Avez-vous besoin de contacter la rédaction ? Envoyez vos e-mails à [email protected] ou sur notre formulaire.
Bien êtreLe saviez vous ?

Maux de tête: le café peut aider à contrôler une crise ou la déclencher. Comment trouver l’équilibre?

Pour les personnes souffrant de migraines ou de maux de tête, la relation entre la caféine et leur douleur est délicate.

Marie Desange

Le café est l’une des sources de caféine les plus populaires dans le régime alimentaire Occidental. Bien qu’il soit facile de devenir dépendant de la caféine et que son arrêt brutal provoque des symptômes de sevrage tels que des maux de tête, la caféine est généralement considérée comme sans danger pour la plupart des gens en quantités raisonnables.

Il est estimé qu’une consommation de 400 milligrammes (mg) par jour est généralement sans danger pour les adultes en bonne santé. À titre de référence, une tasse de café moyenne de 220 ml contient environ 80 à 100 mg, et un soda de type cola de 33 cl environ 30 à 40 mg.

Pour les personnes souffrant de migraines ou de maux de tête, la relation entre la caféine et leur douleur est délicate. D’une part, la caféine peut aider à soulager les maux de tête mais d’autre part, si vous essayez d’abandonner ou de réduire votre consommation de caféine, vous risquez de souffrir d’une vague temporaire de maux de tête liés au sevrage de la caféine.

La caféine comme traitement des maux de tête

La caféine semble être un traitement aigu efficace de la migraine, ou du moins un élément du traitement aigu de la migraine du point de vue du patient. Les patients souffrant de migraine rapportent souvent que s’ils peuvent consommer une boisson caféinée en même temps qu’un médicament, cela les aide généralement pendant une crise. Il existe également des médicaments pour traiter les maux de tête et la migraine, en vente libre ou sur ordonnance, qui contiennent de la caféine et qui peuvent être utiles à certains patients lorsqu’ils ont une crise de migraine. Certaines formulations du médicament en vente libre, contiennent 65 mg de caféine par comprimé,.

Le mécanisme d’action qui sous-tend le potentiel antidouleur de la caféine est lié aux vaisseaux sanguins. Les vaisseaux sanguins se dilatent en cas de migraine, et la caféine est considérée comme bénéfique parce qu’elle provoque une vasoconstriction. C’est ce à quoi les gens pensent lorsqu’ils consomment une boisson caféinée ou un médicament contenant de la caféine alors qu’ils ont une migraine.

Les céphalées dues à la caféine comme symptôme de sevrage

À l’inverse, si vous avez déjà essayé de réduire votre consommation de caféine, vous savez que des maux de tête peuvent en résulter. Peu importe les aliments ou les boissons d’où provient la caféine, le problème est de savoir si vous avez l’habitude de consommer régulièrement la même quantité de caféine chaque jour. Si vous diminuez soudainement votre consommation de caféine, vous risquez d’avoir mal à la tête. Le sevrage de la caféine ne concerne pas seulement les personnes qui consomment beaucoup de café ou de boissons caféinées. Il peut également toucher les personnes qui ne boivent qu’une petite tasse de café par jour. L’incidence des maux de tête résultant du sevrage de la caféine peut atteindre 50 %, et ce dans la population générale, pas seulement chez les personnes souffrant de migraine.

Votre mal de tête est-il lié au sevrage de la caféine ?

Si votre mal de tête survient quelques heures après votre dernière consommation de caféine ou après avoir manqué votre tasse de café habituelle ou votre boisson énergisante, cela peut être un signe qu’il est lié à un manque de caféine. En général, les céphalées de sevrage de la caféine surviennent entre le milieu et la fin de la matinée, car beaucoup de gens commencent leur journée par un café ou quelque chose de ce genre. Le mal de tête lié au sevrage de la caféine peut être différent d’une migraine. Le mal de tête a un profil léger à modéré, et il a tendance à ne pas avoir les caractéristiques d’une migraine.

La caféine peut contribuer aux maux de tête dus à la surconsommation de médicaments

Un certain type de céphalée est lié à une surconsommation de médicaments, comme une céphalée survenant 15 jours ou plus par mois chez une personne souffrant d’un trouble céphalique primaire préexistant, tel que la migraine, et se développant à la suite d’une surconsommation régulière de médicaments contre les céphalées aiguës ou symptomatiques pendant plus de trois mois. Plusieurs médicaments sont liés aux maux de tête, notamment les analgésiques combinés contenant de l’aspirine et de la caféine.

Cependant, les médicaments contenant de la caféine ne sont pas les seuls à être associés à ce type de maux de tête : une consommation de caféine de 100 à 200 mg par jour est probablement suffisante pour contribuer aux céphalées de surconsommation de médicaments.

La caféine comme facteur de risque de la migraine chronique

Il est prouvé qu’une consommation excessive de caféine est un facteur de risque de migraine chronique. On parle de migraine chronique lorsqu’une personne souffre 15 jours ou plus par mois de maux de tête présentant des caractéristiques migraineuses. On estime que la migraine chronique touche environ 1 à 2 % de la population générale et près de 8 % des personnes migraineuses. Chaque année, environ 3 % des personnes souffrant de migraine épisodique se  » convertissent  » en migraine chronique, selon un article publié en 2016 dans la revue Nature Reviews Neurology.

Le suivi des maux de tête et de la consommation de caféine peut aider

Chez les personnes souffrant de migraine chronique ou de maux de tête chroniques, mieux vaut suivre leurs maux de tête et essayer de réduire progressivement leur consommation de caféine. Cela ne veut pas dire qu’il faut arrêter tout de suite. Cela risquerait de les plonger dans une situation de maux de tête sévères. Essayer plutôt de diminuer la consommation de caféine un ou deux jours par semaine pour voir si cela fait une différence. Si le patient fait partie de la catégorie des migraines épisodiques (moins de 15 jours par mois), il convient de surveiller sa consommation de caféine et son rapport avec ses crises de migraine. L’attention portée à la question de savoir si la caféine semble prévenir ou raccourcir une crise ou si elle semble déclencher la migraine peut aider à déterminer si la réduction ou l’élimination de la caféine est la meilleure façon de procéder.

Conseils pour réduire ou éliminer la caféine

Si vous décidez de réduire ou d’arrêter la caféine, commencez lentement. Si vous aimez la caféine sous forme de boissons froides telles que les sodas ou les boissons énergisantes, essayez de boire de l’eau à la place. Le thé glacé non sucré sans caféine peut également être un substitut satisfaisant. Si vous êtes un buveur de café, essayez de supprimer une tasse de caféine par jour ou de boire un mélange de café mi-caféiné et mi-décaféiné. Le fait de passer lentement à une proportion plus élevée de café décaféiné sur une période de plusieurs semaines peut vous aider à réduire votre consommation tout en minimisant les symptômes de sevrage. Mais n’oubliez pas que le café décaféiné contient toujours une petite quantité de caféine, ce qui peut vous rendre dépendant de la caféine et entraîner des maux de tête de sevrage si vous arrêtez brusquement le décaféiné.

Une autre idée pour réduire la consommation de caféine : Faites de l’exercice. Certaines personnes ont pu remplacer le café par de l’exercice, ce qui semble les aider à surmonter le processus de sevrage.

 

Avez-vous trouvé cet article utile?
À lire aussi