Quoi manger pour aider à réduire l’inflammation de l’intestin et du côlon

Dans certains cas, on peut mieux gérer les symptômes et réduire l'inflammation des intestins avec des aliments spécifiques

L’inflammation du côlon et de l’intestin peut être source de douleur et d’inconfort. Dans certains cas, on peut être en mesure de gérer ses symptômes et de réduire l’inflammation en ajoutant des aliments spécifiques à son régime alimentaire. La principale cause d’inflammation de l’intestin et du côlon est la maladie inflammatoire de l’intestin (MII). Les MII sont un terme générique qui recouvre la maladie de Crohn et la colite ulcéreuse. Ces deux maladies provoquent une inflammation de l’intestin. Le même régime ne convient pas à toutes les personnes atteintes d’une MII. Cependant, certains aliments peuvent contribuer à réduire l’inflammation plus que d’autres. Voici quelques suggestions d’aliments qui peuvent aider à réduire l’inflammation dans son intestin ou son côlon.

Pendant une poussée inflammatoire

Il est conseillé aux personnes atteintes de MICI de prendre les mesures suivantes concernant leur alimentation pendant une poussée :

Manger moins de fibres

On doit privilégier les pains blancs et le riz aux céréales complètes. Les aliments contenant moins de 2 grammes de fibres par portion sont les plus appropriés.

Légumes

On doit bien cuisiner ses légumes. Ils peuvent utiliser des légumes frais ou surgelés, notamment :

– les haricots verts
– carottes
– purée de pommes de terre sans peau
– pointes d’asperges
– purée de courge

Fruits

On peut manger des fruits en conserve ou des fruits mous, tels que :

– pommes épluchées
– bananes mûres
– melon
– pastèque
Peler les fruits et les légumes lorsque cela est possible permet de diminuer leur teneur en fibres.

Dans une revue d’études de 2018, les chercheurs ont constaté que suivre des régimes riches en fruits et légumes permet de réduire les biomarqueurs inflammatoires.

Mangez des protéines

On doit s’assurer de manger suffisamment de protéines pendant une poussée.

Les sources de protéines comprennent :

les viandes molles et bien cuites, telles que :
– la volaille
– le saumon ou d’autres poissons
– le bœuf et le porc maigres, sans graisse ajoutée
– les charcuteries à faible teneur en sodium et en matières grasses
– œufs bien cuits
– tofu

Beurres de noix et de graines onctueux, notamment:
– arachide
– amande

– graines de tournesol

Boire des liquides

Lorsque les symptômes s’aggravent, une personne atteinte d’une MII doit s’efforcer de boire 8 tasses de liquide par jour. Cependant, elle doit éviter:

– les boissons caféinées
– les boissons sucrées
– les boissons fabriquées avec des substituts de sucre

Mangez moins de graisses ajoutées

Pour cuisiner, il faut préférer les huiles aux graisses solides. Leur consommation devrait être inférieure à 8 cuillères à soupe par jour. L’utilisation de l’huile d’olive au lieu d’autres huiles ou graisses peut aider à lutter contre l’inflammation. Une étude de 2019 rapporte que l’huile d’olive extra vierge peut aider à réduire le stress oxydatif, l’inflammation et la réponse immunitaire chez les personnes vivant avec une MII.

Aliments post-inflammatoires

Il vaut mieux réintroduire lentement des aliments après une poussée inflammatoire. Pour ce faire, on peut ajouter un ou deux nouveaux aliments tous les quelques jours. Si un aliment commence à provoquer des symptômes, on doit l’éviter.

Les aliments suivants peuvent convenir à une personne qui vient d’avoir une poussée de la maladie de Crohn ou de la colite ulcéreuse :

– les jus dilués
– compote de pommes
– fruits en conserve
– flocons d’avoine
– poulet, dinde ou poisson nature
– œufs cuits
– purée de pommes de terre, riz blanc ou nouilles
– pain blanc ou au levain

Entre les poussées

Si une personne s’est remise d’une poussée d’inflammation intestinale ou colique, elle peut manger les aliments suivants pour aider à maintenir l’inflammation à un faible niveau :

Fibres

On peut commencer à manger des aliments plus riches en fibres lorsque les symptômes gastro-intestinaux se sont améliorés et qu’il est moins probable que cela aggrave les symptômes.
Selon une étude de 2017, éviter les fibres à long terme peut entraîner un risque accru de poussées chez les personnes atteintes de la maladie de Crohn. Par conséquent, on devrait s’assurer de consommer des fibres entre les poussées. Les fibres alimentaires peuvent être sous forme de grains entiers, comme le pain brun ou le riz brun.

Acides gras oméga-3

Les acides gras oméga-3, qui sont présents dans des aliments tels que le saumon, peuvent aider à réduire l’inflammation. Une revue d’études de 2016 indique que, bien que l’utilisation d’acides gras oméga-3 ne soit pas un traitement pour les MICI, ils aident définitivement à atténuer l’inflammation. Cependant, les chercheurs notent qu’il est nécessaire de mener des recherches supplémentaires pour déterminer quelle quantité de ce nutriment constitue une dose efficace.

Les sources courantes d’acides gras oméga-3 sont les suivantes :

– les noix
– certains légumes (ex: graines de Lin)
– sardines
– saumon, hareng, maquereau et autres poissons gras

Aliments naturels

Il est conseillé d’opter pour des aliments qui ont subi un minimum de transformations. Moins un produit contient d’ingrédients, mieux c’est.

Graisses ajoutées

On devrait continuer à privilégier les huiles telles que l’huile d’olive par rapport aux graisses solides, comme le beurre. Cependant, à ce stade, on tolérera probablement mieux les graisses ajoutées.

Mangez des protéines

Entre autres sources, on peut consommer des protéines sous forme de :

– bœuf
– œufs
– volaille
– protéines végétales, comme les produits à base de soja

Buvez suffisamment de liquides

On doit toujours s’assurer de boire suffisamment de liquides tout au long de la journée. Il est conseillé de boire de l’eau plutôt que des jus de fruits, des boissons gazeuses, de l’alcool et des boissons contenant de la caféine, comme le café ou le thé.

Les habitudes alimentaires

La cause exacte de l’inflammation aidera le médecin à déterminer les meilleurs traitements et changements de mode de vie qu’une personne peut adopter pour réduire l’inflammation dans l’intestin.

D’autres changements peuvent être apportés, dont les suivants:

– boire lentement et éviter d’utiliser des pailles
– manger 4 à 6 petits repas par jour
– rester hydraté
– tenir un journal alimentaire pour repérer les aliments susceptibles de provoquer une aggravation des symptômes
– cuisiner les aliments en utilisant des méthodes simples, comme le gril, la vapeur, l’ébullition ou le pochage.

Ce qu’il faut retenir

L’inflammation du côlon et de l’intestin est souvent le résultat d’une MII. Plusieurs aliments peuvent contribuer à réduire l’inflammation de l’intestin pendant, après et entre les poussées. On doit travailler avec un médecin pour déterminer la cause sous-jacente de l’inflammation et chercher un traitement pour aider à prévenir les complications potentielles.

Sources

Barbalho, S. M., et al. (2016). Inflammatory bowel disease: Can omega-3 fatty acids really help?

Brotherton, C. S., et al. (2016). Avoidance of fiber is associated with a greater risk of Crohn’s disease flare in a 6 month period.

Holt, E. M., et al. (2009). Fruit and vegetable consumption and its relation to markers of inflammation and oxidative stress in adolescents.

Hosseini, B., et al. (2018). Effects of fruit and vegetable consumption on inflammatory biomarkers and immune cell populations: A systematic literature review and meta-analysis.

Larussa, T., et al. (2019). Olive tree biophenols in inflammatory bowel disease: When bitter is better.

Levine, A., et al. (2020). Dietary guidance from the International Organization for the Study of Inflammatory Bowel Diseases [Abstract].

Limdi, J. K. (2018). Dietary practices and inflammatory bowel disease.

Liu, J-F., et al. (2013). The effect of almonds on inflammation and oxidative stress in Chinese patients with type 2 diabetes mellitus: A randomized crossover controlled feeding trial [Abstract].

* Presse Santé s' efforce de transmettre la connaissance santé dans un langage accessible à tous. En AUCUN CAS, les informations données ne peuvent remplacer l' avis d'un proffesionel de santé.

Vous aimez nos contenus ?

Recevez chaque jour nos dernières publications gratuitement et directement dans votre boite mail

RECEVOIR LA NEWSLETTER
- Presse Santé -