Oméga-3 : où trouver les meilleurs sources d’apport

Oméga-3
Les oméga-3 sont des types de gras qui ont de multiples bienfaits sur la santé, notamment pour le cœur, le cerveau, la bonne humeur et pour lutter contre l’inflammation chronique.

Les oméga-3 sont des types de gras qui ont de multiples bienfaits sur la santé, notamment pour le cœur, le cerveau, la bonne humeur et pour lutter contre l’inflammation chronique. Ils sont absolument essentiels au bon fonctionnement de l’organisme, mais sont relativement rares dans l’alimentation moderne. Voici les meilleures sources pour assurer de bons apports.

Certains oméga-3 sont des gras « essentiels », c’est-à-dire que le corps ne peut pas les fabriquer et nous devons donc en consommer via les aliments et les suppléments. Ils assument des rôles importants dans le bon fonctionnement du cœur, du cerveau, mais aussi des systèmes hormonal et inflammatoire.

Il existe deux grandes familles d’oméga-3 : ceux d’origine végétale et ceux d’origine animale. Même si ces deux formes sont indispensables au corps, ce sont l’ADH (acide docosahexanoïque) et l’AEP (acide eicosapentaénoïque) qui ont le plus de bienfaits prouvés sur la santé du cœur.

Les poissons gras sont sans conteste les meilleures sources d’AEP et d’ADH. Le saumon, la truite, les anchois, la morue charbonnière, les sardines, le maquereau bleu et le turbot en sont de bons exemples. On recommande de consommer deux portions de poisson chaque semaine pour combler nos besoins en oméga-3 marins.

L’acide alpha-linolénique (AAL) est un oméga-3 qu’on trouve notamment dans les produits d’origine végétale tels que le lin, le chia, le soya, les noix de Grenoble, le canola et le chanvre. L’AAL est un acide gras essentiel pour la santé, mais il n’est pas aussi « efficace » que l’AEP et l’ADH qui sont d’origine marine en prévention de différentes maladies comme celles du cœur. Il peut être transformé en AEP et ADH par le corps, mais cette conversion est très peu efficace (moins de 10 %).

Les oméga-3 étant très populaires, cela a incité plusieurs fabricants à enrichir certains produits de grande consommation type beure et margarine. Bien qu’il soit pertinent d’augmenter notre consommation d’oméga-3 et que ces aliments y contribuent, aucun n’est à la hauteur des poissons gras. Ceux qui sont enrichis d’AEP et d’ADH s’en approchent un peu plus que ceux enrichis en AAL, mais il faudrait souvent en manger des quantités irréalistes pour égaler une portion de poisson.

Par ailleurs, le poisson offre une panoplie de nutriments différents, pas que des oméga-3. Bref, difficile de le remplacer par des aliments enrichis.

Si l’alimentation est suffisamment variée et qu’elle permet un apport en omega-3, les apports journaliers recommandés devraientêtre au rendez-vous. Le recours aux compléments alimentaires riches en Omega-3 peuvent se justifier en cas de carence avérée ou lorsqu’il faut un apport soutenu sur un moyen terme pour aider à lutter contre des symptômes dépressifs, un état inflammatoire chronique ou une inflammation locale. Bien sûr, rien de mieux qu’une alimentation saine qui fournit des apports réguliers.

À ne pas rater !
Abonnez-vous à la newsletter Presse santé

Recevez chaque semaine et en avant première notre actualité santé : actualités médicales, conseils santé, innovations scientifiques, dossiers complets directement dans votre boite mail !

Adresse e-mail non valide
Essayez c est gratuit. Vous pouvez vous désinscrire à tout moment.