Maladie

Les 4 facteurs de risque du diabète de type 2 sur lesquels on peut agir

La probabilité des développer un diabète de type 2 dépend de divers facteurs de risque, certains étant plus faciles à contrôler que d'autres

La probabilité qu’une personne développe un diabète de type 2 dépend de divers facteurs de risque, certains étant plus faciles à contrôler que d’autres. On peut modifier, ou contrôler, certains facteurs de risque, tels que son régime alimentaire et la quantité d’exercice que l’on pratique. En revanche, d’autres facteurs de risque, comme l’âge ou les antécédents familiaux de diabète, sont hors de son contrôle. Lorsque l’on est conscients des facteurs de risque que l’on peut gérer, on peut alors prendre des mesures pour minimiser la probabilité de développer un diabète de type 2.

4 facteurs de risque importants que l’on peut contrôler pour éviter un diabète de type 2

Il est particulièrement important de contrôler les facteurs de risque suivants si l’on a des antécédents familiaux de diabète.

1 Surpoids et obésité

Lorsqu’une personne souffre d’obésité et de surpoids, les niveaux excessifs de tissu adipeux, ou graisse corporelle, libèrent des protéines inflammatoires, des hormones et d’autres molécules qui peuvent déclencher une résistance à l’insuline. La résistance à l’insuline se produit lorsque les cellules du foie, des muscles et des graisses ne sont plus sensibles à l’insuline et cessent de stocker le glucose sous forme de glycogène. Lorsque cela se produit, le glucose reste plus longtemps dans le sang et la glycémie augmente. Pour réduire la glycémie, le pancréas produit davantage d’insuline pour surmonter la faible réponse des cellules. Si une personne ne peut pas inverser ce processus en modifiant son mode de vie ou en prenant des médicaments, elle développera probablement un diabète de type 2.

2 Fumer

Fumer peut augmenter le risque de développer une résistance à l’insuline et un diabète de type 2. Les fumeurs sont 30 à 40 % plus susceptibles de développer un diabète de type 2 que les non-fumeurs.
La nicotine peut augmenter la glycémie et les fumeurs doivent souvent prendre plus d’insuline que d’habitude pour maintenir leur glycémie dans une fourchette saine. Si une personne atteinte de diabète de type 2 se sent prête à arrêter de fumer, elle doit d’abord demander conseil à un médecin. Pendant la transition vers un mode de vie sans tabac, la glycémie peut baisser plus que la normale, mais elle finira par se stabiliser.

3 Un manque d’activité physique

L’activité physique présente de nombreux avantages. En plus d’améliorer la santé cardiovasculaire et mentale, elle peut réduire l’inflammation et la résistance à l’insuline. Selon une revue de 2017, toutes les formes d’exercice, y compris l’entraînement aérobie et l’entraînement en résistance, peuvent améliorer la régulation de la glycémie et prévenir ou inverser le diabète de type 2 associé à l’obésité. Associé à une alimentation équilibrée, l’exercice est l’une des premières stratégies de gestion des symptômes que les médecins recommandent aux personnes qui vivent avec un prédiabète ou qui ont récemment reçu un diagnostic de diabète de type 2.

4 Problèmes de santé mentale

Les personnes atteintes de diabète peuvent également souffrir d’un ou de plusieurs problèmes de santé mentale, tels que l’anxiété et la dépression. Lorsque les personnes ne reçoivent pas de traitement pour ces problèmes, cela peut souvent aggraver le diabète. En effet, lorsqu’une personne se sent anxieuse ou stressée, elle peut manger plus d’aliments transformés et faire moins d’exercice, ce qui peut entraîner une augmentation de la glycémie. Les hormones de stress elles-mêmes peuvent également faire augmenter ou diminuer la glycémie de manière imprévisible.

Ces facteurs de risque que l’on ne peut pas contrôler

Certains facteurs de risque sont indépendants de la volonté. Par exemple, le fait de partager des gènes similaires avec des membres de la famille atteints de diabète.

1 Antécédents familiaux de diabète

Lorsque les parents ou les frères et sœurs d’une personne sont atteints de diabète de type 2, cette personne est plus susceptible de souffrir elle-même de cette maladie. Cela vaut également pour les cas de diabète de type 2 et de prédiabète non diagnostiqués. Si une personne est atteinte de prédiabète, son taux de sucre dans le sang est plus élevé que la normale, mais pas suffisamment pour qu’elle reçoive un diagnostic de diabète. Certaines preuves suggèrent que lorsque les gens sont conscients d’un risque familial de prédiabète ou de diabète de type 2, ils modifient leurs comportements de manière à ce que leur risque diminue. L’utilisation des antécédents familiaux comme outil de diagnostic permet aux médecins de dépister le diabète avant que les symptômes ne se manifestent ou ne s’aggravent, ce qui se traduit par de meilleurs résultats pour la santé.

2 L’âge

Lorsque les personnes vieillissent, leur organisme n’est pas en mesure de métaboliser les glucides aussi efficacement, ce qui peut entraîner des taux de glycémie supérieurs à la normale. De plus, les muscles, le foie et les cellules adipeuses perdent également leur sensibilité à l’insuline, ce qui augmente la glycémie et la résistance à l’insuline. Si une personne âgée vit avec l’obésité, elle présentera probablement une plus grande résistance à l’insuline qu’une personne non obèse. Cela souligne l’importance de maintenir une alimentation équilibrée et une quantité saine d’activité physique jusqu’à un âge avancé. L’activité physique régulière et une alimentation saine sont plus efficaces chez les personnes diabétiques de plus de 60 ans, car elles réduisent la perte musculaire et compensent la résistance à l’insuline.

3 Ethnicité

Selon une étude de 2017, les populations noires, latino-américaines, amérindiennes et asiatiques sont plus exposées au risque de diabète de type 2 que les populations blanches. Cela peut notamment s’expliquer par les inégalités en matière de soins de santé. De plus, ces populations peuvent également recevoir des traitements moins efficaces que les personnes blanches.

Prévention du diabète de type 2: quelques conseils utiles

Pour prévenir l’apparition du diabète de type 2:

– avoir une alimentation saine, pauvre en glucides raffinés, en sel et en sucre
– pratiquer au moins 150 minutes d’activité physique par semaine.
– arrêter de fumer, le cas échéant
– éviter de boire de l’alcool ou en limiter la consommation, le cas échéant.

Les facteurs de risque du diabète de type 2 que l’on peut contrôler sont le tabagisme et l’obésité. Cependant, certains facteurs de risque, comme l’âge, sont incontrôlables. Avec l’âge, le corps est de moins en moins efficace pour réguler la glycémie, ce qui augmente la probabilité de développer un diabète de type 2. Une personne a un plus grand risque de développer cette maladie si elle est présente dans sa famille. Toutefois, si elle suit un régime alimentaire équilibré, pratique une activité physique et ne fume pas, elle a de bonnes chances de maintenir sa glycémie dans une fourchette saine.

 

Articles similaires