Manger des légumes à feuilles vertes rajeunit le cerveau de 11 ans

La consommation quotidienne d’environ une portion de végétaux à feuilles vertes est associée à une réduction du vieillissement cérébral correspondant à un gain de 11 années, selon une étude prospective.

Avec l’augmentation de l’espérance de vie et le vieillissement des populations, le maintien des capacités cognitives représente un enjeu sociétal majeur. La diminution des fonctions cognitives survenant avec l’âge, tout comme la survenue de la maladie d’Alzheimer et autres formes de démences ne connaissent pas de réel traitement. Par contre, les données relatives à l’importance de la nutrition dans le cerveau vieillissant se multiplient. C’est à nouveau le cas avec cette étude prospective menée auprès de 960 participants du Memory and Aging Project, âgés de 58 à 99 ans.

Une portion de légumes à feuilles vertes par jour

Les participants ont complété un fréquentiel alimentaire au début de l’étude, puis ont fait l’objet d’au moins deux évaluations des fonctions cognitives au cours de 4,7 ans de suivi en moyenne. Les résultats, publiés dans la revue Neurology, montrent qu’après ajustement pour l’âge, le sexe, l’éducation, la participation à des activités cognitives et physiques, le tabagisme, la consommation de fruits de mer et d’alcool; la consommation de végétaux à feuilles vertes est associée à une réduction significative du déclin cognitif. Les auteurs évaluent qu’une consommation quotidienne de 1,3 portion de végétaux à feuilles vertes est associée à un cerveau qui serait plus jeune de 11 ans.

D’autres principes actifs bénéfiques pour le cerveau

Aux côtés de la quantité de tels légumes ingérée, les chercheurs ont aussi examiné distinctement la relation entre le déclin cognitif et différents nutriments et composés bioactifs, retrouvés notamment dans ces végétaux. Pour trouver que plusieurs d’entre eux présentent aussi une association inverse avec le déclin cognitif. Il s’agit de la phylloquinone, de la lutéine, des folates, de l’alpha-tocophérol, du nitrate et du kaempferol. Le bêta-carotène ne présentait quant à lui pas d’association significative.

Cette étude plaide en faveur d’une place pour ces végétaux, aux côtés d’autres, dans une alimentation saine et diversifiée pour la santé du cerveau.

Source

Morris M.C. et al: Nutrients and bioactives in green leafy vegetables and cognitive declineProspective study. Neurology.2017.