Les surprenants effets positifs et négatifs de votre partenaire sur votre santé

Le choix de votre partenaire peut affecter votre santé de nombreuses façons. Tant positivement que négativement. Tout, de ses habitudes d’exercice et de ses heures de travail à sa personnalité, peut avoir un impact sur votre bien-être. Voici les façons surprenantes dont votre partenaire peut affecter votre santé.

Que vous soyez dans une nouvelle relation ou une relation à long terme, que vous soyez jeune marié ou que vous célébriez vos noces d’or, que vous soyez un couple homosexuel ou de sexe opposé, le temps passé avec votre partenaire peut influencer votre santé. Avoir une relation saine est non seulement gratifiant, mais cela influence aussi considérablement notre santé à long terme. De la même manière que de passer une bonne nuit de sommeil, de manger sainement et de ne pas fumer. Des études ont montré, à maintes reprises, que les personnes qui ont des relations satisfaisantes se sentent plus heureuses, ont moins de problèmes de santé et vivent plus longtemps.

D’un autre côté, le fait d’avoir des relations malsaines ou un manque de liens sociaux est lié à la dépression, au déclin cognitif et à un risque accru de décès prématuré.
Voici quelques-uns des effets bénéfiques et néfastes que votre relation pourrait avoir sur votre bien-être.

Effets positifs d’un partenaire sur la santé

Soulagement de la douleur

On a constaté que le toucher d’un partenaire soulage la douleur chez les femmes. Il est bien connu que les gens synchronisent inconsciemment leurs pas lorsqu’ils marchent ensemble ou reflètent la posture d’un ami pendant une conversation. Lorsque des amants hétérosexuels se touchent alors que la femme souffre, les rythmes cardiaques et les schémas respiratoires des couples se synchronisent et la douleur de la femme se dissipe. Ces découvertes s’ajoutent à un ensemble croissant de preuves sur la « synchronisation interpersonnelle ». Un phénomène dans lequel les gens commencent à refléter physiologiquement ceux avec qui ils passent du temps. Plus le partenaire est empathique et plus l’effet analgésique est fort. Plus la synchronisation entre les deux est élevée lorsqu’ils se touchent

Aider à atteindre des objectifs de santé

Deux têtes valent mieux qu’une lorsqu’il s’agit de prendre des habitudes saines. Si vous voulez échanger de mauvaises habitudes pour de bonnes, vous aurez plus de succès si votre partenaire fait également ces changements. Parmi les femmes qui fument, les chercheurs ont constaté que 50 % d’entre elles réussissaient à arrêter de fumer si leur partenaire abandonnait en même temps. Contre 17 % dont le partenaire était déjà non-fumeur, et seulement 8 % dont le partenaire fumait régulièrement. Les modes de vie malsains sont une cause majeure de décès par maladie chronique dans le monde entier. Les principaux risques liés au mode de vie sont le tabagisme, la surcharge pondérale, l’inactivité physique, une mauvaise alimentation et la consommation d’alcool. Échanger les mauvaises habitudes pour les bonnes peut réduire le risque de maladie, y compris le cancer.

Améliorer la condition physique

Faisant écho à ces conclusions, d’autres études ont révélé que l’amélioration de votre condition physique pouvait également améliorer celle de votre conjoint.
Des couples ont été interrogés sur leur niveau d’activité physique lors de deux visites médicales effectuées à environ 6 ans d’intervalle. Lors de la première visite, si une épouse respectait les directives recommandées en matière d’activité physique, son mari avait 70 % de chances d’atteindre également ces objectifs lors des visites suivantes. À l’inverse, lorsqu’un mari respectait les niveaux d’activité recommandés, sa femme avait 40 % de chances d’atteindre également ces niveaux lors des visites de suivi.

Modification du microbiome

L’échange microbien avec votre partenaire peut se produire simplement en marchant dans la même salle de bains. En effet, les couples qui vivent ensemble influencent le microbiome – c’est-à-dire la communauté de bactéries et d’autres microbes – sur la peau de l’autre. Les points communs entre le microbiome de la peau des couples étaient suffisamment forts pour que les algorithmes informatiques puissent détecter les couples qui cohabitent avec une précision de 86 %. Les régions cutanées les plus similaires entre les partenaires se trouvaient sur les pieds des couples. Vous vous douchez et vous marchez sur le même sol pieds nus. Ce processus sert probablement de forme d’échange microbien avec votre partenaire.

Amélioration de la santé physique et mentale

Les relations engagées à long terme sont bonnes pour la santé physique et psychologique. Ces avantages augmentent même avec le temps. En moyenne, les personnes mariées vivent plus longtemps. Les femmes ont une meilleure santé mentale lorsqu’elles sont dans une relation engagée, tandis que les hommes ont une meilleure santé physique lorsqu’ils sont dans une relation engagée.

Même les tensions dans un couple peuvent être bénéfiques

Les harcèlements persistants de votre partenaire pourraient ralentir la progression du diabète. Chez es hommes qui vivent une union malheureuse, le développement du diabète est plus lent et le traitement est plus efficace une fois qu’il est diagnostiqué. Les chercheurs ont déclaré que les épouses qui régulent continuellement les comportements de santé de leur mari et qui sont considérées comme ennuyeuses et provoquant l’hostilité et la détresse émotionnelle des maris pourraient expliquer cette constatation. L’étude remet en question l’hypothèse traditionnelle selon laquelle une qualité conjugale négative est toujours préjudiciable à la santé. Étonnamment, parfois, harceler, c’est se soucier de la santé de son partenaire.

A l’opposé, le fait d’avoir un conjoint optimiste permet de prédire moins de maladies chroniques et une meilleure mobilité dans le temps. Les personnes heureuses de se marier ont plus de trois fois plus de chances d’être en vie 15 ans après un pontage coronarien que leurs homologues non mariés. Les personnes mariées sont également moins susceptibles d’avoir des problèmes cardiovasculaires que les personnes célibataires, divorcées ou veuves.

Effets néfastes d’un partenaire sur la santé

Faire dérailler votre régime alimentaire

Commencer un régime avec votre partenaire pourrait faire dérailler vos projets de perte de poids. Faire un régime avec votre partenaire peut sembler être une bonne idée, mais des recherches ont montré que chez les couples romantiques, plus l’un des partenaires réussit à restreindre son régime et à manger plus sainement, moins l’autre partenaire a confiance en lui pour contrôler ses portions de nourriture. Lorsque les gens s’efforcent d’atteindre un objectif, le fait d’être proche de quelqu’un qui atteint avec succès le même objectif peut rendre l’autre partenaire moins confiant dans ses propres efforts pour atteindre le but.

Faciliter la prise de poids

Le mariage a été positivement corrélé à la prise de poids chez les couples. Par exemple, les jeunes mariés qui sont satisfaits de leur mariage sont plus susceptibles de prendre du poids dans les premières années du mariage que ceux qui sont insatisfaits. En moyenne, les conjoints qui sont plus satisfaits de leur mariage sont moins susceptibles d’envisager de le quitter. Ils prennent plus de poids avec le temps. En revanche, les couples qui étaient moins satisfaits de leur relation avaient tendance à prendre moins de poids au fil du temps. En moyenne, le mariage fait prendre du poids aux hommes. Et la paternité exacerbe encore le problème.

Augmenter le risque de problèmes de santé

Contrairement aux recherches qui indiquent que votre proche peut réduire le risque de certains problèmes de santé, d’autres études montrent le contraire.
Par exemple, si une personne souffre de diabète de type 2, son partenaire a un risque accru de 26 % de développer également cette maladie. Bien que les conjoints ne soient pas liés biologiquement, ils partagent le même environnement, les mêmes habitudes sociales et les mêmes modes d’alimentation et d’exercice physique. Autant de facteurs qui modifient le risque de développer le diabète de type 2.

Divers problèmes de santé chroniques et à long terme

De plus, la façon dont vous réagissez aux désaccords et vous disputez avec votre partenaire pourrait laisser présager des problèmes de santé plus tard dans la vie. Les accès de rage pendant les disputes conjugales peuvent prédire des problèmes cardiovasculaires. Les conflits surviennent dans chaque mariage, mais les gens les gèrent de différentes manières. Certains d’entre nous explosent de colère, d’autres s’enferment. Notre étude montre que ces différents comportements émotionnels peuvent prédire le développement de différents problèmes de santé à long terme »

Les recherches ont également indiqué que les individus peuvent aggraver involontairement l’insomnie de leur partenaire. En outre, d’autres recherches ont montré que les marqueurs d’inflammation augmentent chez les partenaires fatigués qui se disputent. En outre, chez les personnes âgées, les chercheurs ont appris que plus un individu est frêle, plus il est probable qu’il devienne déprimé.

Même après le décès de son partenaire, son influence demeure

Enfin, il est intéressant de noter que les changements de santé influencés par un partenaire romantique ne s’arrêtent pas nécessairement à la mort de celui-ci. Les qualités de vie des couples sont liées même lorsque l’un des partenaires meurt. Les personnes qui nous sont chères continuent d’influencer notre qualité de vie même lorsqu’elles ne sont plus là. La qualité de vie d’une personne est aussi liée et dépendante de la qualité de vie antérieure de son conjoint décédé qu’elle l’est d’une personne qu’elle peut voir tous les jours.

La recherche souligne bien les multiples facettes de l’influence des relations humaines sur notre santé et notre bien-être.

Source

https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pmc/articles/PMC5468314/

https://jamanetwork.com/journals/jamainternalmedicine/fullarticle/2091401

https://www.jhsph.edu/news/news-releases/2015/improving-your-fitness-could-improve-the-fitness-of-your-spouse.html

https://msystems.asm.org/content/2/4/e00043-17

https://academic.oup.com/psychsocgerontology/article/71/6/1070/2194721

https://journals.plos.org/plosmedicine/article?id=10.1371/journal.pmed.1002090

https://pubmed.ncbi.nlm.nih.gov/25464062/