Peau et soleil: protégez votre peau des risques de cancer

L’été est là. La plage et les vêtements courts vont être au programme des prochaines semaines, ce qui favorisera l’exposition de la peau au soleil. Mais l’exposition de la peau aux UV entraîne une cascade d’événements assez complexes. À court terme, l’action des rayons UVB est très positive, car ils déclenchent une série de réactions biochimiques qui vont permettre de de fabriquer de la vitamine D. Cette vitamine est absolument essentielle pour le maintien d’une bonne santé, ce qui signifie qu’il est très avantageux de s’exposer au soleil pendant de courtes périodes (5 à 15 minutes en été) pour profiter de ses bienfaits.

Le bronzage ne protège pas la peau des dangers du soleil

Mais lors d’expositions excessives au soleil, par contre, les rayons UV causent d’importants dommages aux cellules de la peau en générant des radicaux libres, une inflammation ainsi que des mutations génétiques dans l’ADN de ces cellules. En réponse à ces dommages, les cellules tentent tant bien que mal de protéger la peau de dommages supplémentaires en orchestrant la production de mélanine. Mais ce bronzage n’offre qu’une faible protection, équivalent à un indice de protection 3 des crèmes solaires. Autrement dit, une exposition répétée et excessive de la peau au soleil, qu’elle soit bronzée ou non, favorise l’accumulation de mutations génétiques qui peuvent déclencher le développement du cancer.

Trop de soleil augmente drastiquement le risque de cancer de la peau

Cet impact majeur du soleil sur le risque de mutations est illustré de façon saisissante par une étude publiée dans la revue Science. En utilisant comme matériel de départ des biopsies de peau prélevées lors de blépharoplasties (excision de l’excès de peau au niveau des paupières) chez des personnes  âgées de 55 à 73 ans, une équipe de scientifiques britanniques a examiné la présence de mutations dans 74 gènes connus pour leur implication dans le développement des carcinomes spinocellulaires. Les résultats sont renversants: même si elle est en santé et ne présente aucun signe de cancer, chaque centimètre carré de peau contient néanmoins plus de 100 mutations dans l’un ou l’autre de ces oncogènes!

Globalement, cela signifie que même chez une personne en santé, environ 25 % des cellules de la peau exposée au soleil sont déjà parvenues à un stade précancéreux et sont donc à très haut risque d’acquérir les quelques mutations supplémentaires qui vont déclencher l’apparition d’un cancer.

Les mêmes règles s’appliquent à la protection de la peau et du corps

Nous sommes tous porteurs de cellules précancéreuses, mais on peut prévenir le cancer en réduisant la vitesse d’apparition de ces mutations et en maintenant ces cellules dans un stade précoce, sans danger pour la santé. Dans le cas des cancers de la peau, il s’agit évidemment d’éviter les expositions inutiles au soleil et d’utiliser des crèmes protectrices. Mais le même raisonnement s’applique à l’ensemble des cancers: il est possible de retarder la progression des cellules précancéreuses en adoptant de bonnes habitudes de vie qui vont les empêcher d’accumuler les mutations, notamment en évitant de fumer, en maintenant un poids corporel normal, en mangeant beaucoup de végétaux et en étant actif physiquement.

Source

Martincorena I et coll: High burden and pervasive positive selection of somatic mutations in normal human skin. Science 348: 880-6.