Les plats estampillés « végétariens » ou « vegan » conduisent à manger plus de viande !

Au restaurant dans le commerce, les flexitariens (des végétariens qui s’autorisent parfois à manger viande ou poisson) optent moins souvent pour un plat végétarien lorsque ces plats sont présentés dans une catégorie végétarienne  ou « vegan »que lorsqu’ils se mêlent aux autres plats.

Manger plus souvent des repas sans viande ou poisson est une tendance que l’on retrouve auprès d’une partie importante de la population, que ce soit pour des aspects nutritionnels et/ou de réduction de l’empreinte écologique de l’alimentation. Mais qu’est-ce qui peut amener ces «flexitariens», bien plus nombreux que les végétariens, à opter plus souvent pour des plats non-végétariens?  Au restaurant, l’architecture de la carte a une influence, comme le montre cette étude de la London School of Economics and Political Science.

Moins  ou plus de plats végétariens commandés en fonction de la présentation

Dans cette recherche, 750 personnes devaient s’imaginer être au restaurant avec un ami et choisir le plat principal d’un menu présenté dans un ordre aléatoire. Ses résultats montrent que:

  • Lorsque les plats végétariens sont regroupés dans une catégorie distincte «végétarien», la proportion de personnes qui mangent habituellement peu fréquemment végétarien (max. 1 repas végétarien au cours de la semaine) et qui choisit un plat végétarien est deux fois plus faible que lorsque les plats sont présentés dans une liste unique.

 

  • Le fait de présenter les plats végétariens avec une mention du type «recommandation du Chef» augmente la proportion de ces personnes qui optent pour un plat végétarien

 

  • Les personnes qui mangent fréquemment végétarien ne sont pas influencés par la modification de l’architecture de la carte

Un effet stigmatisant qui augmente le rejet

En d’autres termes, le fait de regrouper les plats végétariens dans une catégorie réduit le nombre de personnes qui optent pour ces plats, hormis pour les végétariens fréquents.

Ces résultats vont dans le sens que d’autres observations effectuées notamment avec des plats préparés étiquetés ou non «vegan», et qui montrent que le terme vegan, s’il est prisé par les végétaliens et véganes, à l’effet contraire pour la majorité des autres…

Source

The London School of Economics and Political Science :Menus-with-vegetarian-sections-can-lead-customers-to-eat-more-meat

 

À ne pas rater !
Abonnez-vous à la newsletter Presse santé

Recevez chaque semaine et en avant première notre actualité santé : actualités médicales, conseils santé, innovations scientifiques, dossiers complets directement dans votre boite mail !

Adresse e-mail non valide
Essayez c est gratuit. Vous pouvez vous désinscrire à tout moment.