Le syndrome métabolique : avez-vous un profil à risque?

Le syndrome métabolique

Le syndrome métabolique n’est pas une maladie. C’est une série de problèmes de santé liés au surpoids qui augmentent sérieusement les risques de développer le diabète de type 2, une maladie du cœur, une angine de poitrine, un infarctus ou un accident vasculaire cérébral (AVC). Les personnes présentant un syndrome métabolique courent un risque d’infarctus de trois à cinq fois plus élevé que la population normale.

Présentez-vous un syndrome métabolique?

Avez-vous un surpoids localisé principalement au niveau du ventre?

Avez-vous trop de gras (triglycérides/LDL) dans le sang?

Avez-vous un faible taux de bon cholestérol sanguin (HDL)?

Êtes-vous hypertendu?

Avez-vous trop de sucre (glucose) dans le sang (intolérance au glucose)?

Si vous avez répondu oui à au moins 3 de ces questions, il est possible que vous présentiez un syndrome métabolique qui augmente vos risques de développer une maladie du cœur, un AVC ou le diabète. Consultez un médecin sans tarder.

L’obésité abdominale : la source du problème

L’obésité abdominale (située au niveau du ventre) est souvent qualifiée de « moteur » du syndrome métabolique. Elle libère plus d’acides gras dans le sang, augmente la tension artérielle et gène le travail de l’insuline (résistance à l’insuline). L’insuline est l’hormone qui permet au sucre consommé de quitter le sang aussi vite qu’il y entre pour fournir de l’énergie aux cellules. C’est aussi l’insuline qui empêche le foie de fabriquer trop de sucre lorsque vous êtes à jeun. Il est question de résistance à l’insuline lorsqu’une quantité normalement suffisante d’insuline n’arrive plus à faire entrer le sucre dans les cellules. L’organisme produit donc plus d’insuline pour faire le même travail. Le facteur central du syndrome métabolique est la « résistance à l’insuline ».

La résistance à l’insuline a aussi d’autres conséquences négatives : elle peut mener au diabète et augmenter les taux de lipides sanguins (hyperlipidémie) ainsi que la tension artérielle.

Le diabète, l’hyperlipidémie (trop de gras ou de lipides dans le sang) et l’hypertension artérielle sont considérés comme des facteurs de risques majeurs de l’artériosclérose, un durcissement des artères qui peut mener à leur blocage et à l’AVC.

Alimentation et activité physique : les meilleurs boucliers

La prévention et le traitement du syndrome métabolique passent essentiellement par le retour à un poids santé. Une perte de poids même modeste (de 5 à 10 % du poids) procure des effets bénéfiques :

  • Amélioration de la capacité de travail de l’insuline, donc meilleur contrôle du taux de sucre sanguin.
  • Normalisation de la quantité de lipides/gras circulant dans le sang.
  • Diminution de la tension artérielle.

Augmentez votre pratique d’activités physiques à 60 minutes par jour : deux marches de 10 minutes, 20 minutes de jardinage et 20 minutes d’étirements, de vélo ou de danse. Chaque activité compte, quelles qu’en soient la durée ou l’intensité !

Mangez plus souvent des légumes, des fruits, des aliments riches en fibres et moins souvent des aliments riches en matières grasses. Prenez de plus petites portions aux repas. Une alimentation variée et équilibrée incluant des choix sains est le meilleur moyen de conserver une bonne santé!

Lire aussi :

L’ activité physique fait aussi bien que les médicaments
Manger seul fait prendre du poids
Le régime à index glycémique bas, pour une alimentation saine

 

Marie Desange est journaliste santé, passionnée tant par les dernières recherches en scientifiques en nutrition, neurosciences et bien être que par les nouvelles approches de santé qui ne sont pas encore passées par le filtre des études scientifiques, mais qui marchent.Ostéopathie, chiropractie, acupuncture, neuro-feedback, méditation, aromathérapie, homéopathie, médecine chinoise ou Indienne (Ayurveda), shiastu, soins énergétiques, techniques corporelles ou thérapies psychologiques, toutes ces disciplines méritent d’être mises en avant pour que les lecteurs puissent être bien informés et faire leur choix sur ce qui peut les aider.De plus, la pratique journalistique lui permet de rencontrer toujours plus d’acteurs de ces nouvelles approches et de sélectionner ceux qui ont une particularité et une réelle maîtrise de ce qu’ils proposent. Les soins complémentaires et les nouvelles approches de santé doivent être rigoureux et sans danger pour les personnes qui se tournent vers elles. Avec le temps et l’expérience, Marie sait sélectionner ce qui peut apporter, selon les cas, de vrais bénéfices pour le mieux être des personnes qui le recherchent. `Journaliste pour le journal on-line pressesante.com, Marie a encore plein de supers sujets sous le coude à vous proposer, que vous ne lirez pas ailleurs.