Perte de poids: 9 façons d’éviter de vous jeter sur la nourriture lorsque le moral est en berne

Vos émotions contrôlent-elles vos habitudes alimentaires ? Reprenez le contrôle avec ces idées.

Parfois, les plus fortes envies de manger surviennent lorsque vous êtes au plus bas sur le plan émotionnel. Vous pouvez vous tourner vers la nourriture pour vous réconforter, consciemment ou inconsciemment, lorsque vous êtes confronté à un problème difficile, que vous êtes stressé ou que vous cherchez simplement à vous occuper.

L’alimentation émotionnelle peut saboter vos efforts de perte de poids en vous poussant à trop manger, en particulier des aliments riches en calories, sucrés et gras. Mais la bonne nouvelle est que si vous êtes enclin à manger de façon émotionnelle, vous pouvez prendre des mesures pour reprendre le contrôle de vos habitudes alimentaires. Cela vous aidera à vous remettre sur la voie de vos objectifs de perte de poids.

Pour vous aider à arrêter de manger pour des raisons émotionnelles, essayez ces 9 conseils :

1 Maîtrisez votre stress

Si le stress contribue à votre alimentation émotionnelle, essayez une technique de gestion du stress, comme le yoga, la méditation ou la relaxation.

2 Faites un test de réalité de la faim

Votre faim est-elle physique ou émotionnelle ? Si vous avez mangé il y a quelques heures seulement et que votre estomac ne gargouille pas, vous n’avez probablement pas vraiment faim. Donnez un peu de temps à l’envie de manger pour passer.

3 Tenez un journal alimentaire

Notez ce que vous mangez, combien vous mangez, quand vous mangez, comment vous vous sentez quand vous mangez et si vous avez faim. Au fil du temps, vous verrez peut-être apparaître des schémas qui révèlent le lien entre l’humeur et la nourriture.

4 Obtenez du soutien

Vous êtes plus susceptible de céder à une alimentation émotionnelle si vous ne disposez pas d’un bon réseau de soutien. Appuyez-vous sur votre famille et vos amis ou envisagez de rejoindre un groupe de soutien.

5 Combattez l’ennui

Au lieu de grignoter quand vous n’avez pas vraiment faim, distrayez-vous. Allez vous promener, regardez un film, jouez avec votre chat, écoutez de la musique, lisez, surfez sur Internet ou appelez un ami.

6 Faites disparaître la tentation

Ne gardez pas de réserves d’aliments de réconfort chez vous si vous avez du mal à y résister. Et si vous vous sentez en colère ou déprimé, reportez votre visite au supermarché jusqu’à ce que vous soyez sûr de maîtriser vos émotions.

7 Ne vous privez pas

Lorsque vous essayez d’atteindre un objectif de perte de poids, vous risquez de limiter trop les calories, de manger fréquemment les mêmes aliments et de bannir les friandises que vous aimez. Cela peut ne faire qu’augmenter vos envies de nourriture, surtout en réponse à vos émotions. Laissez-vous tenter par une petite gâterie de temps en temps et faites le plein de variété pour vous aider à réduire vos fringales.

8 Collation saine

Si vous ressentez le besoin de manger entre les repas, optez pour un en-cas pauvre en matières grasses et en calories, comme des fruits frais, des légumes avec une sauce allégée. Ou bien essayez des versions allégées et peu caloriques de vos aliments préférés pour voir s’ils satisfont votre envie.

9 Tirez les leçons des échecs

Si vous avez un épisode d’alimentation émotionnelle, pardonnez-vous et recommencez le lendemain… ou le moment suivant. Essayez de tirer les leçons de cette expérience et d’établir un plan pour la prévenir à l’avenir. Concentrez-vous sur les changements positifs que vous apportez à vos habitudes alimentaires et attribuez-vous le mérite d’avoir apporté des changements qui conduiront à une meilleure santé.

Si vous avez essayé des solutions d’auto-assistance mais que vous ne parvenez toujours pas à contrôler votre alimentation émotionnelle, envisagez une thérapie avec un professionnel de la santé mentale. La thérapie peut vous aider à comprendre les motivations de votre alimentation émotionnelle et vous apprendre de nouvelles techniques d’adaptation. La thérapie peut également vous aider à découvrir si vous souffrez d’un trouble de l’alimentation, qui est parfois à l’origine de l’alimentation émotionnelle.