Les antidépresseurs font grossir

La prise d’antidépresseurs Inhibiteurs Sélectifs de la Recapture de Sérotonine (ISRS) favorise la prise de poids chez les individus ayant ont une alimentation occidentale, sédentaires et fumeurs.

Publiée dans le British Medical Journal, cette étude a inclus 2.300 adultes qui ont été suivis durant plus de 4 ans. Les données concernant les habitudes alimentaires, l’hygiène de vie, le poids ainsi que les traitements prescrits ont été renseignés.

Parmi cette population, 188 sujets (8,1%) avaient 1 à 2 prescriptions annuelles d’antidépresseurs et 212 (9,1%) plus de 2 prescriptions. Les ISRS étaient les plus prescrits puisque 225 personnes (56,3%) ont reçu ce type de molécules. Les autres psychotropes étaient représentés par les antidépresseurs tricycliques (ATC) ou d’autres molécules.

Antidépresseurs et alimentation occidentale: prise de poids assurée

Dans cette étude les habitudes nutritionnelles ont également été analysées à l’aide d’un questionnaire alimentaire. Les sujets ne prenant pas d’antidépresseur avaient une alimentation plus saine que ceux ayant plus de 2 prescriptions annuelles d’Inhibiteurs Sélectifs de la Recapture de Sérotonine.

Ces derniers avaient ainsi un régime alimentaire se rapprochant plus d’une alimentation occidentale (consommation élevée de viande transformée, de snacks et fast-foods avec peu de fruits et légumes). Les apports énergétiques étaient également plus élevés, passant de 2050 à 2200 kcal/j.

Une bonne hygiène de vie réduit les risques

L’analyse par sous-groupe indique que les patients ayant eu 2 prescriptions annuelles d’ISRS associées à:

– un régime occidental ont pris 0,840 kg de plus que ceux n’ayant pas eu d’antidépresseur,

– un mode de vie sédentaire ont pris 1,01 kg de plus que ceux sans traitement,

– la consommation de tabac ont pris 0,660 kg de plus que ceux sans ISRS.

Au regard de ces résultats, il conviendrait d’assurer la prise en charge de la dépression par un suivi psychologique adapté et, si nécessaire, un traitement médicamenteux qui devrait également s’accompagner de recommandations hygiéno-diététiques (conseils nutritionnels, activité physique et réduction du tabagisme).

Source

Shi Z, SSRI antidepressant use potentiates weight gain in the context of unhealthy lifestyles: results from a 4-year Australian follow-up study BMJ 7:e016224