Parkinson: une alimentation riche en flavonoïdes pour prévenir la maladie et vivre plus longtemps

Un régime riche en flavonoïdes prévient et réduit la mortalité chez les personnes atteintes de la maladie de Parkinson

Une nouvelle étude révèle qu’un régime riche en flavonoïdes réduit la mortalité chez les personnes atteintes de la maladie de Parkinson. Les personnes atteintes de la maladie de Parkinson présentent un risque de mortalité plus élevé par rapport à la population générale.

Des chercheurs ont récemment montré qu’un régime riche en flavonoïdes, des composés présents dans des aliments aux couleurs vives comme les myrtilles, les fraises, le vin rouge et le thé, réduit la mortalité chez les personnes atteintes de la maladie de Parkinson. Dans cette nouvelle étude, après un diagnostic de la maladie de Parkinson, les personnes concernées vivaient plus longtemps lorsqu’elles ajoutaient des aliments riches en flavonoïdes à leur régime alimentaire.

Dans la revue Neurology des chercheurs de la Penn State University, de Harvard et de la Queens’ University de Belfast, en Irlande du Nord, ont exploité les données de deux études à long terme, la Nurses Health Study (NHS) et la Health Professionals Follow-up Study (HPFS) pour analyser les effets du régime alimentaire sur la longévité des personnes atteintes de la maladie de Parkinson (MP).

Plus précisément, les chercheurs ont choisi d’examiner l’effet des flavonoïdes sur la mortalité chez les patients atteints de Parkinson. Les flavonoïdes sont des molécules d’origine végétale que l’on trouve naturellement dans les fruits, les légumes et les boissons courantes comme le thé et le vin rouge. Les métabolites des flavonoïdes peuvent traverser la barrière hémato-encéphalique et il a été démontré qu’ils réduisent le stress oxydatif, l’inflammation et le durcissement des artères, connu sous le nom d’athérosclérose.

Flavonoïdes, troubles neurodégénératifs et prévention

Ces fonctions moléculaires particulières confèrent aux flavonoïdes des propriétés neuroprotectrices. Dans le système nerveux central, les métabolites flavonoïdes se lient aux récepteurs du cerveau qui contrôlent la sédation et l’anxiété, et peuvent même traiter les risques de crises d’épilepsie. Ils peuvent également se lier au récepteur B de la monoamine oxydase, une cible pharmaceutique importante pour réduire les symptômes de la Maladie de Parkinson. Pour cette raison, les flavonoïdes ont suscité un grand intérêt chez les cliniciens-chercheurs qui traitent les maladies neurodégénératives comme la Maladie de Parkinson ou la maladie d’Alzheimer.

L’étude actuelle s’appuie sur les travaux antérieurs des chercheurs en 2012, qui ont constaté que le risque de développer la maladie de Parkinson chez les hommes était réduit de 40% lorsqu’ils consommaient des régimes riches en flavonoïdes.

Les chercheurs savaient déjà que les régimes alimentaires comportant une forte consommation de fruits, de légumes, de légumineuses, de céréales complètes, de noix, de poisson et de volaille, une faible consommation de graisses saturées et une consommation modérée d’alcool peuvent protéger contre la maladie de Parkinson.

Les personnes vivant avec la maladie de Parkinson ont des taux de mortalité plus élevés que les personnes atteintes de diabète, de cancer colorectal, de cardiopathie ischémique ou de maladie pulmonaire obstructive chronique. Certaines études montrent un risque peut-être légèrement plus élevé et d’autres études sont allées jusqu’à dire qu’ils ont un risque deux fois plus élevé, par rapport aux personnes atteintes d’autres maladies chroniques. il y a également une grande réduction de certaines de ces autres maladies chroniques au fil des ans. Ainsi, le risque de cancer, le risque d’accident vasculaire cérébral, tous diminuent de manière significative, alors que peut-être, le risque de maladie de Parkinson augmente.

Les résultats de la nouvelle étude

En étudiant 1 251 personnes issues des études NHS et HPFS, les chercheurs ont mesuré les proportions d’apport d’aliments tels que les pommes, les myrtilles, les fraises, le thé, les oranges et les vins rouges. Ils ont pu mesurer l’apport alimentaire de ces personnes pendant 32 à 34 ans, jusqu’à leur décès ou la fin de l’étude. Afin de réduire le biais que le fait de vivre avec la maladie de Parkinson pourrait entraîner, en raison des modifications de l’apport alimentaire consécutives à la maladie, les scientifiques ont quantifié les aliments riches en flavonoïdes avant et après le diagnostic de la maladie de Parkinson chez les participants.

Les participants atteints de la maladie de Parkinson qui avaient une alimentation riche en flavonoïdes avant leur diagnostic avaient une mortalité plus faible, toutes causes confondues.
Les participants qui ont commencé à suivre un régime riche en flavonoïdes après le diagnostic de la maladie de Parkinson ont présenté des taux de mortalité plus faibles.

En effet, ls flavonoïdes sont des composants alimentaires naturels, d’origine végétale, riches en fruits et légumes. Ils donnent des couleurs variées à ces plantes. Les chercheurs pensent que l’adoption d’un mode d’alimentation sain, riche en fruits et légumes colorés (par exemple, les baies), tout de suite après le diagnostic de la maladie de Parkinson, pourrait ralentir la progression de la maladie et améliorer le taux de survie.

Des changements dans le mode de vie pourraient ralentir la progression de la maladie de Parkinson

L’adoption d’un mode de vie sain, comme l’activité physique et un modèle alimentaire sain avec des apports élevés en fruits et légumes colorés. Un grand nombre d’études soutiennent également les effets neuroprotecteurs potentiels du café et du thé.

Source

Intake of Flavonoids and Flavonoid-Rich Foods, and Mortality Risk Among Individuals With Parkinson Disease: A Prospective Cohort Study

* Presse Santé s' efforce de transmettre la connaissance santé dans un langage accessible à tous. En AUCUN CAS, les informations données ne peuvent remplacer l' avis d'un proffesionel de santé.

Vous aimez nos contenus ?

Recevez chaque jour nos dernières publications gratuitement et directement dans votre boite mail

RECEVOIR LA NEWSLETTER
- Presse Santé -