Découvrez comment les myrtilles bloquent l’accumulation de graisse

myrtilles

Les myrtilles sont vraiment des fruits exceptionnels, tant du point de vue de leur goût que de leurs effets positifs sur la santé. En plus de leurs actions bénéfiques sur la santé du cœur, des recherches publiées dans une revue scientifique de prestige suggèrent que ces petits fruits pourraient également contribuer au maintien d’un poids santé.

D’un point de vue physiologique, l’accumulation de graisse dans le tissu adipeux sert à mettre en réserve une grande quantité d’énergie qui peut être ultérieurement utilisée pour le soutien des fonctions vitales lors des périodes de carence alimentaire. Ce mécanisme ingénieux est basé sur la présence des adipocytes, un type de cellules qui possèdent la propriété de pouvoir accumuler de grandes quantités de lipides : un adipocyte peut grossir jusqu’à multiplier sa taille par 50 ! Le nom-

bre de ces adipocytes augmente graduellement pendant l’enfance et l’adolescence pour ensuite se stabiliser et demeurer constant le reste de notre vie, aux environs de30 milliards d’adipocytes par personne. Par contre, même si le nombre d’adipocytes ne varie habituellement plus à l’âge adulte, des études récentes indiquent qu’environ 10 % de ces cellules sont remplacées chaque année.

Bloquer la multiplication des celles graisseuses

La fonction de stockage des adipocytes est adaptée à un environnement où la nourriture est rare et difficile d’accès. Dans nos sociétés modernes, c’est plutôt la situation inverse qui prédomine : nous avons un accès facile et quasi illimité à une grande abondance de nourriture, et ce, sans avoir à déployer de véritables efforts pour pouvoir en profiter. Ces conditions d’abondance favorisent donc la surconsommation de nourriture et l’accumulation excessive de gras.

Lorsque l’excès de gras excède la capacité de stockage des adipocytes, le tissu adipeux forme de nouvelles cellules à partir d’adipocytes immatures, appelés préadipocytes. Cette hyperplasie adipeuse, typiquement observée chez les personnes obèses, peut multiplier par 10 le nombre d’adipocytes et avoir de graves conséquences sur la santé. En effet, les adipocytes ne sont pas que des entrepôts de gras : ces cellules sécrètent également une multitude de facteurs inflammatoires néfastes pour le fonctionnement du corps, menant au développement de diverses pathologies graves comme les maladies du cœur, le diabète de type 2 ainsi que certains types de cancers. Maintenir un poids santé ne consiste donc pas seulement à ne pas surcharger les adipocytes déjà présents dans notre corps, mais, tout aussi important, à éviter de produire de nouvelles cellules adipeuses qui aggraveront ces risques posés par le surpoids sur la santé.

Les myrtilles un délicieux allié minceur

Il va de soi qu’une réduction de l’apport calorique, combinée à une activité physique régulière, demeure la meilleure façon de maintenir un poids santé. Il est cependant intéressant de noter que certains aliments pourraient participer à restreindre l’accumulation de graisse en bloquant spécifiquement la transformation des préadipocytes en adipocytes matures. Par exemple, une étude montre que l’addition de polyphénols de myrtilles à des préadipocytes bloque leur maturation en adipocytes et l’accumulation de graisse qui accompagne cette transformation. Ces résultats sont en accord avec des observations antérieures montrant que des animaux dont l’alimentation contenait des polyphénols de myrtilles avaient une plus faible proportion de graisse au niveau abdominal.

Les myrtilles n’ont vraiment pas fini de nous surprendre !

Source

Moghe S et al. Effect of blueberry polyphenols on 3T3-F442A preadipocyte differentiation. FA- SEBJ.25:583.7Prior

RL et al. Purified blueberry anthocyanins and blueberry juice alter development of obesity in mice fed an obesogenic high-fat diet. J Agric Food Chem; 58 : 3970-3976.

Article précédentRégime : vaincre la sensation de faim
Article suivantL’effet anti-cancer du curcuma démontré
Avatar
Marie Desange est journaliste santé, passionnée tant par les dernières recherches en scientifiques en nutrition, neurosciences et bien être que par les nouvelles approches de santé qui ne sont pas encore passées par le filtre des études scientifiques, mais qui marchent. Ostéopathie, chiropractie, acupuncture, neuro-feedback, méditation, aromathérapie, homéopathie, médecine chinoise ou Indienne (Ayurveda), shiastu, soins énergétiques, techniques corporelles ou thérapies psychologiques, toutes ces disciplines méritent d’être mises en avant pour que les lecteurs puissent être bien informés et faire leur choix sur ce qui peut les aider. De plus, la pratique journalistique lui permet de rencontrer toujours plus d’acteurs de ces nouvelles approches et de sélectionner ceux qui ont une particularité et une réelle maîtrise de ce qu’ils proposent. Les soins complémentaires et les nouvelles approches de santé doivent être rigoureux et sans danger pour les personnes qui se tournent vers elles. Avec le temps et l’expérience, Marie sait sélectionner ce qui peut apporter, selon les cas, de vrais bénéfices pour le mieux être des personnes qui le recherchent. ` Journaliste pour le journal on-line pressesante.com, Marie a encore plein de supers sujets sous le coude à vous proposer, que vous ne lirez pas ailleurs.