InsoliteLe saviez vous ?Science

Neuro-théologie: les traces que laisse « Dieu » dans le cerveau

L’existence ou non d’une puissance divine est peut-être une question d’opinion. Mais les effets neurophysiologiques de la croyance religieuse sont des faits scientifiques qui peuvent être mesurés avec précision. Nous jetons ici un coup d’œil à certains de ces effets, comme le montrent les dernières recherches.

Les effets de la prière sur le bien-être d’une personne sont bien documentés

Que vous soyez un athée convaincu, un agnostique réservé ou un croyant fervent, vous êtes tout aussi susceptible de trouver étonnants les effets de la religion sur le cerveau humain. La croyance religieuse peut augmenter notre durée de vie et nous aider à mieux faire face aux maladies.

De plus, la recherche dans le domaine de la « neurothéologie », la neuroscience de la croyance théologique, a fait des découvertes surprenantes qui ne manqueront pas de changer notre façon de penser la spiritualité. Par exemple, certains scientifiques suggèrent que l’expérience religieuse active les mêmes circuits cérébraux que le sexe et les drogues.

D’autres recherches ont suggéré que les dommages causés à une certaine région du cerveau peuvent donner l’impression qu’il y a quelqu’un dans la pièce alors qu’il n’y a personne. Ces résultats ont des implications intrigantes sur la façon dont la religion affecte la santé, et vice-versa.

Par ailleurs, les fondements neurobiologiques de l’expérience religieuse signifient-ils que celle-ci pourrait être recréée artificiellement ? Si une expérience divine s’avère biologiquement prédéterminée, le fait de disposer des bonnes informations scientifiques nous permet-il de créer l’illusion d’un dieu ?

Si les chercheurs n’ont pas encore toutes les réponses, les pièces du puzzle s’assemblent pour former une image scientifique de la divinité qui s’avère bien différente de celle que l’on trouve dans les livres saints des différentes religions.

Des religions différentes ont des effets différents dans le cerveau

Les pratiques religieuses différentes ont des effets différents sur le cerveau d’une personne. C’est à dire que les différentes religions activent différemment les régions du cerveau.
Par exemple, les bouddhistes qui méditent et les catholiques qui prient, ont une activité accrue dans les lobes frontaux du cerveau. Ces zones sont liées à une concentration et une attention accrues, à des capacités de planification, à la capacité de se projeter dans l’avenir et à la capacité de construire des arguments complexes.

Par ailleurs, la prière et la méditation sont toutes deux corrélées à une diminution de l’activité dans les lobes pariétaux. Ils sont responsables du traitement de l’orientation temporelle et spatiale. En revanche, ceux qui prient en utilisant des mots plutôt qu’en s’appuyant sur les techniques de visualisation utilisées dans la méditation présentent une activité accrue dans les zones cérébrales de traitement du langage des lobes subpariétaux.

Mais d’autres pratiques religieuses peuvent avoir l’effet inverse sur les mêmes zones du cerveau. Par exemple, l’une des études les plus récentes coécrite par le Dr Newberg montre que la prière islamique intense, « dont le concept le plus fondamental est l’abandon de soi à Dieu », réduit l’activité du cortex préfrontal et des lobes frontaux qui lui sont liés, ainsi que l’activité des lobes pariétaux.

On pense traditionnellement que le cortex préfrontal est impliqué dans le contrôle exécutif, ou comportement volontaire, ainsi que dans la prise de décision. Selon les chercheurs, il serait donc logique qu’une pratique axée sur l’abandon du contrôle entraîne une diminution de l’activité dans cette zone du cerveau.

La religion, c’est comme « le sexe, la drogue et le rock’n’roll » pour le cerveau

Une étude récente a révélé que la religion active les mêmes circuits cérébraux de traitement de la récompense que le sexe, la drogue et d’autres activités addictives.

Des chercheurs dirigés par le Dr Jeff Anderson, de la faculté de médecine de l’Université de l’Utah à Salt Lake City, ont examiné le cerveau de 19 jeunes mormons à l’aide d’un scanner IRM fonctionnel.
Lorsqu’on leur a demandé si, et dans quelle mesure, les participants « ressentaient l’esprit », ceux qui ont fait état des sentiments spirituels les plus intenses ont présenté une activité accrue dans le noyau accumbens bilatéral. Ainsi que dans les zones corticales attentionnelles frontales et préfrontales ventromédianes.

Ces zones du cerveau qui traitent le plaisir et la récompense sont également actives lorsque nous nous livrons à des activités sexuelles, écoutons de la musique, jouons et prenons des drogues. Les participants ont également fait état de sentiments de paix et de chaleur physique.

Lorsque les participants à notre étude ont été invités à penser à un sauveur, à être avec leur famille pour l’éternité, à leur récompense céleste, leur cerveau et leur corps ont réagi physiquement. Ces résultats font écho à ceux d’études plus anciennes, selon lesquelles l’engagement dans des pratiques spirituelles augmente les niveaux de sérotonine, le neurotransmetteur du « bonheur », et d’endorphines. Des molécules induisant l’euphorie. Ces effets neurophysiologiques de la religion semblent donner à la formule connue de Marx: « La religion est l’opium du peuple » un nouveau niveau de signification.

Les expériences extracorporelles sont dans le corps

Certaines avancées récentes dans les techniques de neuro-imagerie permettent de comprendre comment notre cerveau « crée » une expérience spirituelle ou mystique. Qu’est-ce qui provoque le sentiment que quelqu’un d’autre est présent dans la pièce, ou que nous sommes sortis de notre corps pour entrer dans une autre dimension ? Ces dernières années,les technologies d’imagerie cérébrale ont atteint une maturité qui permet d’aborder des questions qui se posent depuis des millénaires.

Lorsque l’activité des réseaux du cortex pariétal supérieur [qui est une région située dans la partie supérieure du lobe pariétal] ou de notre cortex préfrontal augmente ou diminue, nos sensations de limites corporelles changent. Les recherches le confirment. Une étude sur les vétérans du Vietnam montre que ceux qui avaient été blessés dans le cortex préfrontal dorsolatéral du cerveau étaient plus susceptibles de rapporter des expériences mystiques.

Ces parties du cerveau contrôlent notre sens du moi par rapport aux autres objets du monde, ainsi que notre intégrité corporelle. D’où les sensations et perceptions « hors du corps » et « du moi étendu » que confessent de nombreuses personnes ayant vécu des expériences mystiques.

Peut-on « créer » Dieu sur commande ?

Étant donné que les racines neurologiques des expériences religieuses peuvent être retracées avec une telle précision à l’aide des dernières technologies neuroscientifiques, cela signifie-t-il que nous pourrions, en principe, « créer » ces expériences à la demande ?

Il ne s’agit pas seulement d’une question théorique, car dans les années 1990, le Dr Michael Persinger, directeur du département des neurosciences de l’université Laurentienne (Ontario, Canada), a conçu ce que l’on a appelé le « casque de Dieu ». Il s’agit d’un appareil capable de simuler des expériences religieuses en stimulant les lobes tempopariétaux d’une personne à l’aide de champs magnétiques.

Dans les expériences du Dr Persinger, une vingtaine de personnes religieuses, soit seulement 1 % des participants, ont déclaré ressentir la présence de Dieu ou le voir dans la pièce lorsqu’elles portaient l’appareil. Cependant, 80 % des participants ont ressenti une présence quelconque, qu’ils hésitaient à appeler « Dieu ». Si l’équipement et l’expérience produisaient la présence qui était Dieu, alors les caractéristiques extrapersonnelles, inatteignables et indépendantes de la définition de dieu pourraient être remises en question.

Les humains ont historiquement cherché des moyens d’évoquer des expériences religieuses de diverses manières, de la méditation et de la prière aux substances qui peuvent induire des expériences psychédéliques. Qui sont perçues comme tout aussi spirituelles et réelles que les expériences plus ‘naturelles’.

L’avenir de la neuro-théologie et de la religion

En attendant, les neuroscientifiques continuent de travailler dur pour comprendre ce qui se passe dans le cerveau religieux. Car la neurothéologie peut explorer la façon dont la religion et la spiritualité affectent la santé physique et mentale en termes de croyances et de pratiques.

En outre, la neurothéologie peut contribuer à l’élaboration d’approches thérapeutiques pour aider les personnes souffrant de divers troubles, notamment neurologiques et psychiatriques.

Enfin, on peut espérer que les neurosciences apporteront des réponses indispensables aux questions épistémologiques séculaires sur la nature de la réalité, la conscience et la spiritualité.

Sources

http://www.andrewnewberg.com/research/
https://www.ninds.nih.gov/Disorders/Patient-Caregiver-Education/Know-Your-Brain#fore
https://www.sciencedirect.com/science/article/abs/pii/S0928425715000182
https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pmc/articles/PMC3562704/
https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pmc/articles/PMC3190564/
https://www.sciencedirect.com/science/article/abs/pii/S0028393215302360

Articles similaires