Marcher : une activité simple à haut bénéfice pour la santé

Avec l’arrivée de l’automne et le retour à une vie plus routinière après les vacances, il est courant de voir les gens réduire leur niveau d’activité physique et devenir plus sédentaires. Cependant, il ne faut pas oublier de demeurer actif pour continuer d’être en bonne santé.

Il est maintenant bien connu que les gens sédentaires sont généralement en moins bonne santé que les personnes
« en forme », qui font régulièrement de l’activité physique. Cette activité physique régulière diminue significativement non seulement les risques d’être touché par des maladies cardiovasculaires, mais également par certains types de cancer, surtout ceux du côlon et du sein.

Les bénéfices reconnus de l’activité physique

Ainsi, l’Agence Internationale de Recherche sur le Cancer estime que l’inactivité physique serait responsable d’environ 15 % des cancers du côlon et de 10 % des cancers du sein qui se développent après la ménopause. Le niveau d’activité physique aurait également un impact sur les cancers de la prostate, du poumon et de l’endomètre, mais cette contribution demeure cependant à être mieux définie.

Les mécanismes exacts qui sont responsables de cette protection demeurent incompris mais plusieurs données scientifiques suggèrent que l’activité physique provoque des variations des niveaux d’hormones sexuelles dans le sang, une stimulation du système immunitaire et stimule nos défenses contre les dommages que subissent nos cellules lors du vieillissement.  Tous ces facteurs contribuent à améliorer le bon fonctionnement de nos cellules et ainsi à retarder l’apparition de cellules précancéreuses qui peuvent progresser vers un stade de tumeur avancée.

Activité physique ; un rôle clé dans la prévention des cancers

L’impact positif de l’activité physique sur la prévention du cancer sera évidemment considérablement augmenté si elle permet de maintenir un poids santé.

Même si l’épidémie d’obésité observée actuellement est due en grande partie à une trop grande consommation de calories, il n’y a aucun doute que le mode de vie de plus en plus sédentaire participe également à l’augmentation du tour de taille de la population.

L’obésité constitue à elle seule un facteur de risque très important pour le développement de plusieurs cancers et le maintien d’un indice de masse corporelle normal joue un rôle très important dans la prévention de ces cancers.

Donc, autant pour son effet direct sur le développement du cancer que pour son effet indirect sur le poids corporel, l’activité physique régulière joue un rôle clé dans la prévention du cancer.

Marcher 3 à 5h par semaine pour protéger sa santé

En général, on s’accorde pour dire que les individus dont le travail ne requiert que peu de dépenses d’énergie (un travail de bureau, par exemple) devraient faire un minimum d’une heure de marche à chaque jour. D’ailleurs, même si elle est souvent négligée, la marche est une façon simple et économique de profiter des bienfaits de l’activité physique.  Par exemple, une étude réalisée sur la survie des femmes atteintes d’un cancer du sein a montré que les femmes en rémission qui marchaient l’équivalent de 3 à 5 heures par semaine à un rythme modéré avaient 30 % moins de risque de mourir des conséquences de leur cancer que celles qui étaient sédentaires.

Donc, même s’il est probable que des activités plus vigoureuses comme la marche rapide, le jogging ou encore le ski de fond peuvent augmenter encore plus les bénéfices associés à l’exercice, il semble que l’action la plus importante à entreprendre est d’être actif le plus souvent possible, quelque soit l’intensité de l’activité physique réalisée.

Le bénéfice réel d’une activité aussi simple que les tâches ménagères

Il faut aussi garder en tête que certaines activités quotidiennes, comme les tâches ménagères, monter les escaliers ou encore s’occuper d’un enfant peuvent entraîner des dépenses considérables d’énergie et également contribuer à une bonne santé.

Des chercheurs du National Institute of Health américain ont ainsi montré que des personnes âgées (70 à 82 ans) qui étaient actives dans la vie de tous les jours avaient un risque de mort soudaine diminué de 30 % par rapport à celles qui étaient plus sédentaires.

L’activité physique régulière, couplée à une alimentation riche en fruits et légumes et à l’absence de tabagisme représente donc une composante essentielle d’un mode de vie sain qui réduit les risques d’être touché par les deux principales classes de maladies de notre société, soit les maladies cardiovasculaires et le cancer.

A lors, à vos marques, prêts, partez !