Les omega-3 aident les enfants à avoir une meilleure mémoire

Une étude rapporte une association entre le type de graisse consommée et les capacités de mémoire relationnelle liés au fonctionnement de l’hippocampe chez des enfants pré-adolescents.

L’hippocampe est impliqué essentiellement dans la mémoire relationnelle. Se souvenir du nom d’une personne déjà rencontrée il y a quelques jours relève de l’hippocampe. Cette information étant plus tard classée dans les zones corticales. Les effets de l’alimentation sur les fonctions cognitives liées à l’hippocampe sont encore largement méconnus.

L’étude menée par Carol Baym et ses collègues apporte de nouveaux éléments sur le rôle des lipides dans la mémoire relationnelle liée à l’hippocampe. Elle porte sur 52 enfants âgés de 7 à 9 ans soumis à différents tests pour évaluer la mémoire, dont celle liée à l’hippocampe.

Les omega-3 aident les enfants à mémoriser

Après correction pour l’indice de masse corporelle, les chercheurs notent une relation positive entre les capacités de mémoire relationnelle et l’apport en acides gras oméga-3. A l’inverse, la consommation d’acides gras saturés s’avère associée à de plus faibles performances, tant pour la mémoire relationnelle que pour la mémoire visuelle (mémoire indépendante de l’hippocampe).

Assurer un apport régulier d’omega-3 dans l’alimentation

Voilà qui, fort heureusement, va dans le même sens que ce qui est observé dans d’autres domaines, notamment cardiovasculaire, consolidant ainsi l’objectif qui consiste à assurer une présence suffisante d’acides gras oméga-3, tout en limitant celui en acides gras saturés chez les adultes comme chez les enfants.

Source

Baym C.L. Dietary lipids are differentially associated with hippocampal-dependent relational memory in prepubescent children.  Am J Cmin Nutr