Les multiples bienfaits du thé blanc

thé blanc

Obtenu après un traitement assez particulier des feuilles du théier, le thé blanc est une plante médicinale très appréciée en phytothérapie. Appelé aussi Yin Zhen, ce type de thé provient de la plante que l’on appelle Camellia sinensis, un arbre originaire d’Asie. De toutes les variétés de thé qui existe, le thé blanc est sans aucun doute le plus riche en antioxydants. Il est d’ailleurs le moins transformé de tous les types de thé. Comme principes actifs, le thé blanc contient un taux élevé de polyphénols, de théine, d’acide gallique et de catéchines. Ces derniers sont connus pour leurs actions qui inhibent les effets des radicaux libres.

Dans quel cas est-il conseillé ?

En phytothérapie, l’usage usuel du thé blanc est très varié. Effectivement, il est utilisé pour :

  • Prévenir la maladie coronarienne, le diabète et certains types de cancers. Ces propriétés, le thé blanc les doit à sa richesse en antioxydants qui lutte contre les dommages causés par les radicaux libres.
  • Améliorer la santé bucco-dentaire. Le thé blanc est riche en tanins et en polyphénols. Ces composés sont particulièrement efficaces pour prévenir la formation de plaques au niveau des dents. Ce qui stoppe la prolifération et le développement des bactéries dans la bouche. Ils permettent aussi de prévenir les caries dentaires.
  • Brûler l’excès de graisse. Sa forte teneur en catéchines fait de cette plante médicinale un excellent allié pour brûler les graisses et booster le métabolisme.
  • Favoriser la fertilité masculine. Les antioxydants contenus dans cette plante agissent en protégeant les testicules des effets du stress oxydatif, ce qui améliore la qualité du sperme.
  • Réduire le taux de mauvais cholestérol et renforcer la santé cardiaque.
  • Faire baisser la fièvre.
  • Calmer la rougeole.

De par ses 29 principes actifs, la principale propriété du thé blanc est qu’il est antimutagène. Cela signifie qu’il peut agir en bloquant les mutations à l’origine de certains cancers.

Sous quelle forme peut-on l’utiliser en phytothérapie ?

En phytothérapie, ce sont surtout les feuilles de thé blanc que l’on utilise. Provenant du camélia chinois, cette variété de thé est celle qui ne subit pas le plus de transformation. En effet, le séchage des feuilles se fait tout simplement au soleil. Toutefois, il faut utiliser les jeunes feuilles et quelques fois les bourgeons pour avoir du thé blanc riche en principe actif. Le produit obtenu s’utilise ensuite en infusion et en tisane.

De quelle manière l’utiliser et à quelle quantité ?

Afin de profiter de toutes les propriétés thérapeutiques de ce thé, il est conseillé de le prendre en infusion. Pour ce qui est de la posologie, il suffit de respecter les dosages indiqués par chaque fabricant. Quoi qu’il en soit, il est toujours conseiller d’utiliser de l’eau pure. Assurez-vous également de ne porter l’eau qu’une seule fois à ébullition. Et pour ne pas perdre les principes actifs du thé, attendez que l’eau passe à 70 ou 80°. Le temps d’infusion ne doit pas dépasser les 5 minutes.

Quelles précautions prendre par rapport à la prise de thé blanc ?

Les femmes enceintes et celles qui allaitent doivent faire attention par rapport aux polyphénols contenus dans le thé blanc. En effet, ils agissent en empêchant l’absorption correcte du fer par l’organisme. Durant les repas, ce type de thé est aussi contre-indiqué aux personnes anémiées.