Les gouttelettes et les aérosols peuvent sembler être une nouvelle forme de « transmission par voie aérienne ». Mais il y a en fait une différence importante entre les deux. Les gouttelettes sont plus grosses (plus de cinq microns) tandis que les aérosols sont plus petits (moins de cinq microns). Les deux sont encore extrêmement petits: environ 1 000 microns peuvent tenir sur une tête d’épingle. Mais la différence de taille entraîne une différence de comportement importante. Parce qu’elles sont plus grosses, les gouttelettes sont plus affectées par la gravité et moins par l’air, ce qui signifie qu’elles tombent au sol après avoir parcouru une courte distance.

D’autre part, les aérosols peuvent rester dans l’air beaucoup plus longtemps au lieu de tomber au sol. Peut-être jusqu’à 16 heures. Lorsqu’on parle de transmission de maladies, les gouttelettes sont considérées comme une forme de contact direct, puisque vous devez vous trouver à une certaine distance de quelqu’un pour être exposé. Les aérosols sont considérés comme une forme de contact indirect, car les particules restent dans l’air même après le départ d’une personne. Cela rend les aérosols plus difficiles à éviter.

Les maladies courantes qui se propagent par aérosols sont la tuberculose, la rougeole et la varicelle. Et si vous vous demandez d’où viennent les aérosols, il y a deux réponses : les aérosols peuvent être directement créés en même temps que les gouttelettes, ou ils peuvent se former lorsque les gouttelettes s’évaporent partiellement et deviennent plus petites.

Les quelques hypothèses dans lesquelles le coronavirus est aéroporté

Les partisans de l’idée que le coronavirus peut être mis en aérosol citent quelques exemples où il est prouvé qu’une transmission par voie aérienne s’est produite. A savoir dans un gymnase, un restaurant et lors d’une répétition de chorale. Cependant, ces lieux ont également un autre point commun : il y avait des possibilités de transmission du virus par des gouttelettes ou des fomites. Ainsi, bien qu’il soit techniquement possible que le coronavirus soit aéroporté dans des circonstances limitées, il n’est pas confirmé que cela se produise réellement. Pour citer l’OMS, « la transmission par aérosol à courte distance, en particulier dans des lieux intérieurs spécifiques, tels que les espaces surpeuplés et insuffisamment ventilés sur une période prolongée avec des personnes infectées, ne peut être exclue ».

En dehors de ces situations, il y a un autre endroit où les chercheurs reconnaissent que le coronavirus peut être transmis par l’air : dans certains milieux médicaux. Lors de ce qu’on appelle les « procédures génératrices d’aérosols ». Les procédures courantes de génération d’aérosols comprennent des choses que vous pourriez voir se produire dans une salle d’urgence ou une unité de soins intensifs: telles que l’aspiration des voies respiratoires, l’insertion/le retrait de tubes respiratoires, l’utilisation d’appareils respiratoires et la bronchoscopie (une procédure impliquant l’insertion d’une caméra dans les poumons). En dehors de ces circonstances, il n’a pas été signalé de cas où des travailleurs de santé ont été infectés alors qu’ils appliquaient correctement les mesures de précaution contre les gouttelettes.

Une transmission du coronavirus par aérosol très peu probable

L’une des raisons pour lesquelles la transmission par aérosols est très peu probable est que la seule présence du Coroanvirus dans les aérosols n’est pas suffisante. Il faut également:

1) qu’il y ait suffisamment d’aérosols formés lorsqu’une personne tousse/éternue/ parle

2) qu’il y ait suffisamment de particules virales dans chaque aérosol qui soient réellement viables et capables de se répliquer. Un scénario est que le Coronavirus est aéroporté, mais cela n’a pas vraiment d’importance car il ne peut pas être transmis efficacement de cette manière.

Avant tout pour se protéger: se laver les mains, garder ses distances et porter un masque

En attendant, il est important de se concentrer sur ce que nous pouvons faire pour prévenir les modes de transmission dont nous sommes sûrs. À savoir:

  • se laver les mains (pour se protéger contre les fomites)
  • porter un couvre-visage en tissu (pour se protéger contre les gouttelettes et les fomites)
  • pratiquer la distanciation sociale (pour se protéger contre les gouttelettes).  Ces mesures devraient être les principales mesures préventives que vous prenez quotidiennement contre le coronavirus.