Le thé noir protège le coeur des séniors

Le thé noir et certains autres aliments sont particulièrement intéressants pour la rédaction de la mortalité cardiovasculaire. Ce pouvoir protecteur est du à une molécule dont le thé noir est riche: l’épicatéchines. L’étude qui conclue à cet effet a débuté en 1985, et comportait un échantillon de 939 hommes nés entre 1900 et 1920 et vivant aux Pays-Bas.

Dans cette étude, les auteurs ont particulièrement suivi la consommation des flavanols ou épicatéchines, une sous-famille de flavonoïdes, auprès de 774 sujets âgés de 65 à 84 ans en 1985. Les relevés ont été effectués à 4 reprises pendant 15 ans et la relation avec la mortalité cardiovasculaire a été évaluée sur 25 ans.

Les résultats indiquent un apport moyen en épicatéchines de l’ordre de 15,2 mg/jour. Les sources principales étaient respectivement dans l’ordre: le thé (51%), les pommes (28%) et le cacao (7%). Au cours de l’étude, 329 hommes sont décédés des suites de maladies cardiovasculaires.

Une réduction de la mortalité de 38%

La compilation des données montre une réduction de 38% du risque de mortalité cardiovasculaire chez les hommes qui avaient une consommation régulière d’aliments ou de boisson (thé noir) riche en cette molécule. L’apport en ces antioxydants est aussi significativement associé à une réduction de 46% du risque de mortalité cardiovasculaire, chez les hommes souffrant de pathologies cardiaques. Pour les auteurs de l’étude Zutphen, il s’agit ici de la première mise en évidence d’un effet aussi marqué des épicatéchines sur la mortalité au grand âge.

À ne pas rater !
Abonnez-vous à la newsletter Presse santé

Recevez chaque semaine et en avant première notre actualité santé : actualités médicales, conseils santé, innovations scientifiques, dossiers complets directement dans votre boite mail !

Adresse e-mail non valide
Essayez c est gratuit. Vous pouvez vous désinscrire à tout moment.

Source

Dower JI.et al.: Dietary epicatechin intake and 25-y risk of cardiovascular mortality: the Zutphen Elderly Study Am J Clin Nutr. vol. 104, no. 1, 58-64.