Avez-vous besoin de contacter la rédaction ? Envoyez vos e-mails à [email protected] ou sur notre formulaire.
Le saviez vous ?

Les 5 signes cardinaux de l’inflammation

Nous explorons ici les deux types d'inflammation, aiguë et chronique, ainsi que les cinq signes caractéristiques. Nous discuterons également des autres signes et complications de l'inflammation, ainsi que des traitements pour l'inflammation aiguë et chronique.

La douleur, la chaleur, la rougeur, le gonflement et la perte de fonction sont les cinq signes cardinaux de l’inflammation. L’inflammation est une réaction de défense de l’organisme contre les infections et les blessures. Cependant, certaines personnes peuvent présenter une inflammation sans symptômes apparents. Nous explorons ici les deux types d’inflammation, aiguë et chronique, ainsi que les cinq signes caractéristiques. Nous discuterons également des autres signes et complications de l’inflammation, ainsi que des traitements pour l’inflammation aiguë et chronique.

Types d’inflammation

L’inflammation peut se produire à court terme, c’est ce qu’on appelle l’inflammation aiguë, ou être une réponse à long terme, c’est ce qu’on appelle l’inflammation chronique.

Inflammation aiguë

L’inflammation aiguë est une fonction normale et nécessaire qui aide l’organisme à attaquer les bactéries et autres substances étrangères. Une fois que le corps a guéri, l’inflammation diminue.

L’inflammation aiguë peut provoquer une sensation de chaleur ou de chaleur dans la zone affectée. Par exemple, une partie blessée de votre corps peut sembler chaude au toucher. Parfois, la chaleur est causée par de la fièvre.

Voici quelques exemples de conditions courantes qui peuvent provoquer une inflammation aiguë :

  • Bronchite aiguë (inflammation des voies respiratoires qui transportent l’air vers les poumons)
  • Une partie du corps infectée (par exemple, un ongle incarné)
  • Un mal de gorge lié à la grippe ou à une autre infection virale
  • Dermatite (qui comprend des affections cutanées telles que la dermatite de contact, comme celle causée par le sumac vénéneux ou le nickel)
  • Traumatisme physique
  • Sinusite (qui peut provoquer une inflammation à court terme des membranes du nez et des sinus environnants, généralement due à une infection virale)
  • Coupures et égratignures de la peau

Inflammation chronique

L’inflammation chronique peut continuer à attaquer des zones saines si elle ne se « désactive » pas. Elle peut ne pas être aussi visible que l’inflammation aiguë.

Voici quelques exemples de conditions inflammatoires chroniques :

  • Arthrite inflammatoire (un groupe de conditions caractérisées par une inflammation des articulations et des tissus, y compris la polyarthrite rhumatoïde, le lupus et l’arthrite psoriasique)
  • Asthme (qui provoque une inflammation des voies respiratoires qui transportent l’oxygène vers les poumons. L’inflammation rend ces voies respiratoires étroites et rend la respiration difficile)
  • Parodontite (qui provoque une inflammation des gencives et d’autres structures de soutien des dents. Elle est causée par des bactéries déclenchées par une inflammation locale)
  • Maladies inflammatoires de l’intestin (MICI) (comme la maladie de Crohn et la colite ulcéreuse, qui causent des signes d’inflammation dans le tractus gastro-intestinal)
  • Eczéma (inflammation cutanée chronique qui provoque des éruptions rouges, prurigineuses et enflammées dans les zones où la peau fléchit, comme à l’intérieur des coudes et derrière les genoux)

Les trois catégories d’inflammation

Les trois catégories d’inflammation décrivent combien de temps elle dure :

  • L’inflammation aiguë dure quelques heures à quelques jours.
  • L’inflammation subaiguë dure quelques jours à quelques semaines.
  • L’inflammation chronique peut durer des semaines, des mois, voire des années.

Les cinq signes de l’inflammation

Les cinq signes cardinaux de l’inflammation peuvent affecter différentes parties du corps. Certains signes se chevauchent entre les systèmes corporels.

Douleur

Avec l’inflammation aiguë et chronique, les produits chimiques inflammatoires peuvent stimuler les terminaisons nerveuses, ce qui rend les zones affectées plus sensibles.

L’inflammation peut provoquer des douleurs dans les articulations et les muscles. Lorsque l’inflammation est chronique, une personne peut présenter une sensibilité élevée à la douleur et des raideurs. Les zones enflammées peuvent être sensibles au toucher.

Chaleur

Lorsque les parties enflammées du corps se sentent chaudes, c’est parce qu’il y a plus d’afflux sanguin vers ces zones. Les personnes atteintes de maladies arthritiques peuvent avoir des articulations enflammées qui sont chaudes au toucher. Cependant, la peau autour des articulations peut ne pas présenter la même chaleur.

L’inflammation généralisée peut provoquer de la fièvre en raison de la réponse inflammatoire de l’organisme lorsqu’il lutte contre une infection ou une maladie.

Rougeur

Les zones enflammées du corps peuvent sembler rouges parce que les vaisseaux sanguins des zones enflammées sont plus dilatés que d’habitude.

Gonflement

Le gonflement (œdème) est courant lorsque une partie du corps est enflammée. Il est causé par une accumulation de liquide dans les tissus, soit dans tout le corps, soit dans la zone affectée. Le gonflement peut exercer une pression sur la peau et les autres tissus, ce qui entraîne des douleurs.

Le gonflement peut également survenir sans inflammation, en particulier avec les blessures.

Perte de fonction

L’inflammation peut causer une perte de fonction liée à la fois à une blessure et à une maladie. Par exemple, une articulation enflammée peut ne pas bouger correctement, ou une infection respiratoire provoquant des signes d’inflammation dans les poumons peut rendre la respiration difficile.

Inflammation aiguë

L’inflammation aiguë se produit au début d’une blessure qui dure plusieurs jours. Elle comporte deux composantes :

La composante cellulaire, dans laquelle les premières cellules sanguines blanches (leucocytes et macrophages) sont activées et recrutées sur le site de la blessure.

La phase vasculaire, dans laquelle les vaisseaux sanguins s’ouvrent (se dilatent) et les tissus enflent pour accueillir l’afflux rapide de cellules immunitaires et de produits chimiques antimicrobiens.

Les cytokines

Les cytokines sont des molécules qui favorisent la communication entre les cellules. Elles sont libérées dans la circulation sanguine pour améliorer la capacité des molécules à passer à travers les vaisseaux sanguins et atteindre les tissus. Bien qu’un système immunitaire sain ait besoin de cytokines, en avoir trop dans le sang peut être le signe d’un problème, comme une infection ou une maladie.

Signes et complications supplémentaires

Lorsque l’inflammation est grave, elle peut provoquer d’autres signes et symptômes, notamment :

  • L’épuisement
  • La fièvre
  • Une sensation générale de malaise
  • Des problèmes de sommeil

L’inflammation causée par une maladie peut entraîner des complications dangereuses, notamment une affection appelée septicémie. Cette condition se produit lorsque le système immunitaire de l’organisme réagit de manière excessive à une infection grave et provoque des dommages importants aux organes et aux tissus.

Causes de l’inflammation

Les causes de l’inflammation peuvent être classées de manière générale en trois catégories :

  • Biologiques (par exemple, infections, maladies et réponses immunitaires anormales, y compris les maladies auto-immunes, l’atopie, les allergies et l’hypersensibilité aux médicaments)
  • Chimiques (par exemple, poisons, toxines et alcool)
  • Physiques (par exemple, blessures, brûlures, engelures ou exposition aux radiations)
  • L’inflammation aiguë et chronique peut avoir différentes causes.
  • Causes de l’inflammation aiguë
  • Les causes possibles de l’inflammation aiguë comprennent :
  • Les blessures
  • Les infections ou maladies aiguës (par exemple, infection cutanée, piqûres d’insectes ou de guêpes, rhumes et grippes)
  • Les allergènes
  • Les expositions aux toxines
  • L’ingestion de corps étrangers

Comment mesurer l’inflammation

Aucun test unique ne peut diagnostiquer l’inflammation ou les affections qui la provoquent. Votre professionnel de la santé tiendra compte de vos symptômes pour décider du traitement nécessaire. Il commencera par prendre un historique médical complet et effectuer un examen physique. Il peut également vouloir effectuer des analyses sanguines et des études d’imagerie pour rechercher des affections spécifiques pouvant provoquer une inflammation.

Analyse sanguine

Les analyses sanguines peuvent rechercher des marqueurs biologiques indiquant la présence d’inflammation dans le corps. Cependant, ces tests sont considérés comme informatifs plutôt que diagnostiques. Ils aident votre professionnel de la santé à obtenir des indices sur ce qui se passe, mais ne pointent pas nécessairement vers une seule cause.

Voici quelques tests sanguins que votre professionnel de la santé peut vouloir effectuer pour vérifier les niveaux d’inflammation :

Protéine C-réactive (CRP) : La CRP est une protéine produite naturellement par le foie en réponse à l’inflammation. Des taux élevés de CRP sont courants chez les personnes atteintes d’inflammation chronique, de maladies inflammatoires et d’inflammation aiguë.

Vitesse de sédimentation des érythrocytes (VSE) : Les tests de VSE sont généralement effectués pour identifier si une inflammation est en cours. Ce taux est généralement élevé avec certaines maladies inflammatoires chroniques, comme le lupus.

Imagerie

Les tests d’imagerie peuvent parfois être utilisés pour rechercher des blessures ou des problèmes spécifiques à l’intérieur du corps pouvant provoquer une inflammation.

Votre professionnel de la santé peut utiliser ces tests d’imagerie pour rechercher les causes de l’inflammation dans le corps :

  • IRM avec injection de gadolinium
  • Échographie avec Doppler
  • TEP-CT avec FDG
  • Imagerie nucléaire

Traitement de l’inflammation

Le traitement de l’inflammation dépendra de la maladie ou de l’affection spécifique et de la gravité des symptômes.

Inflammation aiguë

Pour l’inflammation aiguë générale, votre professionnel de la santé peut recommander :

Les médicaments anti-inflammatoires non stéroïdiens (AINS) : Les AINS sont généralement le traitement de première intention pour la douleur et l’inflammation à court terme. La plupart de ces médicaments sont disponibles en vente libre (OTC) et comprennent l’aspirine, l’ibuprofène et le naproxène. Votre professionnel de la santé peut également prescrire des AINS d’ordonnance pour certaines affections inflammatoires spécifiques. Certaines personnes ne doivent pas prendre d’AINS (même des AINS en vente libre), comme les personnes ayant des antécédents de maladie rénale chronique ou prenant des anticoagulants (traitement anticoagulant).

Les corticostéroïdes : Il s’agit d’un type de stéroïde couramment utilisé pour traiter les gonflements et les inflammations. Les corticostéroïdes sont disponibles sous forme de comprimés et d’injections. Ces médicaments ne sont prescrits que pour une courte période car ils peuvent provoquer des effets secondaires graves.

Les médicaments topiques : Les médicaments topiques, y compris les analgésiques et les stéroïdes, peuvent aider à soulager la douleur et l’inflammation aiguë et chronique de la peau et des articulations, sans les effets secondaires des traitements par voie orale. Ils sont également utiles pour gérer l’inflammation à long terme lorsqu’ils contiennent un AINS ou l’ibuprofène.

Les antibiotiques : Si l’inflammation est causée par une infection bactérienne, des antibiotiques peuvent être nécessaires. L’antibiotique utilisé et la durée du traitement dépendront de l’infection.

Inflammation chronique

En plus du traitement de la douleur et de l’inflammation articulaire, les médicaments pour les maladies inflammatoires peuvent aider à prévenir l’aggravation de la maladie ou du moins à ralentir sa progression. Les médicaments peuvent inclure :

  • Les médicaments anti-rhumatismaux modificateurs de la maladie (DMARD)
  • Les médicaments biologiques
  • Les médicaments antipaludiques tels que l’hydroxychloroquine.
  • Les statines.
  • Les médicaments contre le diabète.

De nombreux médicaments utilisés pour traiter les maladies inflammatoires peuvent provoquer des effets secondaires, il est donc important de consulter régulièrement votre professionnel de la santé pendant votre traitement.

Réduction de l’inflammation

Au fil du temps, l’inflammation chronique peut provoquer des changements dans les organes qui peuvent augmenter le risque de crise cardiaque, de cancer et d’autres maladies liées à l’âge. L’inflammation chronique est associée à des affections chroniques telles que le diabète, les maladies cardiaques, la MPOC ou le VIH. Heureusement, il existe plusieurs changements que vous pouvez apporter à votre mode de vie pour prévenir et inverser l’inflammation chronique.

Voici quelques-unes des mesures que vous pouvez prendre :

  • Faire au moins 20 minutes d’exercice modéré par jour.
  • Utiliser des techniques de réduction du stress comme la méditation de pleine conscience.
  • Arrêter de fumer.
  • Maintenir un poids qui favorise votre santé.
  • Suivre un régime anti-inflammatoire.

Boire de l’eau, du thé, du café, du lait, des jus acides et des smoothies sains et limiter les boissons sucrées et les sodas (le vin rouge avec modération peut avoir des bienfaits anti-inflammatoires).

 

L’inflammation est un processus de défense de l’organisme qui produit des substances protectrices (comme les globules blancs) en réponse à une infection ou à une blessure. L’inflammation peut être à court terme (aiguë) ou à long terme (chronique). Les signes cardinaux de l’inflammation sont la douleur, la chaleur, la rougeur, le gonflement et la perte de fonction. Lorsqu’elle est chronique, l’inflammation peut également provoquer de la fatigue et affecter le sommeil.

Sans consulter un professionnel de la santé, il est difficile de connaître avec certitude la cause de l’inflammation. Une fois que vous connaissez la cause sous-jacente, vous pouvez prendre des mesures pour réduire l’inflammation et éventuellement la prévenir.

5/5 - (2 votes) Avez-vous trouvé cet article utile?
À lire aussi