Les bienfaits insoupçonnés de l’avocat pour la santé

avocat

En plus de son contenu élevé en gras monoinsaturés bénéfiques pour la santé cardiaque, l’avocat contient également une foule de molécules au potentiel anticancéreux. Coup d’œil sur ce fruit délicieux qui gagne à être mieux connu…

Originaire d’Amérique centrale, où il était déjà cultivé il y a plus de 7 000 ans, l’avocat était appelé « testicule » (ahuacatl) par les Aztèques, probablement en référence à sa ressemblance avec la forme de cet organe.

À la suite de sa découverte par le conquistador Hernan Cortès lors de la conquête de Tenochtitlan (Mexico) en 1521, l’avocat (appelé aguacate par les Espagnols) fut introduit en Europe au XVIe siècle, où il devint un aliment de luxe, réservé à l’aristocratie et aux riches bourgeois. Heureusement pour nous, l’avocat est maintenant cultivé à grande échelle dans plusieurs pays du monde, ce qui permettant un accès facile à ce fruit.

L’avocat peut rester plusieurs mois sur l’arbre et ne mûrit que 6 à 8 jours après la cueillette. Au marché, un avocat ferme est donc un signe de fraîcheur.

Après l’achat, on peut accélérer son mûrissement en l’entourant d’autres fruits – les bananes, par exemple –, qui produisent de l’éthylène, un gaz essentiel à la maturation des fruits.

Les avocats sont pleins de  « bon » gras

Une des principales caractéristiques de l’avocat est son contenu très important en matières grasses. D’ailleurs, on soupçonne que le régime alimentaire très pauvre en matières grasses des Aztèques a joué un rôle déterminant dans leur effort pour cultiver l’avocatier et ainsi obtenir une précieuse source de gras essentiels.

Les gras associés à l’avocat sont principalement monoinsaturés, comme ceux qu’on retrouve dans l’huile d’olive. Ces gras exercent des effets très positifs sur la santé en augmentant les niveaux de cholestérol-HDL (le bon cholestérol) et en diminuant ceux du cholestérol-LDL (le mauvais), deux actions qui réduisent considérablement le risque de maladies cardiovasculaires.

Même si les bienfaits des gras monoinsaturés sur ces paramètres ont été jusqu’à présent surtout documentés pour l’huile d’olive, certaines études ont montré que l’addition d’avocats au régime alimentaire provoque des effets similaires1. Il ne faut donc pas avoir peur de manger des avocats sous prétexte que ces fruits sont très gras : au contraire, il s’agit d’une de leurs principales qualités !

Des centaines de molécules qui préviennent le cancer

En plus de son contenu élevé en bons gras, une publication scientifique récente démontre que la chair de l’avocat contient également plusieurs centaines de molécules phytochimiques qui pourraient jouer un rôle dans la prévention du cancer. En plus de certaines molécules très répandues dans le monde végétal comme les flavonoïdes (quercétine, lutéoline, apigénine, etc.) ou encore les coumarines (scopolétine), les avocats ont la particularité de contenir des alkanols, une classe de molécules solubles dans les graisses qui montre une grande activité inhibitrice sur les cellules cancéreuses.

Par exemple, plusieurs études ont montré que des extraits d’avocat contenant certaines de ces molécules (persine, isopersine, persenone) arrêtaient la croissance de cellules cancéreuses provenant de plusieurs types différents de cancer, incluant ceux de la bouche, du sein, de la prostate et du poumon.

En Guacamole ou en accompagnement, tout est bon

Cet effet inhibiteur semble dû à la propriété des molécules extraites de l’avocat de bloquer la division des cellules cancéreuses, de même qu’à leur capacité à provoquer la mort de ces cellules par le processus d’apoptose. Même si des recherches plus approfondies sont nécessaires pour mieux comprendre les mécanismes responsables des effets anticancéreux de ces composés phytochimiques de l’avocat, il ne fait aucun doute que leur présence dans l’avocat pourrait avoir des impacts extrêmement positifs pour la prévention du cancer. Que ce soit nature, en guacamole ou encore en combinaison avec différentes viandes ou fruits de mer, l’addition des avocats au régime alimentaire constitue une façon simple de profiter autant du goût délicieux que des propriétés préventives de ces fruits.

Source

Lopez Ledesma et al. Monounsaturated fatty acid (avocado) rich diet for mild hypercholesterolemia. Arch. Med. Res.; 27 : 519-523.

Ding et al. Chemopreventive characteristics of avocado fruit. Sem. Cancer Biol; 17 : 386-394.

Lire aussi :

L’ activité physique fait aussi bien que les médicaments
Manger seul fait prendre du poids
Le régime à index glycémique bas, pour une alimentation saine

Marie Desange est journaliste santé, passionnée tant par les dernières recherches en scientifiques en nutrition, neurosciences et bien être que par les nouvelles approches de santé qui ne sont pas encore passées par le filtre des études scientifiques, mais qui marchent.Ostéopathie, chiropractie, acupuncture, neuro-feedback, méditation, aromathérapie, homéopathie, médecine chinoise ou Indienne (Ayurveda), shiastu, soins énergétiques, techniques corporelles ou thérapies psychologiques, toutes ces disciplines méritent d’être mises en avant pour que les lecteurs puissent être bien informés et faire leur choix sur ce qui peut les aider.De plus, la pratique journalistique lui permet de rencontrer toujours plus d’acteurs de ces nouvelles approches et de sélectionner ceux qui ont une particularité et une réelle maîtrise de ce qu’ils proposent. Les soins complémentaires et les nouvelles approches de santé doivent être rigoureux et sans danger pour les personnes qui se tournent vers elles. Avec le temps et l’expérience, Marie sait sélectionner ce qui peut apporter, selon les cas, de vrais bénéfices pour le mieux être des personnes qui le recherchent. `Journaliste pour le journal on-line pressesante.com, Marie a encore plein de supers sujets sous le coude à vous proposer, que vous ne lirez pas ailleurs.