Nutrition

Les choix alimentaires qui préviennent ou aggravent le risque de cancer

De nombreux facteurs peuvent contribuer à la prévention ou au développement de maladies chroniques, dont certains types de cancer.

De nombreux facteurs peuvent contribuer au développement de maladies chroniques, dont certains types de cancer. Le lien entre l’alimentation et le risque de cancer est complexe. Cependant, certaines habitudes alimentaires et certains choix d’aliments sont associés à un risque accru de cancer. Cet article explique comment l’alimentation peut influencer le risque de cancer.

Les chercheurs ont prédit que le cancer deviendra la principale cause de décès dans tous les pays du monde d’ici la fin du siècle, faisant de la prévention du cancer une priorité absolue dans le domaine de la santé. Bien que de nombreux facteurs puissent influencer le risque de développer un cancer, la recherche montre que les causes environnementales, y compris les choix alimentaires, peuvent également affecter le risque de cancer. Au début des années 1960, des chercheurs ont découvert que les taux de cancer variaient d’un pays à l’autre et ont identifié que des habitudes alimentaires spécifiques étaient en corrélation avec certains types de cancer.

Ils ont également découvert que les taux de cancer chez les personnes originaires de pays où le risque de cancer est faible et qui ont migré vers des pays où le risque de cancer est plus élevé correspondaient ou dépassaient les taux de cancer du pays où elles avaient migré. Cela suggère que l’alimentation et le mode de vie ont une forte incidence sur le développement du cancer. Depuis lors, les chercheurs ont identifié les aliments et les habitudes alimentaires spécifiques susceptibles d’augmenter le risque de certains cancers.

Cet article se concentrera principalement sur les aliments, mais il est important de rappeler que la consommation d’alcool est également un facteur de risque alimentaire connu pour le développement du cancer.

Aliments et régimes alimentaires liés au risque de cancer

La recherche sur l’alimentation et le risque de cancer est en cours, et les chercheurs ont encore beaucoup à apprendre sur la façon dont les choix alimentaires influent sur le risque de cancer et sur les raisons de cette influence.

Viandes rouges et transformées

Les scientifiques savent qu’il existe un lien étroit entre la consommation de viande transformée et certains types de cancer. En 2015, le Centre international de recherche sur le cancer (CIRC), qui fait partie de l’Organisation mondiale de la santé (OMS), a classé la viande transformée comme cancérigène et la viande rouge non transformée comme « probablement » cancérigène.

Une revue de 2018 a constaté que l’augmentation de la consommation de viande transformée jusqu’à environ 60 grammes (g) par jour et de viande rouge jusqu’à 150 g par jour augmentait le risque de cancer colorectal d’environ 20 %. Les régimes riches en viande transformée et en viande rouge sont également associés à un risque accru d’autres cancers, notamment le cancer de l’estomac et le cancer du sein. Les composés créés pendant les processus de cuisson et de fumage à haute température peuvent causer des dommages cellulaires, ce qui peut initier le développement de cellules cancéreuses. Le fer hémique présent dans les viandes rouges et transformées peut également avoir un effet toxique sur les cellules.

Les aliments ultra-transformés

Les aliments ultra-transformés contiennent souvent des ingrédients issus de la transformation industrielle, tels que des isolats de protéines, des huiles hydrogénées, du sirop de maïs à haute teneur en fructose, des exhausteurs de goût, des édulcorants artificiels et des épaississants. Parmi les exemples d’aliments et de boissons ultra-transformés, citons les snacks sucrés et salés ultra-transformés, les sodas et les boissons énergisantes, les céréales pour petit-déjeuner, les produits carnés reconstitués, les pizzas surgelées, les bonbons, etc. Selon les experts de la santé, les régimes alimentaires riches en aliments ultra-transformés, y compris les régimes occidentaux, augmentent considérablement le risque de certains cancers.

Une étude de 2018 qui comprenait des données sur près de 105 000 personnes a révélé que l’augmentation de la proportion alimentaire d’aliments ultra-transformés de 10% avait des associations avec un risque accru significatif de 12% de cancer global et une augmentation de 11% des chances de développer un cancer du sein. Les aliments ultra-transformés sont riches en graisses saturées, en sucre ajouté et en sel, mais pauvres en nutriments protecteurs, tels que les fibres, les vitamines et les minéraux. Les aliments ultra-transformés contiennent également des composés potentiellement cancérigènes formés lors de la transformation, tels que les amines hétérocycliques et les hydrocarbures aromatiques polycycliques.

Certains additifs alimentaires et la contamination par des produits chimiques provenant des emballages alimentaires peuvent également contribuer à l’augmentation du risque de cancer associé à la consommation d’aliments ultra-transformés. Outre le cancer, la consommation d’aliments ultra-transformés est liée à de nombreuses autres maladies chroniques, notamment le diabète de type 2 et les maladies cardiaques, ainsi qu’à un risque accru de décès, toutes causes confondues. Il est important d’essayer de limiter autant que possible la consommation de produits ultra-transformés pour réduire le risque de développer ces affections.

Régimes riches en sel

Un régime riche en sel ajouté peut augmenter le risque de certains cancers, notamment le cancer de l’estomac. Les scientifiques ont suggéré qu’une consommation élevée de sel peut augmenter le risque d’infection causée par la bactérie Helicobacter pylori. Les infections à H. pylori augmentent significativement le risque de cancer de l’estomac.
De plus, la consommation d’aliments à forte teneur en sel peut entraîner la production de composés N-nitroso (CNO). Le CIRC a classé plusieurs de ces composés comme étant « probablement » cancérigènes pour l’homme. Les régimes riches en sel ajouté sont associés à un risque accru de certains cancers, notamment le cancer de l’estomacT et le cancer de l’œsophage.

Boissons brûlantes

La consommation de boissons brûlantes peut augmenter le risque de cancer. Le CIRC a classé les boissons dont la température est supérieure à 65°C comme « probablement » cancérigènes pour l’homme. Une revue de 2015 de 39 études a révélé que la consommation de boissons chaudes a des associations avec un risque significativement accru de cancer de l’œsophage. L’étude a révélé que les personnes qui buvaient habituellement des boissons très chaudes ou chaudes étaient presque deux fois plus susceptibles de développer un cancer de l’œsophage que celles qui consommaient habituellement des boissons tièdes ou froides. Des blessures récurrentes liées à la températureLa des cellules de l’œsophage peut conduire au développement de lésions précancéreuses et cancéreuses.

Autres facteurs de risque alimentaires possibles

Le CIRC a identifié plusieurs autres facteurs alimentaires susceptibles de favoriser la progression du cancer. Par exemple, suivre un régime à forte charge glycémique peut augmenter le risque de cancer de l’endomètre. Les régimes à charge glycémique élevée ont un effet négatif sur la glycémie et peuvent entraîner des taux d’insuline chroniquement élevés et une résistance à l’insuline. Cela peut avoir un effet négatif sur les niveaux d’hormones et entraîner un risque accru de développer un cancer de l’endomètre. Les régimes à charge glycémique élevée sont généralement riches en sucres ajoutés et en glucides raffinés, comme le pain blanc et le riz blanc.

L’aflatoxine est un composé produit par un champignon qui se développe dans les aliments, tels que les noix, les céréales et les fruits secs, stockés dans des conditions chaudes et humides. Le CIRC considère l’aflatoxine comme cancérigène. L’exposition à long terme aux aflatoxines est liée à un risque accru de cancer de la vésicule biliaireT et de cancer du foie. Les scientifiques considèrent l’exposition à l’aflatoxine comme un facteur de risque important de cancer du foie dans les pays à faible revenu, en particulier chez les personnes atteintes d’une hépatite active, qui affecte le foie.

Réduire le risque de maladie chronique par l’alimentation

Avant d’examiner les aliments et les habitudes alimentaires susceptibles de protéger contre le développement du cancer, il est essentiel de comprendre que l’exercice d’activités que les scientifiques considèrent comme des facteurs de risque de cancer importants, comme le tabagisme ou la consommation excessive d’alcool, peut contrecarrer les effets protecteurs potentiels de l’alimentation. Pour réduire le risque de cancer, il est essentiel d’éviter de fumer, de réduire la consommation d’alcool, de gérer son poids corporel et d’être actif.

Les chercheurs ont découvert que, tout comme certains modèles alimentaires peuvent augmenter le risque de cancer, les choix nutritionnels peuvent également avoir un effet protecteur contre le cancer. Par exemple, le régime méditerranéen, qui est riche en fibres, en antioxydants et en composés anti-inflammatoires, et pauvre en viande rouge et transformée et en aliments ultra-transformés, est associé à un effet protecteur global contre le cancer et les décès liés au cancer.

Des études ont montré que les régimes riches en fruits, légumes et autres aliments végétaux riches en fibres offrent une protection contre le développement du cancer. Cela est dû au fait que ces aliments contiennent des composés qui aident à protéger contre les dommages cellulaires. La consommation d’une alimentation variée qui fournit des quantités optimales de fibres, de vitamines, de minéraux et de composés végétaux bénéfiques est essentielle pour la santé globale et la réduction du risque de cancer.

Outre une alimentation riche en aliments d’origine végétale, la réduction de la consommation de viandes rouges et transformées, d’aliments ultra-transformés, de sucres ajoutés et de sel peut contribuer à réduire le risque de certains cancers et de nombreuses autres maladies chroniques.

Bien que de nombreux facteurs puissent influencer le risque de développer un cancer, y compris des facteurs incontrôlables, la recherche montre que certains modes d’alimentation et certains aliments spécifiques peuvent augmenter le risque de développer certains cancers. Les preuves suggèrent que les aliments ultra-transformés, les produits carnés transformés, les régimes riches en sel ajouté et la consommation de boissons brûlantes peuvent augmenter le risque de développer un cancer.

Le fait de réduire considérablement ou d’éviter ces aliments et d’adapter les habitudes alimentaires améliorera probablement l’état de santé général. Cela pourrait également contribuer à réduire le risque de développer certains cancers.

Sources

Diet, nutrition, and cancer risk: what do we know and what is the way forward?

Cancer of the gastrointestinal tract among Japanese and white immigrants in Los Angeles County

Carcinogenicity of consumption of red and processed meat

Food groups and risk of colorectal cancer

Consumption of ultra-processed foods and cancer risk: results from NutriNet-Santé prospective cohort

N-nitroso compounds and human cancer: where do we stand?

Consumption of hot beverages and foods and the risk of esophageal cancer: a meta-analysis of observational studies

Cancer and Mediterranean Diet: A Review

 

Articles similaires