Les vertus thérapeutiques de l’ail des ours

L’ail des ours en phytothérapie

L’ail des ours, de son nom scientifique Allium ursinum, est une plante herbacée vivace appartenant à la famille des Amaryllidacées. Appelée également ail sauvage ou ail des bois, cette plante à feuille caduque se développe majoritairement dans les sous-bois frais et ombragés. D’une hauteur de 20 à 50 cm, on la reconnaît grâce à ses fleurs blanches étoilées à 6 pétales et à l’odeur caractéristique d’ail qui se dégage de ses feuilles au moindre froissement. L’ail des ours est également connu grâce à ses principes actifs beaucoup plus concentrés que ceux de l’ail commun. En effet, l’ail sauvage est beaucoup plus riche en vitamine C, en adénosine, en allicine ainsi qu’en minéraux et en oligoéléments. Il a également une forte teneur en huile essentielle sulfurée.

Dans quel cas utilisé l’ail des ours ?

Si l’ail des bois est un excellent condiment en cuisine, il est également très apprécié en médecine naturelle. Son importante concentration en principes actifs lui confère plusieurs vertus thérapeutiques. En phytothérapie, il est surtout utilisé pour la régulation de la pression artérielle. Il permet, en effet, de fluidifier le sang tout en réduisant l’apparition des plaques et des caillots sanguins. L’ail des ours joue également un rôle important dans la lutte contre les mauvais cholestérols (LDL). La production de ces derniers peut être stoppée par l’ail sauvage.

L’ail des ours contribue également au confort digestif. Il agit comme un antiseptique au niveau des intestins et permet de soulager les ballonnements et les douleurs d’estomac. Il est également conseillé d’en prendre pour soigner les problèmes de la peau (eczéma, acné, furoncles) et les problèmes d’articulation (rhumatisme, arthrite).

Par ailleurs, on lui reconnaît d’autres propriétés, à savoir :

  • Anti-diarrhéique
  • Antioxydant
  • Antimicrobien et antiviral : grâce à la quantité non-négligeable d’adénosine contenue dans ses feuilles. Il est, d’ailleurs, considéré comme un antibiotique naturel, car il permet de prévenir les infections virales ainsi que celles des voies respiratoires.

Sous quelles formes peut-on l’utiliser ?

S’il est possible de profiter des avantages de l’ail des ours en l’intégrant dans les recettes de cuisine, plusieurs variantes existent en phytothérapie :

  • Tisane ou infusion
  • Teinture mère
  • Gélules
  • Extrait de plante
  • Cataplasme
  • Décoction

Comment profiter des vertus thérapeutiques de l’ail des ours ?

Afin de bénéficier des propriétés bienfaitrices de l’ail sauvage, il est nécessaire d’avoir une consommation modérée et bien dosée. Il convient également de noter que quel que soit le but recherché, consulter l’avis d’un professionnel de santé ou d’un médecin est toujours recommandé.

  • Teinture mère : 20 à 30 gouttes par jour, pur ou dilué dans de l’eau
  • Extrait de plante : 3 à 3,8 ml par jour, dilué dans une boisson
  • Gélules : demander l’avis d’un médecin
  • Cataplasme : faire macérer pendant 10 jours 30 g d’ail écrasé dans 25 cl de vinaigre de vin. À appliquer en friction sur les zones douloureuses en cas de rhumatisme.

Quelles sont les précautions d’emploi ?

La prise d’ail des ours est interdite aux femmes enceintes et allaitantes.