Les oligo-éléments pour les sportifs

472

Les oligo-élements ont un rôle précieux dans le traitement et la prévention des blessures des sportifs. Bien utilisés, ils peuvent vous aider à récupérer après un effort ou à soigner les blessures les plus courantes.

 

L’oligothérapie (ou usage des oligo-éléments à but thérapeutique) est une thérapie par absorption de minéraux et métaux à doses infinitésimales appelés oligo-éléments. Elle est, comme beaucoup de méthodes de soins, aussi vieille que le monde.

En fait, l’oligothérapie n’acquiert une réelle identité et ne commence à faire son entrée dans la médecine moderne qu’avec les travaux du Dr jacques Ménétrier dans les années 1940. Le point de départ avait été l’observation d’une amélioration notable en quelques jours d’une hypertension artérielle après l’administration de doses infimes de cobalt.Comme de nombreuses médecines douces, le rôle de l’oligothérapie est de soigner l’organisme de manière globale et d’œuvrer pour restituer ses facultés naturelles d’équilibration. Les oligo-éléments agissent comme des co-enzymes, facilitent et accélèrent les réactions enzymatiques de l’organisme.

Les meilleurs oligo-éléments utilisés en cas de traumatisme lié au sport 

Le Cuivre anti-inflammatoire contre les tendinites

Il est contenu naturellement dans les fruits de mer, le foie de bœuf et les légumes secs.

Il stimule les défenses immunitaires, favorise la fabrication des globules rouges et celle des tendons ou des ligaments, protège les parois des vaisseaux sanguins, réduit les processus inflammatoires, ralentit l’expansion des radicaux libres responsables du vieillissement tissulaire et intervient dans la fabrication des hormones. En matière de sport, il faut savoir que la pratique régulière d’une activité sportive intensive occasionne un stress et des perturbations à la fois biologiques et physiologiques. Aussi, le cuivre est-il fréquemment en état de carence chez de nombreux sportifs assidus : son apport permet de moduler les états inflammatoires et dégénératifs au niveau articulaire, musculaire et tendineux.

En traumatologie du sport, le cuivre est utilisé pour ses importantes propriétés anti-inflammatoires, seul ou en association avec les anti-inflammatoires non stéroïdiens dont il potentialise les effets. Il peut être prescrit lors du cap aigu d’une entorse, d’une tendinopathie, d’une lésion musculaire. La durée de la prescription du cuivre oscille le plus souvent entre 1 à 2 semaines (granions de cuivre, oligosol cuivre,…). En rhumatologie, le cuivre peut être prescrit au long cours à faible posologie pour freiner l’évolution d’arthropathies dégénératives telles que l’arthrose.

Le Silicium : draineur et cicatrisant

Il est très présent sur terre et dans l’organisme. Il est indispensable à la formation du squelette et intervient directement dans la lutte contre l’athérosclérose, de nombreuses pathologies cutanées et le vieillissement cellulaire. On sait que son apport par complément alimentaire sous forme minérale n’est pas assimilable par l’organisme. Il faut donc soit l’absorber sous forme de « silicium organique », soit sous forme végétale (bambou, prêle, ortie, champignons, olives, son).

Le rôle du silicium sur la formation et l’intégrité du tissu conjonctif a pu ainsi être démontré. Par sa capacité à former des liaisons rigides -O-Si-O-, il interviendrait comme agent structurant et minéralisant entre les différentes macromolécules de la matrice extra-cellulaire des tissus conjonctifs (ligament, muscle, tendon, aponévrose, cartilage, périoste, …) et du tissu osseux, avec une action particulière sur le collagène, les protéoglycanes et l’élastine.

Son apport est essentiel à l’élasticité des tissus particulièrement au niveau des tendons et des muscles. Sous la forme colloïdale, il représente un traitement facilitateur de la « cicatrisation » du tissu conjonctif après un traumatisme ainsi qu’un puissant draineur sanguin tout à fait indiqué dans les phases de récupération après un effort sportif intense.

Le Sélénium : anti-oxydant et favorisant la récupération

Il est présent surtout dans les aliments d’origine animale (viande, poisson, crustacés, oeufs…), dans la levure de bière, les céréales ou le germe de blé. Les compléments alimentaires l’associent souvent à la vitamine E qui favorise son absorption et potentialise ses effets.

Le sélénium est un minéral indispensable aux fonctions multiples. Il renforce le système immunitaire, ralentit le vieillissement des cellules, limite l’anxiété, augmente la fabrication des spermatozoïdes, élimine les excès de métaux toxiques (plomb, mercure). C’est un anti-oxydant puissant qui possède des propriétés anti-inflammatoires intéressantes. Il s’adapte tout particulièrement au stress oxydatif du sport intensif d’endurance dont elle assure une prévention de l’état inflammatoire. Chez le sportif de haut niveau, il est souvent recommandé pour améliorer le métabolisme à l’approche d’une compétition mais aussi pour faciliter la récupération dans les asthénies secondaires à des stress infectieux, opératoires ou traumatiques.

Face à tout traumatisme capsulo-ligamentaire ou tendino-musculaire :

L’association cuivre et silicium donne de bons résultats en agissant sur l’inflammation et en permettant une reconstitution plus rapide de la trame collagène.

Associer, par exemple, 2 ampoules de granions de cuivre 2 à 3 fois par jour pendant 2 semaines et 120 gouttes de silicium (Dissolvurol) à diluer dans 1,5 litre d’eau et à boire tout au long de la journée

Pour traiter une tendinopathie, utiliser le protocole mentionné plus haut.

Pour prévenir les microtraumatismes notamment chez le coureur à pied :

prendre 1 ampoule de sélénium par jour afin de diminuer les risques de micro-ischémies au niveau articulaire suite aux chocs répétés.

prendre 1 ampoule de cuivre matin et soir à dose filée au long cours pour éviter le développement des tendinopathies.

DR Gilles Mondoloni

 

 

PARTAGER
Dr Gilles Mondoloni. Médecin ostéopathe (Maisons Laffitte, Yvelines), Attaché des Hôpitaux de Paris (service de Médecine physique), Chargé d’Enseignement en Ostéopathie à la Faculté de Médecine. Traumatologue du sport. Chargé d’Enseignement en Médecines naturelles (Paris), en école de Naturopathie (FLMNE), DU Santé Alimentation et Micronutrition. http://www.flmne.org Auteur des livres « Se soigner par l’ostéopathie » aux éditions Odile Jacob (2006) « Stop au mal de dos » aux éditions Solar (2015) « Pour en finir avec l’arthrose et l’ostéoporose: la méthode antidouleur au naturel » aux éditions Solar 2016

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here