L’Indice de Masse Corporelle (IMC): pas fiable pour évaluer le surpoids et les risques pour la santé après 60 ans

Des personnes de plus de 60 ans avec un indice de masse corporel (IMC) compris entre 25 et 35, c’est-à-dire en surpoids ou obèse selon cette célèbre formule mathématique, peuvent présenter moins de risque pour leur santé que des individus présentant un IMC inférieur à 25. Une étude brésilienne par l’Université Fédérale du Minas Gerais (Universidade Federal de Minas Gerais) renforce la tendance actuelle de ne plus considérer l’IMC comme l’unique méthode fiable pour identifier l’influence du poids sur la santé, dans certains cas il peut même s’avérer contre-productif.

Graisse abdominale plus importante que l’IMC

Une critique récurrente contre l’IMC est la difficulté qu’a cet index à intégrer ou identifier la graisse abdominale, celle-ci joue un rôle néfaste en augmentant le risque cardio-vasculaire. Il peut se créer des faux-positifs. Autrement dit une personne peut avoir une importante graisse abdominale mais présenter une faible musculature au niveau des jambes ou des bras (donc avec moins de poids corporel).  Cette personne peut alors être dans la norme au niveau de son IMC (de 20 à 25) malgré un risque important pour sa santé cardiaque.

Les chercheurs ont examiné les données médicales de 1 606 habitants âgés de plus de 60 ans de la ville de Bambú, municipalité située au sud-est de l’état du Minas Gerais, Brésil.  Ils ont observé un résultat surprenant, les habitants de cette ville qui avaient un IMC compris entre 25 et 35 présentaient un risque de mortalité plus bas que ceux ayant un IMC inférieur à 25.

Ce n’est pas que l’excès de poids est conseillé chez les seniors mais plutôt que dans le groupe de personnes présentant un IMC inférieur à 25 il y avait des patients présentant des sérieux problèmes de santé comme une faible musculature ou de l’ostéoporose. On sait qu’avec l’âge la musculature diminue de volume et perd donc du poids, les os aussi voient leur densité chuter. Il faut savoir que les muscles pèsent plus que la graisse (pour le même volume), de ce fait une importante perte musculaire peut fortement abaisser le poids et donc l’IMC, créant un faux-positif. Un point important aussi, chez les seniors la graisse a naturellement tendance à être plus présente au niveau abdominal.

Un Indice pas toujours fiable avec de fortes limites

D’autres biais statistiques rentrent en ligne de compte chez les seniors avec l’usage de l’IMC comme le tassement des vertèbres. A cet âge il n’est pas rare de voir certaines personnes perdre jusqu’à 5 cm de leur taille, une personne peut donc avoir un poids adapté alors que l’IMC se monte à plus de 25 (si la taille baisse, l’IMC augmente mécaniquement). D’autres études, notamment américaines, ont  émis des critiques ces dernières années sur l’utilisation de l’IMC même chez des personnes âgées de 18 à 65 ans. Dans ces études c’est aussi la masse musculaire qui revient comme principale critique, notamment car les femmes ont moins de masse musculaire et il existe aussi des différences entre ethnies biaisant les résultats.

Un point intéressant relevé par différentes études est que la pratique de sport, peu importe l’âge, réduit la mortalité. Comme l’exercice sportif accroît la masse musculaire, on peut trouver des individus avec un IMC de plus de 25 mais en parfaite forme physique, dans le sens médical du terme (très peu de risque statistique de mourir d’un incident cardiaque par ex.).

Cela dit, l’IMC doit continuer à être utilisé, surtout pour réaliser des comparaisons entre régions ou pays sur l’obésité, c’est le cas pour des études épidémiologiques. L’IMC reste conseillé dans la plupart des cas chez les personnes âgées de 18 à 65 ans. On doit toutefois être conscient de ces limites, surtout chez les sportifs.

D’autres méthodes d’évaluation de l’été de santé

Pour conclure, l’utilisation de l’IMC après 60 ans pour diagnostiquer l’état de santé d’une personne n’est donc plus approprié. Il faut privilégier d’autres méthodes comme la mesure du tour de taille, ce dernier devrait être inférieur à 88 cm chez la femme et 103 cm chez l’homme. Il est aussi possible d’utiliser la formule tour de taille-tour de hanche. En divisant votre tour de taille en cm par votre tour de hanche en cm, un résultat inférieur à 0,85 chez la femme ou inférieur à 0,90 chez l’homme dénote d’un poids adapté.