Persil et céleri : ces aliments qui diminuent le risque de cancer du pancréas

persil et celeri

L’apigénine et la lutéoline, deux polyphénols retrouvés en grandes quantités dans le céleri et le persil, pourraient empêcher le développement du cancer du pancréas.

Depuis quelques années, la recherche se penche sérieusement sur les molécules actives et bonnes pour notre santé présentes dans les fruits, les légumes, les épices ou les plantes utilisées dans les boissons courant: café ou thé. Ainsi, il a été montré les effets biologiques des nombreux polyphénols comme: les propriétés anticancéreuses de l’EGCG du thé vert, de la delphinidine des myrtilles et de l’acide éllagique des framboises. Certains polyphénols possédent en effet une forte activité anti-inflammatoire qui pourrait contribuer à l’effet anticancéreux de ces molécules.

Céleri et persil pour bloquer la survenue du cancer du pancréas

Selon une étude, l’apigénine et la lutéoline seraient particulièrement efficaces pour prévenir le cancer du pancréas. Ces deux polyphénols particulièrement abondants dans le céleri et le persil, bloquent la formation de nouveaux vaisseaux sanguins stimulés par l’inflammation. Puisque ces vaisseaux sont absolument essentiels à la progression des tumeurs, ces observations suggèrent donc que la consommation régulière d’aliments riches en apigénine et lutéoline pourrait prévenir le développement de plusieurs cancers.

Des chercheurs américains ont en effet observé que l’addition de ces molécules à des cellules cancéreuses dérivées de cet organe provoquait un arrêt complet de leur croissance, accompagné du déclenchement du programme de mort cellulaire par apoptose. Ces effets sont observés à de faibles concentrations d’apigénine et de lutéoline, et sont vraisemblablement dus à la propriété de ces molécules d’inhiber fortement l’activité de la protéine glycogène synthase kinase-3 (GSK-3 ). Puisque cette enzyme joue un rôle central dans la survie des cellules cancéreuses, son inhibition par l’apigénine et la lutéoline prive ces cellules d’un mécanisme indispensable à leur progression et, par ricochet, entraîne leur mort.

En parallèle, les chercheurs ont aussi observé que les deux polyphénols provoquaient des modifications spectaculaires dans l’expression de plusieurs protéines inflammatoires, en particulier l’interleukine-17 (augmentation de 114 fois) et la lymphotoxine alpha (33 fois). Cet impact majeur sur la production de molécules inflammatoires pourrait donc également participer à l’action anticancéreuse de l’apigénine et de la lutéoline.

15% de risque en moins

Ces observations illustrent encore une fois à quel point plusieurs végétaux peuvent exercer une influence positive sur le risque de cancer, même contre des maladies aussi terrifiantes que le cancer du pancréas. Des habitudes alimentaires suivies chez 540 000 personnes, ont montré que l’adoption d’une alimentation saine, composée d’une variété de fruits, de légumes et de grains entiers combinée à une consommation modérée de sucre, de gras et d’alcool permet une réduction de 15 % du risque de cancer du pancréas. Il est donc probable que cette protection peut être augmentée par la consommation fréquente de persil et de céleri.

D’autant plus que l’apigénine et la lutéoline sont éliminées relativement lentement de l’organisme et que la consommation régulière de ces aliments, que ce soit en soupe ou en salade comme le taboulé, permet d’atteindre des niveaux sanguins suffisamment élevés pour bloquer les processus impliqués dans la croissance des cellules cancéreuses.

Source

Johnson JL et de Mejia EG. Flavonoid apigenin modified gene expression associated with inflammation and cancer and induced apoptosis in human pancreatic cancer cells through inhibition of GSK- 3 /NF- B signaling cascade. Mol Nutr Food Res.

Arem H et coll. The healthy eating index 2005 and risk of pancreatic cancer in the NIH-AARP study. J Natl Cancer Inst. 

 

Marie Desange est journaliste santé, passionnée tant par les dernières recherches en scientifiques en nutrition, neurosciences et bien être que par les nouvelles approches de santé qui ne sont pas encore passées par le filtre des études scientifiques, mais qui marchent.Ostéopathie, chiropractie, acupuncture, neuro-feedback, méditation, aromathérapie, homéopathie, médecine chinoise ou Indienne (Ayurveda), shiastu, soins énergétiques, techniques corporelles ou thérapies psychologiques, toutes ces disciplines méritent d’être mises en avant pour que les lecteurs puissent être bien informés et faire leur choix sur ce qui peut les aider.De plus, la pratique journalistique lui permet de rencontrer toujours plus d’acteurs de ces nouvelles approches et de sélectionner ceux qui ont une particularité et une réelle maîtrise de ce qu’ils proposent. Les soins complémentaires et les nouvelles approches de santé doivent être rigoureux et sans danger pour les personnes qui se tournent vers elles. Avec le temps et l’expérience, Marie sait sélectionner ce qui peut apporter, selon les cas, de vrais bénéfices pour le mieux être des personnes qui le recherchent. `Journaliste pour le journal on-line pressesante.com, Marie a encore plein de supers sujets sous le coude à vous proposer, que vous ne lirez pas ailleurs.