Les 7 signes du cancer colorectal qui doivent vous alerter

Quel que soit votre âge, les symptômes suivants doivent vous inciter à consulter un médecin pour détecter un cancer colorectal

Les symptômes du cancer du côlon et du cancer du rectum ne sont pas toujours faciles à reconnaître, ce qui fait perdre des occasions de diagnostic précoce. D’une part, de nombreuses personnes atteintes d’un cancer du côlon ou du rectum (connu sous le nom de cancer colorectal) ne ressentent aucun symptôme jusqu’à ce que la maladie ait atteint un stade plus avancé, où elle est plus difficile à traiter. C’est pourquoi les tests de dépistage chez les personnes apparemment non touchées sont d’une importance capitale.

Le dépistage précoce: un atout majeur

La baisse du nombre de décès dus au cancer colorectal au cours des dernières décennies est due en partie à l’intensification des efforts de dépistage qui permettent d’identifier les cancers asymptomatiques. Les tests de dépistage peuvent également identifier des excroissances anormales appelées polypes colorectaux, dont certains peuvent être précancéreux. Lorsque les médecins retirent les polypes potentiellement dangereux, ils arrêtent le cancer avant qu’il ne se déclare. Une autre complication du diagnostic du cancer du côlon et du cancer du rectum est que, même en présence de symptômes, les personnes atteintes de cancer et les médecins peuvent tous deux incriminer d’autres affections courantes, comme les hémorroïdes ou le syndrome du côlon irritable.

De plus, de nombreuses personnes plus jeunes pensent que le cancer colorectal ne touche que les personnes âgées, et sont donc susceptibles d’ignorer les symptômes. Cependant, si la grande majorité des cancers colorectaux sont encore observés chez les personnes âgées, les taux chez les hommes et les femmes de moins de 50 ans sont en forte augmentation.

7 symptômes et signes du cancer du côlon et du rectum

Quel que soit votre âge, les symptômes suivants doivent vous inciter à consulter un médecin :

  1. Un changement dans les habitudes intestinales comme la diarrhée, la constipation ou le rétrécissement des selles (fèces) qui dure plus de quelques jours.
  2. Une sensation de besoin d’aller à la selle qui n’est pas soulagée par la défécation.
  3. Saignement rectal avec du sang rouge vif
  4. Présence de sang dans les selles, qui peut leur donner un aspect sombre.
  5. Crampes ou douleurs abdominales (ventre)
  6. Faiblesse et fatigue
  7. Perte de poids involontaire

Bien que les personnes atteintes d’un cancer colorectal puissent ne pas présenter de saignements rectaux ou de sang dans les selles, ce sont, pour beaucoup, les signes les plus identifiables de la maladie.

Ces symptômes surviennent lorsque le cancer se répand dans le tube digestif. Cela peut se produire très lentement, au fil des années, et il se peut donc que la présence de sang dans les selles ne soit même pas perceptible. Au fil du temps, cette perte continue de sang peut entraîner une diminution du nombre de globules rouges, une affection appelée anémie. Les analyses de sang qui diagnostiquent l’anémie peuvent être la première étape du processus de diagnostic du cancer du côlon ou du rectum.

Discuter des symptômes avec votre médecin

Une fois que vous aurez décrit les symptômes à votre médecin, il vous fera probablement passer un examen médical pour en déterminer la cause. Le médecin vous interrogera probablement sur vos antécédents médicaux et vous demandera si des membres de votre famille ont un cancer colorectal, en particulier vos parents, vos frères et sœurs ou vos enfants. La plupart des personnes qui développent un cancer colorectal n’ont pas d’antécédents familiaux de la maladie, mais 1 sur 5 en a.

Les principaux facteurs de risques du cancer colorectal

Dans de rares cas, des mutations génétiques transmises par les familles, comme le syndrome de Lynch, peuvent rendre une personne extrêmement vulnérable au cancer colorectal. Votre médecin voudra savoir si vous avez d’autres problèmes de santé, en particulier ceux concernant le côlon et le rectum, qui peuvent augmenter le risque de cancer colorectal. Il peut s’agir d’antécédents de cancer colorectal ou de polypes précancéreux ou d’une maladie intestinale inflammatoire comme la maladie de Crohn ou la colite ulcéreuse. Il existe également une association entre le diabète de type 2 et le cancer colorectal. Parmi les autres facteurs de risque figurent l’obésité ou l’excès de poids, un faible niveau d’activité physique, une forte consommation d’alcool et le tabagisme.

Quels examens pour en avoir le coeur net?

Un examen physique et des analyses sanguines font partie du bilan de santé. Une fois que le médecin a pris connaissance de vos antécédents médicaux, l’étape suivante peut consister en un examen physique de votre corps qui comprend une pression délicate sur votre abdomen pour détecter des masses ou des organes hypertrophiés. Le médecin peut également examiner votre rectum en y plaçant un doigt ganté et lubrifié pour détecter toute anomalie. Le médecin peut demander des analyses de sang pour rechercher des changements indiquant la présence d’un cancer colorectal.

Il s’agit non seulement d’un test pour voir si vous êtes anémique, mais aussi de tests mesurant les enzymes hépatiques et des substances appelées marqueurs tumoraux. Si vous n’avez pas constaté de saignement rectal ou de sang dans les selles, le médecin peut vous conseiller de passer un test permettant d’identifier le sang caché. Ces tests, qui comprennent un test de sang dans les selles et un test immunochimique fécal, consistent à recueillir un ou plusieurs échantillons de selles à domicile, à les emballer dans un récipient spécial et à les renvoyer au cabinet du médecin ou à un laboratoire médical.

Votre médecin peut vous suggérer une coloscopie

Vous pouvez également quitter le cabinet médical avec une prescription pour une coloscopie de diagnostic. Au cours de cette procédure, un gastro-entérologue examine l’intérieur du côlon et du rectum à l’aide d’un dispositif inséré par l’anus : un tube lumineux long, fin et flexible, muni d’une minuscule caméra vidéo à son extrémité. Si l’examen révèle des excroissances suspectes, le gastroentérologue peut prélever des tissus pour une biopsie afin de déterminer si des cellules cancéreuses sont présentes ou non. La nuit précédant une coloscopie, les personnes qui subissent l’examen doivent nettoyer le côlon et le rectum. Cette procédure implique de boire une solution laxative puissante. Les personnes qui subissent une coloscopie sont généralement sous sédatif pendant la procédure.

Vous aimez nos contenus ?

Recevez chaque jour nos dernières publications gratuitement et directement dans votre boite mail

RECEVOIR LA NEWSLETTER
- Presse Santé -